Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

PHOTO/Genève mandate Elisa Lavergo sur fond de politiquement correct

Crédits: RTS

Il pleut toujours où c'est mouillé, surtout dans une ville aussi arrosée que Genève. Elisa Larvergo (www.lego.ch) vient d'obtenir la première partie d'une enquête photographique lancée par la Ville, et les 25 000 francs qui s'y attachent. Le thème abordé touchera aux sports dans notre belle cité. Le projet global s'étalera sur trois ans. Il s'agira de montrer les activités physique «chaque année selon un angle différent». Le premier coup d’œil sera «sociétal». On retrouve là le vocabulaire des nouveaux maires de Champignac. J'y reviendrai. 

Pourquoi ait-je utilisé une métaphore aquatique pour commencer? Parce qu'Elisa, née en 1984, a jusqu'ici fait «un parcours sans faute». Diplômée de l'ESAA de Vevey et de la HEAD genevoise, la jeune femme a «trusté» un nombre record de bourses, de commandes et des résidences, sans parler d'un atelier au Grütli. Voyez plutôt! La photographe a reçu la Bourse Berthoud, le Prix Kiefer Hablitzel, la Bourse de la Fondation Gandur pour l'Art, la Bourse Unesco-Aschberg, la Bourse culturelle Leenaards, la Bourse du Fonds cantonal, et j'en oublie sans doute. Elle a obtenu des commandes de l'Elysée comme de la Ville de Vevey. A 32 ans, elle a également été achetée par divers Fonds publics. N'en jetez plus! Or voilà que la Ville de Genève, grâce à «un comité d'expert-es, en jette encore.

Six mois pour rendre son travail 

La lauréate (pardon, la «mandante») a commencé à travailler le 15 novembre. Elle doit rendre sa copie le 15 mai. Il lui faut d'ici là produire au moins vingt images. Celle-ci se verront ensuite utilisée par la Ville, qui adore communiquer. Notons que ce ne sont pas les premiers mandats que Genève octroie. Il y en a eu beaucoup dans les années 80. Il semble me souvenir qu'ils n'émanaient alors pas de la Culture et des Sports, mais de l'Aménagement du territoire, autrement dit du Canton. Il y aurait là de bons clichés à montrer une fois. 

Notez qu'on peut toujours espérer! «La promotion de la photographie sur le territoire genevois (...) s'inscrit désormais parmi les priorités de la politique culturelle du Département voulue par Sami Kanaan.» Celle-ci s'est déjà manifestée cette année lors des «50 Jours pour la Photographie» de 2016. Le communiqué de presse cite les expositions «Révélations» du Musée Rath, un rappel assez imprudent, et «Sans photographie» de la BGE, ce qui fait déjà plus sérieux. Il y a aussi eu cet été le projet sur les écrivains à Genève de David Wagnières, affiché en dépit du bon sens dans une rue où nul ne passe jamais. Je lis pourtant, toujours sur le même communiqué, qu'une présentation «sur l'espace public» constitue un autre «axe prioritaire afin daller à la rencontre des habitant-e-s.» Le tout pour «nous interpeller lors de nos parcours quotidiens.»

Le besoin de faire la leçon 

J'en resterai là après une dernière remarque. Je n'arrive plus à supporter ce langage à la fois catéchisant et bien pensant. L'épicène, ça va un moment sous cette forme. Pourquoi ne pas tout simplement «aller à la rencontre des gens»? Et faut-il préciser que le comité est composé «d'expert-e-s», alors que la chose me semble aller de soi? Il y a toujours à Genève ce besoin de faire la leçon, de jouer au Prix de Vertu, qui me court sur le système. Si vous voulez mon avis, la Ville aurait davantage de leçons à recevoir de l'extérieur qu'à donner. Sur ce, bonnes journé-e-s!

Photo (RTS): Elisa Lavergo, qui vient d'obtenir le mandat de la Ville de Genève.

Texte intercalaire. 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."