Strobinofabrice

ANALYSTE CHEZ ANALYSES & DÉVELOPPEMENTS IMMOBILIERS

Diplômé de l'Institut d'études immobilières (IEI), Fabrice Strobino est architecte universitaire et chef de projets immobiliers chez Analyses & Développements Immobiliers depuis 2003. Il a en outre suivi le cursus de l'AZEK pour les gérants de fortune. Fort d'une expérience de plus de 4000 expertises pour de grandes banques, il est membre de l'Association des promoteurs et constructeurs genevois (APGC) et membre de la Chambre suisse des experts immobiliers (CEI).

Plage des Eaux-Vives, bains de Vernier: des spécialités bien genevoises

Un grand quotidien genevois, le 26 août 2013 annonçait qu’Evian avait inauguré sa plage, clone de celle des Eaux-Vives. Le 23 août, il annonçait déjà: « Vernier va se doter de bains au bord du Rhône. »

Premièrement, on s’esclaffe de lire que des remblais sont autorisés en France et pas combattu par le WWF, alors qu’à Genève c’est tout le contraire. Puis, on décèle une lueur d’espoir à Vernier, et, peut-être pourrons-nous réaliser le clone de la plage d’Evian à Genève en…. 2019 !

Mais quand on se renseigne un peu plus sur le projet de Vernier, on réalise que la demande est toujours en cours d’instruction. Le rêve s'étiole!

Ensuite, en y regardant de plus près, on voit que de nombreux services ont émis soit des préavis défavorables soit des demandes de complément à rallonge. On peut y lire aussi que des observations ont été transmises au Département (le WWF probablement).

Mais revenons sur les spécialités bien genevoises :

1) Tout prend du temps, trop même : le dossier est en cours d’instruction depuis février, pour un aménagement de berge des plus simples.

2) Les services se contredisent tous sans tenir compte de ce qu’a dit l’autre. Pour exemple, certains affirment que la conservation du patrimoine prime sur celle de l’énergie.

3) D’autres ont des attitudes schizophrènes et imposent des panneaux solaires sur des immeubles qui n’ont plus de chaufferie parce que reliés au système écologique du chauffage à distance.

4) Les commissions se contredisent sans que personne à l’Etat ne s’en rende compte.

5) Une fois que le projet de logements sociaux est prêt à être autorisé, un dernier service vous dit que le projet n’est pas conforme à ses propres directives, qui ont changé depuis le moment où le projet a été déposé. Ce dernier répondait aux anciennes, mais plus aux nouvelles.

6) Finalement, une association ou un groupement obscur prend en otage le projet au moyen d’un recours en recherchant tous les artifices de la loi pour le faire échouer, ou le retarder.

Et ce n’est qu’un pâle reflet de la triste réalité genevoise qui compte plus de 100 lois et règlements concernant l’immobilier.

Conclusion, il faudrait plutôt écrire que Vernier essaye de se doter de bains au bord du Rhône. Le cas résume bien toute la problématique de la construction à Genève, que ce soit pour un immeuble ou un équipement public.

Ne serait-il pas temps de dépoussiérer nos lois et règlements, d’avoir un interlocuteur étatique unique dans les procédures au lieu de faire l’aller-retour entre tous ces services, trop souvent laissés à eux-mêmes ?!

Cela nous permettrait de rêver de résoudre les problèmes de logements à Genève et des équipements publics dignes de ce nom, la qualité de vie passant aussi par ceux-ci.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."