Levy Paul Edgar

JURISTE & ENTREPRENEUR

Avocat-stagiaire résolument entrepreneur, Paul-Edgar, passionné d’innovation et d’immobilier, partage dans son blog des témoignages d’entrepreneurs sur la face cachée de leurs aventures.

Adrien Perrottet et le succès de Bodysport grâce au e-marketing

10 ans après avoir décidé d'arrêter ses études pour créer son entreprise, Adrien est à la tête de BodySport, le leader des compléments alimentaires et produits de fitness en Suisse. Son secret ? Le e-marketing.

Les « success stories » entrepreneuriales nous fascinent, nous font rêver jusqu’à nous sembler trop belles et inimitables. Sauf qu’elles ne sont que la partie émergée de l’Iceberg ; lorsqu’on s’intéresse de plus près aux parcours de ces entrepreneurs, on se rend compte que le chemin vers le succès est bel et bien à la portée de tous.

Adrien a tracé sa route. Ce Suisse de 33 ans originaire de Montreux et titulaire d’un CFC en informatique de gestion est le CEO de Bodysport.ch, le leader des compléments alimentaires et matériels de fitness en Suisse. Fort d’une infrastructure sur mesure et d’une stratégie marketing de pointe, son entreprise réalise plusieurs millions de chiffres d’affaires par année pour seulement une dizaine de salariés. Installé depuis ses débuts avec toute son équipe au Bouveret, Bodysport espère inaugurer cette année son nouvel entrepôt construit sur mesure pour ses besoins qui fera plus de 1'700 m2. Pourtant, Bodysport, service B to C, n’est présent dans aucun média et n’a opéré aucune levée de fonds.  

Vers bodysport.ch

Un vrai autodidacte

Une âme d’entrepreneur. Adrien eut le déclic pour l’entreprenariat à l’âge de 17 ans lorsque son père lui a offert son premier ordinateur. Alors que la plupart des jeunes se seraient empressés d’aller acheter les tout nouveaux jeux vidéo disponibles, Adrien s’est rendu sur internet afin d’apprendre à développer un site web.

Premier carton et premier accroc. En parallèle de sa maturité professionnelle, fort de ses connaissances en informatique, Adrien, observant la tendance des rencontres en ligne décida de lancer son propre site de rencontres, Mymissty.com. Il a vu juste. Dès sa sortie c’est le carton. 120'000 membres en moins d’une année et plus de 35 millions de pages vues par mois.  Rien que ça. Son système de gamification - parrainage fonctionna à la perfection. Son site qui générait CHF 50'000.- par année lui permettait d’être 100% indépendant. Sauf que deux ans plus tard, Facebook débarque en Europe tel un ras de marré. Les sites de rencontres plongent. Non épargné Adrien qui commençait tout juste son bachelor en économie d’entreprise voit bien qu’il ne peut pas rivaliser et ferme Mymissty.com. Fin de l’aventure.

La remise en selle. Quelques mois plus tard, au cours de sa première année de bachelor, en 2009, il observa que son frère alors fan de fitness ne cessait de commander des compléments alimentaires aux États-Unis. Entre délais d’attente à rallonge et frais de douane indécents, il flaira l’opportunité. Après quelques recherches, constatant que rien n’existait en Suisse il développa un premier site web d’e-commerce destiné aux compléments alimentaires. Une fois opérationnel, il commanda CHF 5'000.- de marchandises prix fournisseurs et les mis en vente sur sa nouvelle plateforme. Bingo. Quelques jours plus tard, c’est déjà la rupture de stock. Marché validé, il ne restait plus qu’à foncer.

L’observation, son facteur X

Boosté par papa.  Malgré des débuts prometteurs, Adrien était confronté à deux problèmes. Un, il était étudiant. Deux, il n’avait pas suffisamment d’épargne. Mais, boosté par son papa professeur d’école qui lui dit que s’il veut entreprendre c’est maintenant, car jeune et sans charge fixe il n’a rien à perdre, il se lance. Ainsi, Adrien contracta un prêt à la consommation à hauteur de CHF 30'000.- au taux de 11% et en investi l’intégralité dans des produits qu’il stocka dans l’entrepôt d’un copain. Exit les Études, il était parti.

