Veillet Thomas

FONDATEUR INVESTIR.CH

Thomas Veillet, 45 ans et des poussières, plus de vingt ans dans des salles de trading, blogueur, trader, râleur et plein d’autres choses. Thomas a passé pas mal de temps dans les grandes banques de la place, a été un banquier conforme avant de passer au non-conformisme. La création du «Morningbull» aura été le début d’un changement de direction vers plus d’indépendance. Aujourd’hui, il essaie de vulgariser le monde de la finance et de le raconter avec un angle décalé, histoire de prouver que ça peut aussi être drôle. Il y a bientôt deux ans, il a co-fondé le site Investir.ch, qui s'est rapidement imposé comme un des sites financiers romands - un site qui parle de finance sans détour, sans artifice et qui a une forte tendance à penser "outside the box" quand tout le monde est inside...

Peu importe combien tu pédales fort, à la fin la Chine se casse la figure

Je ne sais pas ce qui va se passer ces prochaines semaines pour redonner un peu de brillant au monde merveilleux de la finance, mais il va falloir trouver quelque chose. Parce que, pour le moment, j’ai le sentiment que l’on est en train de sombrer dans l’ennui le plus total.

Sérieusement, je me fais la réflexion suivante :

-   En général, motiver les investisseurs à faire quelque chose n’est jamais « facile ». Mais durant les mois d’été, c’est encore pire. Par contre, on nous dit tout le temps : « oui, mais à la rentrée scolaire, les gens sont à nouveau motivés ». En vérité c’est plutôt autour du 15 septembre qu’ils commencent à être motivés et il reste une « fenêtre de tir » de deux semaines pour les faire bouger, parce qu’après il faut préparer les vacances d’automne.

-   Mais là, en ce moment, je me demande comment est-ce que l’on va pouvoir motiver Joe l’investisseur à faire quelque chose quand on lit la presse financière ces jours.

-   Tout d’abord, la première chose que l’on vous met en avant ces derniers jours, c’est le fait que PEU-IMPORTE-CE-QUE-FAIT-LE-GOUVERNEMENT, la Chine se fait défoncer à la fin. Hier, le marché s’est une nouvelle fois effondré de 7%, malgré la plus grosse injection de cash jamais vue faite par le Gouvernement local. Ce matin, la Chine recule de 1.5%. Mais comme ce n’est pas encore fermé et qu’en général, ils s’activent durant la dernière demi-heure, ça ne veut rien dire.

-   Ensuite et toujours dans la même presse financière, on nous dit que les actions sont trop hautes, trop chères, que les graphiques pointent tous en direction d’une correction massive, que l’on va tous mourir si l’on achète des actions et que les stars du Nasdaq de ces derniers mois sont les cadavres à venir de ces prochaines semaines - si, si, comme en l’an 2000.

-   N’oublions pas non plus qu’il ne se passe pas un jour sans que l’on vienne nous dire qu’Apple, c’est de la daube et que le nouvel iPhone 6 ne se vendra jamais et que le premier déclin des ventes d’iPhone, c’est pour cette année, et que… et que… Vous me direz: oui mais ce n'est pas grave, Apple n’est qu’une seule action – et vous aurez raison, mais c’est quand même la plus grosse ET de loin, ET le jour où elle se prend 20% dans les dents, vous n’aurez pas envie d’être « Long future S&P ».

Et puis la réflexion ne s’arrête pas là: le marché des actions est pourri, la Chine est pourrie, l’économie américaine est en croissance, oui, mais à la vitesse d’un escargot au galop avec le vent dans le dos. La Grèce est sauvée, ok, mais pour combien de temps ? Et puis, pour mettre LA cerise sur le gâteau, tout le monde est convaincu que Yellen va monter les taux AVANT les vacances d’automne.

Chute libre des matières premières 

Ah oui, j’oubliais aussi le fait que les matières premières se font démonter la tête jour après jour. Le pétrole, ce n’est plus une surprise pour qui que ce soit, puisque maintenant tout le monde sait que le « fair-price », c’est 40$. Mais hier, le cuivre s’est retrouvé au plus bas depuis 6 ans. Inutile de vous dire qu’avec la Chine qui se prenait un uppercut à la mâchoire, suivi d’un crochet du droit avec enchaînement droite-gauche dans l’estomac, le cuivre avait toutes les peines du monde à résister.

Bref, en résumé, l’ambiance n’est pas topissime, et l’on se demande vraiment ce que l’on va bien pouvoir trouver comme histoire à raconter pour réveiller tout ce petit monde qui s’est endormi sur la plage durant cet été caniculaire. Là tout de suite, il y a  plein de choses que j’aurais voulu acheter comme investissement, mais je ne suis pas certain que la dépression ambiante qui nous guette ne gâche pas l’automne.

Et puis surtout, ce qu’il ne faut pas oublier, c’est que nous sommes le 19 août ce matin (et toute la journée d’ailleurs), et que dans les 12 jours qui viennent, on va commencer à vous rappeler avec insistance qu’en général les mois de septembre et d’octobre sont des mois tout pourris pour les investissements boursiers. Ceux qui ne me croient pas peuvent taper « octobre 1987 » dans Google ou encore « septembre + performances + boursières + médiocre » dans Google aussi. Ou dans Bing, c’est pareil.

La bonne nouvelle, c’est qu’en novembre on va vous parler de « Christmas Rally ».

Ceci mis à part, si l’on doit résumer ce qui s’est passé hier (mis à part le fait que la Chine s’est cassé la figure): les USA ont terminé légèrement en baisse, faisant comme s’il ne s’était rien passé à Shanghai et se concentrant sur les super-chiffres liés à l’immobilier; tout le secteur de la construction était en folie et on en oubliait presque les chiffres pourris, autrement dit ; le profit warning de Wal-Mart qui publiait des résultats trimestriels et des perspectives qui donnaient envie de se faire une pizza au Prozac, juste après avoir mangé une bruschetta à l’Anafranil avant de se finir avec une panacotta au Laroxyl.

