Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

POLITIQUE/Muséomix 2016 va sévir mi-novembre à Nyon et à Bâle

Crédits: DR

Le «flyer» collectif me semble particulièrement ringard. Une bâtiment doté de tours apparaît stylisé sur fond jaune soleil. Des vagues (également simplifiées) symbolisent l'eau. Trois malheureux fûts de colonnes antiques se détachent sur fond rose shocking. Une couleur redevenue à la mode. Il s'agit en effet d'annoncer la mouture 2016 de Muséomix, qui se déroulera du 11 au 14 novembre à Nyon (et aussi à l'Historisches Museum de Bâle). 

Les trois musées de la ville ont donc été réquisitionnés pour se muer en «terrain de jeu». «Pendant trois jours 50 passionnés de culture et de nouvelles technologies ont carte blanche pour échanger, conceptualiser, investir les espaces et les collections» du Musée du Léman, du Château et du Musée romain. Il s'agit d'inventer «de nouveaux outils et de nouveaux usages». On retrouve ici le discours creux qu'aiment aujourd'hui adopter les instances officielles, pour qui tout devrait devenir joyeux et ludique et convivial, comme si nous étions tous des lapins de Pâques en train de gambader dans le thym et le serpolet. Si la Mairie de Paris adopte un tel ton infantilisant, pourquoi Nyon s'en priverait-il?

Des prototypes pour qui et pour quoi?

Le but de l'entreprisse, qui a sévi en 2014 au Musée d'art et d'histoire de Genève, est de créer des «prototypes». Prototypes de quoi, je ne sais pas. Seront-ils un jour utilisés? Tout le monde semble l'ignorer. Alors, quel est le but de ce grand chambardement de trois jour et deux nuits? «Nous attendons surtout que les équipes passent un bon moment à remixer nos musées» expliquent sur leur site (www.museomix.ch) les organisateurs. J'ai à ce propos découvert qu'il manquait encore, il y a quelques jours, une personne compétente pour «l'expertise des contenus». Que dire de plus... 

Oui, il y a tout de même des choses à dire! Tout d'abord que, surtout de nos jours, les institution muséales se révèlent fragiles et que ce n'est pas ce genre d'expériences qui arrangera les choses. Les équipes, soumises aux pressions des politiques, se sentent fragilisées depuis des années. Elles ne savent plus trop en quoi consistent leurs tâches, alors qu'il s'agit avant tout de médiatiser et d'attirer coûte que coûte du monde. Le musée est dans certaines villes devenu une sorte de hochet, sonnant un peu creux et qu'il s'agit d'agiter le plus possible. Un conservateur devrait du coup tenir du gentil organisateur. Tout le monde n'a pas la chance de pouvoir se regrouper, comme à Lausanne ou Zurich et, il y a peu, à Coire ou à Bâle, derrière un projet à la fois crédible et excitant. Car la culture est aussi une chose sérieuse. Quand organisera-t-on en représailles des «administrationomix», où les participants jongleront avec les dossiers? Il pourrait aussi en sortir quelques chose.

Photo (DR): L'image, version horizontale, du "flyer".

Texte intercalaire.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."