RÉDACTEUR EN CHEF ADJOINT À BILAN

Serge Guertchakoff est rédacteur en chef adjoint à Bilan et auteur de quatre livres, dont l'un sur le secret bancaire. Journaliste d'investigation spécialiste de l'immobilier, des RH ou encore des PME en général, il est également responsable du supplément Immoluxe et du numéro dédié aux 300 plus riches.

Pourquoi l’enjeu RH est capital

Les acteurs politiques et économiques passent actuellement beaucoup de temps à se plaindre du franc fort. Certes, mais un autre enjeu majeur mériterait tout autant leur attention: la difficulté à avoir du personnel adéquat. Cela signifie à la fois qu’il faut réussir à recruter et parvenir à garder ses bons éléments. Comment? En définissant comme stratégique le fait d’être perçu comme un employeur attractif. 

Le Seco et la Confédération prévoient une diminution de la population de travailleurs en Suisse dès 2020. Au vieillissement démographique s’ajoute l’acceptation de l’initiative contre l’immigration de masse. Dès lors, l’enjeu des ressources humaines (RH) est majeur.

C’est dans ce contexte que Bilan ne peut que féliciter les 85 entreprises publiques et privées qui ont participé à sa septième enquête sur les meilleures pratiques RH. Nos 31 meilleurs employeurs ont saisi l’importance de l’enjeu. Reste à comprendre pourquoi certains semblent renoncer à se battre. Certes, les équipes dédiées aux RH sont trop souvent réduites.

La valorisation interne des départements RH est trop faible. Quand bien même certains DRH ont clairement identifié certains besoins stratégiques vitaux à la pérennité de l’entreprise, ils sont rarement entendus par le CEO ou le PDG. De plus en plus, les DRH se contentent d’appliquer les plans successifs de restructuration.

Il faut bien entendu faire une distinction selon le type d’employeur. Depuis que Bilan réalise son enquête (2009), les multinationales ont presque toujours dominé les classements. Ces géants mondialisés parviennent à la fois à affronter la concurrence internationale et à recruter les meilleurs talents.

Pourtant, ils se trouvent, eux aussi, assez souvent dans une situation où une compression des coûts est nécessaire, pression des actionnaires oblige. Ce n’est donc pas un hasard si les coopératives se classent très bien dans notre enquête, telles La Mobilière et diverses coopératives Migros.

L’esprit d’entreprise dans les PME

Il n’empêche que certaines PME ont compris que la fonction RH se devait d’être au centre de leurs préoccupations. Et que, non, les employés ne représentent pas seulement un coût fixe, mais aussi, et surtout, un capital, une richesse, une source de créativité. On peut citer des sociétés comme Ascenseurs Menétrey sur Fribourg ou le groupe Debiopharm à Lausanne.

Deux sociétés familiales où le patriarche a su être à l’écoute de son DRH. Les PME manquent souvent de moyens pour déployer un large éventail de solutions motivantes afin de cultiver l’esprit d’entreprise, autres qu’une simple charte. Mais les idées passent par des excursions, des compétitions sportives ou encore des actions caritatives au profit de la société.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."