Mais peu importe, à la fin, on ne s’en sortait pas si mal, si l’on compare avec la Chine.

En Europe, personne ne parlait de la Grèce, mais le marché baissait parce que les matières premières se faisaient taper dessus et que, du coup, toutes les boîtes européennes qui sont actives là-dedans se faisaient démonter aussi. En gros, le thème de la Chine était très présent, mais malgré cela, la baisse de la journée en Europe était relativement contenue je trouve. Limite, on fait de la résistance.

La Chine ralentit toujours 

Ce matin l’or qui est censé être une valeur refuge, en ces temps troublés, ne semble pas générer un intérêt débordant. Il est à 1117$ ce matin, tandis que le pétrole oscille toujours dans un range passionnant de 1$ autour des 42$. Ce matin, il est à 42.45$.

En Asie, ce matin, on ne change pas une équipe qui gagne. Quand j’ai commencé à rédiger ce texte, j’ai mentionné que la Chine ne baissait que de 1.5%, mais que ce n’était pas fini. C’était il y a 45 minutes et nous sommes déjà en baisse de 3.3%. Le Japon recule de 0.5% et Hong Kong de 0.85%. Ne cherchez pas de raison à cette baisse, c’est toujours le thème de la Chine qui ralentit, même si le marché reste en hausse de 67% ces 12 derniers mois, bon plus 67%, mais plutôt 65%, à la louche…

En première page du FT ce matin, on y apprend que les investisseurs fuient les marchés émergents comme la peste. La faute à la Chine. Un trillion de dollars serait sorti récemment. Merkel est sous pression pour le vote au sujet de la Grèce, la rébellion allemande se fait de plus en plus forte. Tsipras subit un peu le même genre de traitement chez lui, et pour la première fois, Merkel et Tsipras vivent la même chose au même moment. Poutine veut « garder la pression sur l’Ukraine ». Le FT nous parle également des Suisses qui vont faire le plein de produits étrangers en Europe « parce que c’est moins cher ». Toshiba publie une perte record après un scandale comptable.

Sur CNBC, un technicien a trouvé que sur le graphique du NYMEX, le pétrole pourrait aller même à 38$. Hier, il y en a un qui prédisait 20$. Ils vont bientôt prévoir des distributions gratuites à la pompe. Après les banques qui chargent des intérêts négatifs, pourquoi pas l’essence gratuite ? C’est un nouveau paradigme intéressant qui mérite d’être exploré.

Marc Faber nous met en garde contre le « Bear Market Invisible ». Jeff Gundlach estime que monter les taux cet automne serait une « mauvaise idée ». Et Fitch passe la note la Grèce sur CCC – au cas où vous vous demanderiez, c’est un UPGRADE !!!

Sur CNBC, on pense que la Chine pourrait dévaluer encore et que le vote sur la Grèce pourrait mettre sacré « chenil » dans le gouvernement Allemand, mais également dans le Gouvernement Hollandais. En fait, la Grèce a réinventé le cheval de Troie et ils sont en train de couler l’Europe de l’intérieur.

Dans le Barron’s on nous dit d’acheter Facebook et la Biotech, mais d’oublier les pétrolières. Le stratégiste de BlackRock pense qu’il faut s’attendre à une augmentation de la volatilité durant les mois à venir et une rotation de plus en plus actives de la part des investisseurs – en gros – du tout grand n’importe quoi, et le second article plus lu du Barron’s en ce moment, reste celui qui prédit le baril à 20$.

Côté chiffres économiques, nous aurons le Current Account en Europe, dont tout le monde se moque comme de sa première cravate Hermès, les nouvelles demandes d’hypothèques aux USA, le CPI et les inventaires du pétrole version EIA. Mais surtout, il y aura la publication des minutes du FOMC Meeting du mois passé. Déjà d’habitude, c’est un truc qui nous excite au plus haut point, mais là, à quelques semaines de la « normalement » première hausse des taux de la FED, c’est encore pire. Nous sommes chauds-bouillants, qui sait ce que l’on pourrait trouver comme indice qui nous donnerait la date et l’heure de la hausse des taux… On peut rêver, ça arrive dans les Experts à Las Vegas, alors pourquoi pas dans ceux de Wall Street.

Pour le moment, les futures sont en baisse de 0.2% et la Chine se rétame de 3% (pour le moment). L’Euro/$ est à 1.1044, le Yen vaut 124.25, le Bitcoin est à 225$ en chute libre depuis trois jours, mais tout le monde s’en fout et pendant ce temps-là, la BNS maintient le plancher de l’Euro/Suisse à 1.0787 – pas facile, ça revient un poil. Le 10 ans américain vaut 2.18%.

Voilà… c’est tout pour ce matin. J’en conclus que les mois qui viennent risquent d’être un peu plus actifs que les deux derniers, mais pas forcément plus facile. La Chine, la Grèce et les taux devraient encore faire parler d’eux demain. En attendant, je vous souhaite un excellent début de journée, un bonne clôture chinoise  - ça fait quand même plaisir d’avoir des marchés où tout peut arriver – et on se retrouve demain pour la suite de la semaine… Bon café et à demain.

 

Thomas Veillet

Investir.ch                           

 “Your work is going to fill a large part of your life, and the only way to be truly satisfied is to do what you believe is great work. And the only way to do great work is to love what you do. If you haven't found it yet, keep looking. Don't settle. As with all matters of the heart, you'll know when you find it.”

Steve Jobs

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."