Fabrice Delaye

JOURNALISTE

Fabrice Delaye a découvert Internet le 18 juillet 1994 sur les écrans des inventeurs du Web au CERN. La NASA diffusait ce jour-là les images prises quasi en direct par Hubble de la collision de la comète Shoemaker-Levy sur la planète Jupiter…Fasciné, il suit depuis ses intuitions sur les autoroutes de l’information, les sentiers de traverse de la biologie et étend ses explorations de la microélectronique aux infrastructures géantes de l’énergie.

L’idée ? Montrer aux lecteurs de Bilan les labos qui fabriquent notre futur immédiat; éclairer les bases créatives de notre économie. Responsable de la rubrique techno de Bilan depuis 2006 après avoir été correspondant de L’Agefi aux Etats-Unis en association avec la Technology Review du MIT, Fabrice Delaye est diplômé de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris et de l’EPFL.

Membre du jury des SwissICT Awards, du comité éditorial de la conférence Lift et expert auprès de TA-Swiss à l’Académie Suisse des Arts et des Sciences, Fabrice Delaye est l’auteur de la première biographie du président de l’EPFL, Patrick Aebischer.

Qui a peur de la montre d’Apple? Les fabricants de TV!

Parce qu’Apple est mis au défi par les marchés financiers d’inventer (ou de réinventer) quelque chose pour que son cours de bourse reprenne des couleurs, la rumeur récurrente autour du lancement d’une montre connectée, une smart watch griffée d’une pomme, a cette fois pris une ampleur sans précédent. Non seulement le sujet a enflammé rapidement la blogosphère mais il a aussi atterri en une du Wall Street Journal.  

Il faut dire que les premiers succès des montres connectées et en particulier de Pebble Watch - un projet qui a levé dix millions de dollars en trois semaine l’an dernier sur la plateforme de financement Kickstarter avant de devenir réalité au dernier Consumer Electronic Show - suggère que le marché est peut-être prêt.

Quand ces montres connectées servent non seulement à accéder au web mais surtout grâce à leur GPS à se géolocaliser avec tout ce que cela signifie en termes d’interface avec l’environnement physique (accès, direction etc.) et d’informations (altitude, vitesse, performance sportive, etc.), les consommateurs, qui se soucient souvent comme d’une guigne qu’une montre donne l’heure, sont au rendez-vous.

Le consultant ABI Research vient de produire une des premières estimations de ce marché: un milliard de dollars en 2013 en croissance de 50%. A la lueur du succès de la montre MOTOACTV de Motorola-Google, il constate que ce sont les montres connectées « low cost » et pour un usage fitness qui ont le vent en poupe. Pas de quoi inquiéter les horlogers haut de gamme d’Helvétie pour le moment. A moins qu’Apple, qui lui est positionné haut de gamme et design, entre dans la danse ?

Rien n’est sûr, mais surtout il semble que la priorité pour le géant à la pomme, ce ne soit pas de réinventer la montre mais la télévision. C’était une des dernières volontés de Steve Jobs et l’entreprise a déjà fait une incursion sur ce marché avec sa boite de streaming de vidéos Apple TV.

Intégrer cette technologie dans un écran genre Retina relié au nouvel écosystème qui s’est mis en place dans la diffusion avec Netflix et Hulu est à portée de main. Intel vient d’ailleurs de faire ce pas. Et toute l’industrie audiovisuelle regarde maintenant la montre du CEO Tim Cook afin de savoir à quelle heure il annoncera la télévision d’Apple.  

 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."