Matthieu Hoffstetter

JOURNALISTE À BILAN

Titulaire d'une maîtrise en histoire et d'un Master de journalisme, Matthieu Hoffstetter débute sa carrière en 2004 au sein des Dernières Nouvelles d'Alsace. Pendant plus de huit ans, il va ensuite couvrir l'actualité suisse et transfrontalière à Bâle pour le compte de ce quotidien régional français. En 2013, il rejoint Bilan et se spécialise dans les sujets liés à l'innovation, aux startups, et passe avec plaisir du web au print et inversement. Il contribue également aux suppléments, dont Bilan Luxe. Et réalise des sujets vidéo sur des sujets très variés (tourisme, startups, technologie, luxe).

Protester et réformer 500 ans après?

Le 31 octobre, le pape François était à Lund, en Suède, pour l’un des premiers événements célébrant les 500 ans de la Réforme, anniversaire qui marquera l’année 2017. En 1904, le sociologue Max Weber publiait L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme, où il liait les valeurs portées par les réformateurs religieux des XVIe et XVIIe siècles à la naissance de l’économie de marché. Plus d’un siècle plus tard, la Suisse tend à valider ses théories: les cantons protestants caracolent en tête des indices de performance économique (compétitivité, croissance, exportations…).

Pourtant, si Genève, Zurich, Bâle ou Vaud surclassent Fribourg, le Valais ou Schwytz, les sociétés catholiques sont-elles «prédestinées» à avoir du mal avec le capitalisme? Ce qui a caractérisé les mentalités protestantes depuis cinq siècles, c’est le débat, l’envie de s’interroger sur un modèle établi et l’améliorer. C’est ainsi que les prémices de l’économie de marché émergeaient déjà dans l’Europe médiévale avant la naissance de Luther et de Calvin. es entrepreneurs protestants ont questionné les pratiques économiques de leur temps et ont vu le progrès technique et la croissance comme un fruit du travail, donc un hommage au divin.

Au XXIe siècle, quel nouveau combat les protestants peuvent-ils mener? Les dérives du capitalisme financier à outrance, les atteintes à la biodiversité et au climat, les exclusions sociales, l’engagement citoyen en faveur des réfugiés sont autant de raisons de protester aujourd’hui. Calvin, Zwingli et autres réformateurs du XVIe siècle ont secoué leur société en luttant contre les abus de leur temps et placé la Suisse à la pointe de la contestation. Notre pays a-t-il en son sein des successeurs pour questionner ces thématiques?

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."