Antoine Verdon

ENTREPRENEUR ET INVESTISSEUR, ZURICH

Antoine Verdon crée sa première société, Sandbox SA, après des études de droit à Fribourg et à Saint-Gall, puis dirige un fonds d'investissement basé à Zurich, actif dans les fintechs. Il conseille actuellement plusieurs banques en matière de digitalisation et lance un nouveau projet à l'intersection de la technologie et du secteur juridique. En 2010, il est nommé par le magazine L'Hebdo parmi les « 100 personnalités qui font la Suisse romande ».

Peak jobs: la vraie crise de l'emploi est celle à venir

Verra-t-on une "Google car" lors du prochain salon de l'Automobile de Genève? Le géant de Mountain View a homologué sa "self-driving car" aux Etats-Unis et il est à présent légal de posséder une telle voiture dans le Nevada et en Californie. Le premier client est un aveugle.

Aujourd'hui, ces véhicules sont vendus aux alentours de 100'000 dollars. Dans quelques années, quand le coût de cette technologie aura baissé, nos voitures manuelles seront inéluctablement remplacées par des modèles entièrement automatiques car la conduite humaine, moins sûre, sera sanctionnée par des primes d'assurance plus importantes, dissuadant les jeunes de passer leur permis, en dehors du cercle des passionnés.

Si une voiture privée peut circuler sans conducteur, c'est aussi le cas d'un camion, d'un bus et d'un taxi. Alors, pourquoi engager des chauffeurs, si on peut transporter de la marchandise ou des personnes pour moins cher et de façon plus sûre grâce à un ordinateur de pilotage? Rien qu'en Suisse, un tel changement mettra des dizaines de milliers de personnes au chômage.

La technologie - qui se développe de façon exponentielle - a pour effet de supprimer de plus en plus d'emplois. Quand êtes-vous entrés pour la dernière fois dans une agence de voyage ou chez un disquaire? Dans nos gares, les guichets ont été remplacés par des distributeurs de billets, qui sont à leur tour en train d'être remplacés par des applications mobiles, annonçant la mise au chômage prochaine des techniciens chargés de l'entretien des automates.

Bientôt plus besoin d'employés communaux pour relever les compteurs électriques. Ni de caissiers dans les supermarchés. Les surfaces de vente physiques disparaissent progressivement au profit de plateformes en ligne. Dans combien de temps Fab va-t-il remplacer IKEA? Ou Zalando H&M? Et contrairement à ce que l'on voudrait croire, ce phénomène ne concerne pas que les professions subalternes: les robots sont déjà en train de fournir une partie non négligeable du travail de certains médecins et avocats.

Dans les années 70, le parti socialiste voulait interdire les ordinateurs, de peur que l'informatique ne détruise des emplois. Cela s'est révélé faux pendant les dernières décennies: c'est un processus de destruction créatrice qui s'est mis en place, remplaçant des emplois répétitifs par du travail plus qualifié.

Mais cette semaine, Techcrunch pose une question intéressante: et si nous avions atteint "peak jobs", soit le moment où le développement technologique commencera à détruire plus d'emplois qu'il n'en crée? Si "peak jobs" n'est pas encore là, nous atteindrons sans aucun doute ce point dans les prochaines années. Que se passera-t-il alors?

Dans les années 50, on s'imaginait les années 2000 comme un monde rempli de voitures volantes, où l'homme serait libéré de ses tâches ingrates. On voyait des images de ménagères assises sur un canapé, un robot à leurs côtés. Le monde a évolué différemment de ce que nous avons prédit. Je pense que l'on ne doit pas voir le futur avec inquiétude, mais se demander quel sera le rôle de l'homme dans un monde où de plus en plus de personnes n'auront peut-être plus besoin de travailler pour subvenir à leurs besoins - du moins dans le sens où nous comprenons le travail aujourd'hui. L'émergence d'une économie de l'abondance?

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

"Tout ce qui compte.
Pour vous."