La subversion est-elle un luxe?

La subversion est-elle un luxe?

La subversion aurait-elle changé de camp ? Qui sont les meneurs aujourd’hui qui ébranlent le système de l’intérieur, qui jouent avec les codes, les conventions, les reprennent pour mieux les détourner ? La « punk attitude » était la figure de proue d’une mouvance qui naissait en pleine austérité des années Thatcher, avec, en signature, une mode rebelle et à l’avant-garde, que Vivienne Westwood, en queen du style inspiré des rues, avait su façonner.

Aujourd’hui, la subversion se manifeste toujours sur les grandes artères des mégapoles, que ce soit Paris, Londres ou Hong Kong. Mais elle n’est plus reprise sur les podiums du luxe. Le retour en force de la « néobourgeoise » bon chic bon genre des beaux quartiers qu’Hedi Slimane chez Celine ou les marques Burberry ou Balenciaga ont ressuscitée cette année est le reflet d’un classicisme ennuyeux. Pourquoi ce retour en grâce ? Y a-t-il dans l’âme des créateurs un souci omniprésent de rassurer une clientèle angoissée par les soubresauts conjoncturels et les ardeurs de la rue ? Car la « punk attitude » ou la révolte subversive est toujours et bel et bien là, dans la rue. Là où les manifestations de contestations se multiplient. La rupture est partout: face aux élites pro ou antisystème, face aux inégalités, au manque de mesures écologiques.

Alors, comme pour résister à cette tendance, la grande figure bourgeoise que les marques de luxe imposent cette saison se dresse sur le chemin, en vestale des bonnes prévisions financières, rassurante. Si les derniers chiffres des grands groupes de luxe publiés cet été étaient positifs, le mouvement de contestation dans les rues de Hongkong a déjà allumé les voyants au rouge et fait chuter les ventes du luxe. Ainsi, le corollaire est clair : aucun grand éclat brillant ou scandaleux n’est sorti des ateliers de création cette année. Les labels indépendants ont dès lors une véritable carte à jouer pour se positionner face au consensus mou des comités de direction qui paralysent les grandes marques de luxe. Aux artistes, designers, marques indépendantes, la subversion est votre luxe.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."