Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

PEINTURE/Un prix et une rétrospective pour Sébastien Mettraux

Crédits: 24 Heures

C'est son mois faste. Sébastien Mettraux, qui a en ce moment droit à une rétrospective intitulée «En suspens» sur les dix dernières années de son travail à la Ferme de la Chapelle (elle dure jusqu'au 11 février), vient de recevoir le Prix de la Biennale d'art contemporain de La Chaux-de-Fonds. La 73e du nom. On a beaucoup vu Sébastien ces derniers temps, ce dont je ne me plains pas. Né en 1984, le Vaudois a ainsi bénéficié d'une très originale exposition l'an dernier dans la gare de Vallorbe, où il est né, vit et travaille. La chose s'intitulait «Ex Machina». C'est Karine Tissot qui l'avait organisée, publiant un beau livre en parallèle. 

Sébastien a donc été choisi par le jury le 24 janvier. Celui-ci a apprécié ses grandes toiles un peu froides. Elles mettent en valeur les éléments d'un patrimoine industriel parfois obsolète. Il s'agit d'un art à la mesure de son sujet. Lent. Méticuleux. La trace du pinceau ne se voit pas. Le mécanique prime sur l'humain. Difficile d'introduire un tel univers chez soi, à une époque où il faut bien vendre. L'art de Sébastien Mettraux possède quelque chose de très muséal.

Trois autres prix

Trois autre prix ont été octroyés. Le jury en a un à disposition pour les «jeunes talents». C'est Natacha Donzé, née en 1991, qui l'a obtenu avec des peintures abstraites elles aussi un brin réfrigérantes. Le prix de la Fondation Huguenin-Dumittan est géré par les Amis du musée. Ils ont choisi Léopold Rabus, dont on peut voir une huile, elle aussi gigantesque, au Musée cantonal des beaux-arts. Hyperréaliste, elle montre l'artiste en train d'ébaucher une colonnade romaine. Qui a dit que les références classiques ont disparu? Le public a lui aussi voix au chapitre. Son prix est allé aux peintures, cette fois souvent minuscules, de Solène Mercier, qui aura 20 ans en 2018. 

Le communiqué du musée précise qu'il souhaite que le lauréat de son choix ait une exposition dans le cadre de la Biennale 2019-2020. Je rappelle que l'institution est dirigée depuis le début du mois par David Lemaire, que l'on a connu au Mamco genevois. Il a remplacé Lada Umstätter, pendant dix ans à la tête de l'institution. Elle œuvre aujourd'hui au Musée d'art et d'histoire de Genève. C'est ce que l'on appelle un chassé-croisé.

Pratique

«Biennale d'art contemporain», Musée des beaux-arts, 33, rue des Musées, La Chaux-de-Fonds, jusqu'au 11 février. Tél. 032 967 60 77, site www.chaux-de-fonds.ch/musees/mba Ouvert du mardi au dimanche de 10 heures à 17 heures. «Sébastien Mettraux, En suspens», Ferme de la Chapelle, 39, rue de la Chapelle, Grand-Lancy, jusqu'au 11 février. Tél. 022 342 94 38, www.fermedelachjapelle.ch Ouvert du mardi au dimanche de 14h à 18h.

Photo (24 heures): Sébastien Mettraux devant quelques-unes de ses toiles.

Texte intercalaire.

 

 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."