Koppel Peter

COFONDATEUR DU FORUM PME/KMU

Dans les années 80, Peter Köppel est chargé de cours en littérature française et comparée à l’Université de Zurich. Après une formation en analyse politique internationale, il devient consultant en entreprise à Saint-Gall. Il participe également à la rédaction du Livre blanc de David de Pury. En 1996, Peter fonde une agence de communication à Zurich. En 2009, il est l’initiateur et le coorganisateur du Forum PME/KMU pour le rapprochement alémanico-romand dans l'économie.

Pour une plateforme économique alémanico-romande

Vers la fin des années ‘90, j‘ai participé, de temps à autre, aux réunions du Business Club Romand, à Zurich. C‘est là que j‘ai entendu se plaindre dans un discours public le très connu ancien directeur général de Migros, Pierre Arnold, de ce qu‘à Zurich, on ne pouvait accéder aux cercles des décideurs locaux et régionaux si l‘on ne parlait pas le dialecte alémanique, et que cela le gênait massivement dans son action. 

 Le conseiller national Antonio Hodgers n‘exagère donc pas quand il dit en février 2012, lors de l‘examen préalable de son initiative parlementaire concernant l'emploi à son avis trop fréquent du dialecte dans les émissions de la télévision alémanique: 

„(...) j‘ai trouvé intéressant de constater que beaucoup de compatriotes suisses allemands vivent en définitive le dialecte comme une part très importante de leur identité collective et régionale, au niveau culturel, familial et social, mais qu‘ils ne comprennent pas que la „Mundart“ est également devenue une langue de pouvoir, eine „Machtsprache“. (...) si son pouvoir n‘est pas militaire, la „Mundart“ donne un net avantage dans les domaines civils comme le marché du travail, l‘économie, la politique, la science et les médias.“ (Curia vista du parlement, protocole du 28 février 2012.)

 J‘ai à mon tour livré ma manière de voir le dialecte alémanique - ma langue maternelle - dans un article publié dans Le Temps du 29 septembre 2011, analyse introspective qui confirme somme toute les constats de Pierre Arnold et d‘Antonio Hodgers.

 Or, ce qui me sépare peut-être de ce dernier, c‘est que je ne crois pas que l‘on puisse faire changer d‘attitude mes compatriotes alémaniques en ce qui concerne le déséquilibre évident, chez eux, entre l‘emploi du haut allemand et celui du dialecte: il s‘agit là d‘une tendance lourde. Il n‘y a qu‘un seul argument qui puisse les faire changer de comportement: c‘est l‘intérêt économique, mais il faut qu‘il soit évident à leurs yeux. 

 Mais je concède que là aussi, le conseiller national Antonio Hodgers a pris l‘initiative via un postulat demandant, en juin 2010, de charger le Conseil fédéral...

 „(...) d'étudier la mise en place, en collaboration avec les milieux économiques, de chambres de commerce en Suisse romande et en Suisse alémanique pour permettre aux petites entreprises de se développer dans l'autre principale région linguistique. (...)

Beaucoup de petites entreprises suisses ne travaillent que dans leur région linguistique, faute de connaissance pour se développer de l'autre côté de la Sarine. En effet, acquérir des clients, des partenaires et des fournisseurs dans une autre langue et culture que la sienne n'est pas chose aisée.“

Le Conseil fédéral s‘est opposé à ce postulat et le National l‘a suivi. Pourquoi? Parce qu‘il n‘incombe pas, selon eux, à la politique de créer des chambres de commerce. Argument valable, à mon avis, mais qui n‘exempt pas les autorités de prendre des mesures face à un paysage des PME dont la compartimentation excessive pose de plus en plus problème dans la mondialisation qui avance. 

Solution: une plateforme économique alémanico-romande organisée et financée selon le mode du private public partnership. 

J‘y reviendrai dans un de mes prochains billets. Mais je vous en présente aujourd‘hui le prototype, dans la vidéo attachée à ce billet: le forum PME/KMU. 

PS. Pendant la session de printemps, j‘aurai l‘occasion de discuter ces questions avec Antonio Hodgers. Et je compte alors vous présenter l‘essentiel de cette discussion sous forme de billet et/ou de séquence vidéo. 

 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."