Musard Antoinette

ETUDIANTE EN ENTREPRENEURIAT

Après avoir achevé un bachelor en agronomie et être partie voyager pendant 11 mois autour du monde, Antoinette a entamé un master dans l’entrepreneuriat qu’elle combine avec un emploi à 40%. Encore en quête de sa voie, cette jeune femme dynamique aime découvrir de nouvelles choses et rencontrer du monde, et espère un jour, avoir le déclic qui lui permettra de réaliser un de ses rêves : fonder son entreprise.

Petite startup deviendra grande

Le cycle de vie d’une startup est un peu comparable à celui d’un bébé qui devient grand, non ?

Au départ, quelque chose émerge dans notre tête. En discutant avec des amis, en travaillant, en découvrant un nouvel endroit ou une nouvelle chose, on a un jour l’idée de notre future startup, the one. On en discute, on échange avec notre entourage et on investit beaucoup d’énergie à faire des plans sur la comète jusqu’au jour où elle commence à prendre forme, pour de vrai.

La naissance : ce moment si extraordinaire où on a l’impression qu’on va pouvoir conquérir le monde tant notre idée est incroyable. On trouve un nom – le plus beau de tous évidemment et on lui donne une forme – via le logo, les statuts, les bureaux, etc – et là encore, c’est la plus belle, c’est notre startup, on en est fière.

Une fois vivante, notre startup nous en fait voir de toutes les couleurs : quelle est son USP ? Quel est le besoin auquel elle répond ? Qui sont les clients ? Comment gère-t-on tous les aspects administratifs ? Bref. La naissance d’une startup, ce n’est que le début de l’aventure, comme avec un bébé. Bien sûr, on a des amis, de la famille, des coachs qui sont déjà passés par là et qui nous donnent tous leurs conseils pour que ça se passe au mieux avec la nôtre. Mais pourtant, le résultat est toujours le même : c’est mon co-fondateur et moi qui se tapons tous les soucis, les nuits blanches et les mauvais moments de notre startup…Heureusement, il y a tous ces moments extraordinaires que nous fait vivre notre bébé, heu…notre startup, comme lorsqu’on a notre premier client, ou celui où on a notre premier article dans la presse, ou celui encore où un investisseur montre un semblant intérêt pour notre projet.  

Puis vient le jour où notre startup grandit. Cette étape charnière où la sélection est rude. Seules les plus fortes – enfin…les plus adaptées aux clients et au marché – survivent et elles sont peu puisqu’à priori près de 80% des startups n’existent plus après 5 ans.

Mais si on a été de bons parents, on a réussi à faire en sorte que notre startup devienne suffisamment autonome pour qu’on la laisse voler de ses propres ailes (ou presque).

Vient alors le moment où on peut enfin se "reposer" et regarder avec plaisir notre startup devenir grande…ou alors on est assez fou pour recommencer et essayer de faire une petite sœur.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."