Initiation à la publicité en ligne. Premier acteur en Suisse de ce marché spécialisé, Bodysport enregistre tout de suite des volumes de ventes intéressants, mais pas suffisants pour devenir réellement rentable.  Sans expérience dans le domaine, Adrien commença la publicité sur internet pour mettre en avant ses produits. Observant que ses chiffres étaient en nette augmentation il décida de se former à ces technologies. Comment ? Autodidacte, il se mit simplement à lire des forums puis tester sans relâche tout ce qu’il y découvrait. Travail payant, son chiffre d’affaires est multiplié par 5 en moins d’un an.

Un passage à l’échelle difficile. Fort de ses résultats, Adrien diversifie l’activité de Bodysport en offrant désormais des équipements de fitness, embauche de nouveaux collaborateurs, déménage sa société dans un entrepôt de plus de 500 m2 et ouvre sa plateforme au marché belge et français. Bref, une croissance de rêve. Sauf que la gestion d’une entreprise c’est différent d’une startup et Adrien se rend compte que l’on peut être très bon entrepreneur, mais très mauvais directeur. Manque de tact, prise de tête, absence de structure, la gestion de son personnel fut un vrai fiasco, ce qui déteignait dangereusement sur ses résultats. 

E-marketing et fidélisation

Capitaliser sur ses forces. Dans l’impasse, il plaça son petit frère Lucien pourtant géomètre de formation, mais qu’il connaissait mieux que personne au poste de directeur. Succès au rendez-vous. Posé, bon communiquant et pédagogue il redonna confiance à toute la société. Fort de cette réorganisation interne, Adrien put de nouveau se concentrer sur ce qu’il sait faire de mieux : créer de la valeur. Il se lança à corps perdu dans l’automatisation des tâches quotidiennes de ses salariés et l’optimisation de sa stratégie marketing, notamment grâce à AdWords, le système d’annonce de Google. Si bien qu’aujourd’hui, après 10 ans d’activité Bodysport génère un chiffre d’affaires annuel de plusieurs millions en ne comptant qu’une dizaine de salariés tous basés en Suisse et sans avoir opéré la moindre levée de fonds. Bluffant.

Son point fort, le marketing en ligne. Difficile à comprendre pour un jeune entrepreneur suisse à succès actif depuis 10 ans, mais Adrien est totalement absent des médias. Pour lui c’est simplement lié à son secteur d’activité. Pour maximiser son retour sur investissement, il doit placer ses publicités là où ses clients cherchent ses produits, soit sur internet. Ainsi pour vendre une corde à sauter, l’objectif de Bodysport sera d’apparaître dans les premiers résultats Google en lien avec les mots « corde + à + sauter » afin que sa publicité ne soit que la réponse à ce besoin. Autrement dit les clients chauds. Tout l’inverse d’une publicité dans un média, car la probabilité que les lecteurs d’un article soient en même temps à la recherche d’une corde à sauter est bien plus faible. Autrement dit les clients froids.

Son second point fort, le service client. En Suisse plus qu’ailleurs, l’expérience client est essentielle. Livraison sous 24 heures, retour gratuit, hotline disponible en tout temps, le Suisse est exigeant. Alors Bodysport en a fait une de ses forces. Mais comment offrir les mêmes prestations que Zalando et Amazon en étant 100% suisse ? Le secret de Bodysport c’est l’automatisation. Chez eux, l’informatique est omniprésente afin que les tâches des employés soient réduites au minimum. Par exemple en cas de retour d’un produit, en un scan, le produit est rangé, le client est indemnisé et le tout est inscrit dans la comptabilité.

En résumé. Humble et autodidacte, Adrien, parti de rien, a utilisé ses facultés d’observation pour trouver un segment de marché à fort potentiel. Conscient de ses lacunes, il s’est bien entouré. Puis s’est démené afin de capter la meilleure manière de répondre aux besoins de ses clients et les fidéliser. Fidèle à sa recette, Adrien a depuis cofondé Nutrilife et biobox.ch et travail sur un nouveau projet, HairPandy.com.


Les conseils d’Adrien :

-   Devenir entrepreneur cela doit avant tout être une passion et non un moyen de devenir riche.

-   S’entourer d’entrepreneurs afin de pouvoir en tout temps s’adresser à des gens qui te comprennent.

-   La clé c’est de réfléchir à « comment commercialiser ? », car on peut avoir le meilleur produit du monde sans pour autant réussir à le vendre. 

Adrien et Lucien Perrottet, respectivement CEO et directeur de BodySport

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."