Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

PHOTO/L'Elysée accroît doublement son fonds

"Sam Stourdzé vous fera part d'informations importantes concernant les collections du Musée de l'Elysée." Il fallait s'inscrire par écrit, pour venir le 26 août. "Aucune interview ne sera donnée avant la conférence de presse." Je m'attendais à une bombe. La déflagration s'annonçait même forte. Le lieu du rendez-vous n'était pas le musée lui-même, dont les murs auraient été par trop ébranlés. Tout devait se passer ailleurs, avenue de l'Elysée à Lausanne. 

Ce fut finalement un pétard. Et mouillé en plus! Le service de presse avait vendu la mèche (de la bombe, donc) au quotidien "24 Heures". Chacun savait donc, avant même d'entrer, de quoi il retournait. L'institution vouée à la photographie avait reçu un don important et acquis une bibliothèque spécialisée. "Il existe peu d'ensembles d'ouvrages aussi importants que celui formé par Christoph Schifferli", devait préciser Sam Stourdzé, qui présidait ainsi son avant-dernière conférence de presse, avant son départ le 30 septembre.

L'Iran des années 1979-1980 

Le don, pour commencer. Il s'agit des cent photos de Gilles Peress, tirées pour la seconde édition de "Telex Iran" chez Scalo en 1997. Le Français était allé voir, en 1979-1980, ce qui se passait au pays des ayatollahs, nouvellement arrivés au pouvoir. Né en 1946, l'homme est aujourd'hui un ancien de Magnum. Il se méfie des utilisations journalistiques, ce qui semble incompatible avec le travail pour une agence de presse. Il préfère tout contrôler, comme le livre le permet. C'est lui qui a conçu son exposition à l'Elysée. Elle démarrera le 17 septembre, en même temps que celle vouée à "Chaplin entre guerres et paix" et l'hommage au cinéaste Amos Gitaï. 

"Cette acquisition a été promise par un collectionneur franco-genevois, qui a offert le tout à l'Elysée", a poursuivi Sam Stourdzé. Le directeur a donné des précisions. "Cet ensemble représente 750.000 dollars." Un prix énorme, si l'on pense que la photographie documentaire ne se vendait tout simplement pas en 1980. Le musée a par ailleurs reçu en dépôt un port-folio de Peress. Valeur plus modeste, tout de même. "Il se voit estimé à 270.000 dollars." Merci pour les chiffres. Ce n'est pas tous les jours que des musées suisses en communiquent.

Une bibliothèque au départ documentaire 

Les livres maintenant, qui arrivent pour un tiers par achat et et deux tiers par don du collectionneur. "Quand j'ai commencé à rassembler des photos", a expliqué Christoph Schifferli, "j'avais besoin de documentation." Les renseignements restaient difficiles à trouver il y a une trentaine d'années. "J'ai donc cherché des livres. Je me suis par la suite rendu compte qu'il s'agissait d'espaces créatifs. L'artiste ne faisait pas que produire des images. Il contrôlait aussi bien la mise en pages que la typographie." 

Le Zurichois est ainsi parvenu à rassembler 5000 volumes. Il y avait là des projets personnels de photographes. "J'en suis venu à m'intéresser également aux luxueux albums produits pour l'industrie et les grandes marques. Il s'agissait souvent là de productions hors commerce, destinées aux clients. Il fallait leur faire bonne impression. D'où de gros budgets débloqués."

Une course entre musées 

Ces livres rejoindront les 13.000, en cours d'inventaire avant numérisation, que possédait déjà l'Elysée. "Il y a aujourd'hui une véritable course entre institutions pour se avoir des fond de bibliothèque", a repris Sam Stourdzé. "Nous sommes parvenus à mettre la main sur l'un des plus importants qui soient." Une exposition se voit aussi prévue. Elle se déroulera cependant en 2015. Photo (Gilles Peress): L'une des images célèbres de "Telex Iran".

Ceci est bien sûr un texte intercalaire.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."