Garciarebecca1

JOURNALISTE À BILAN

Rebecca Garcia a tout juste connu la connexion internet coupée à chaque téléphone. Elle a grandi avec la digitalisation, l’innovation et Claire Chazal. Elle fait ses premiers pas en journalisme sportif, avant de bifurquer par hasard vers la radio. Elle commence et termine ensuite son Master en journalisme et communication dans son canton de Neuchâtel, qu’elle représente (plus ou moins) fièrement à l’aide de son accent. Grâce à ses études, elle découvre durant 2 mois le quotidien d’une télévision locale, à travers un stage à Canal 9.

A Bilan depuis 2018, en tant que rédactrice web et vidéo, elle s’intéresse particulièrement aux nouvelles technologies, aux sujets de sociétés, au business du sport et aux jeux vidéo.

Le football, le fair-play et l’argent

La corruption dans le football continue...

Qui l’eût cru? Il y a de la corruption dans le football. L’UEFA, la FIFA, Gianni Infantino, le Paris Saint-Germain, Manchester City, le Barça: tous ont vu leur linge sale étalé sur la place publique. 

La saison 2 des FootbalLeaks est ouverte, mais le premier volet avait de quoi laisser sur sa faim. Oui, le fisc espagnol avait mené son enquête sur les déclarations de Cristiano Ronaldo ou encore de Lionel Messi. Oui, ces enquêtes ont abouti et les joueurs ont dû s’acquitter d’une amende. 

Et après? Pour que ces révélations servent à quelque chose, il faut que la justice frappe. Le contournement du fair-play financier du Paris Saint-Germain, le blanchiment d’argent de Monaco ou encore le projet de créer une ligue alternative de Dortmund, du Barça ou encore de Manchester City sont autant de preuves que le monde du foot se fiche des règles. 

Les journalistes de plusieurs pays ont travaillé sur des documents confidentiels, ils ont procédé durant des mois à une enquête scrupuleuse visant à dénoncer les pratiques illicites. 

Seul le résultat compte

Sauf que ce qui fait exulter au sein des stades, ce sont les résultats. Gagner le championnat est un objectif bien compliqué sans argent, alors qu’il suffit de quelques chèques pour rehausser le niveau. Vu que le fair-play financier semble aussi respecté que les limitations de vitesse en campagne, difficile d’imaginer une amélioration de ce côté-là.

Heureusement, les aficionados ont encore la Coupe du monde pour s’enthousiasmer. L’occasion de voir leur équipe – sans sponsor sur le maillot – dans une arène qui est devenue le tombeau des ouvriers.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."