Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

PATRIMOINE / Par monts et par Vaud samedi

Il a finalement fait (presque) beau! Les Journées du patrimoine ont donc su se trouver un public samedi 7 septembre dans le canton de Vaud. Elles subissaient pourtant une rude concurrence. «Le Livre sur les quais», quatrième du nom, était supposé attirer ce monde et l'autre (de préférence le premier, tout de même...) à Morges. La manifestation affichait un nombre d'écrivains (ou du moins d'écrivants) record.

Vaud connaît pourtant un problème géographique. Il suffit d'étaler une carte. Il y a loin, surtout en train, d'Yverdon à Vevey en passant par Moudon. Autant dire que les amateurs peuvent découvrir peu d'objets en un seul jour, surtout si la visite se veut guidée. C'est fou le temps que peut parfois prendre la découverte d'un monument grand comme un mouchoir de poche... Je vous raconte du coup mon emploi du temps.

Au Capitole, à Lausanne

Première étape matinale, Le Capitole à Lausanne. Ouvert en 1928, le cinéma a été transformé en 1951. Il est depuis resté dans son jus, avec ses appliques en Murano et ses murs plissés de tissu. Il s'agit d'un des derniers «paquebots» romands, capables d'accueillir dans les 1000 spectateurs. Rien à voir avec les palais aztèques, néo-gothiques ou égyptiens construits par les compagnies hollywoodiennes à la fin du muet. C'est juste le témoin d'un temps révolu, maintenu en vie par Lucienne Schnegg, que Jacqueline Veuve (morte cette année) a nommée «La petite dame du Capitole» dans le film qu'elle lui a dédié. En 2010, Lucienne a dû vendre à la Ville. Celle-ci a remis la salle à la Cinémathèque. Tout est pour une fois bien qui finit bien.

Le parcours réserve des surprises. «Allez voir la soufflerie», suggère un visiteur a un autre. «Il faudrait la classer. C'est de l'archéologie.» On pourrait en dire autant des loges, remontant au temps où le Capitole servait encore pour des spectacles «live». Tout est resté en place. Les lavabos sont de 1928. Le trône des toilettes... «Nous n'osons rien toucher. Tout est protégé», assure la guide. Une bonne nouvelle. «Le patrimoine reste mal protégé dans le pays de Vaud», explique le responsable d'un autre canton. Un seul exemple. Une belle maison 1900 de l'avenue de la Gare vient d'être démolie, à côté de la tour Edipresse, pour bâtir un vilain immeuble de bureaux.

Vevey bat de L'Aile

A Vevey, le château de L'Aile, qu'habita longtemps un Paul Morand chassé de France pour cause de pétainisme actif, est entré depuis plusieurs années en restauration. Il y avait eu la visite avant travaux, en 2010. Voici celle du chantier. Il semble que les façades, sous bâches, se refont une beauté. La réfection des intérieurs néo-gothiques, elle, stagne. J'éprouve de la peine à voir la différence. Autour de moi, les gens admirent néanmoins. Mieux. Ils approuvent.

Juste à côté, la Salle del Castillo, bâtie entre 1906 et 1908, est également en travaux. Le décor crémeux, plein de pâtisseries en stuc, devrait retrouver de son lustre. Une équipe est là pour présenter réalisations et projets. Ils semblent très ambigus. Si les plâtres se refont, la lustrerie sera moderne, alors qu'il subsiste des éléments d'époque comme base. «Nous ne voulons pas de faux vieux», explique l'un des architectes mandatés. Si les fresques effacées sont perdues, il faudrait cependant savoir ce que l'on veut pour les restitutions. Allemands ou Russes s'encombreraient moins de scrupules. En Suisse, l'éthique commande, avec ce qu'elle suppose de rigide. Mieux vaudrait peser au ré-sul-tat.

La chapelle chez Madame de Staël

Nyon pose moins de problèmes avec la réparation de son église. C'est l'occasion d'y entrer. Beau chœur roman. Fresques aussi bien médiévales que du XXe siècle. Et la montée sur les échafaudages, casque blanc sur la tête, afin de découvrir le clocher. Il faut pour moi faire vite. Le château de Coppet va fermer. Or son propriétaire ouvre exceptionnellement la chapelle et ses sacristies. Une abomination commise par Mathilde d'Haussonville entre 1882 et 1891. Il s'agissait de faire revenir à la «vraie foi» la chambre de Madame de Staël, rigide protestante en dépit des apparences, et de faire couler de l'eau bénite à la place d'un lit où bien des choses s'étaient passées.

Sans envergure, le résultat apparaît bien sûr désolant. Ce néo-gothique n'offre pas la splendeur des réalisations victoriennes. Tout cela reflète le goût pauvret d'une noblesse française devenue bien bigote et petite-bourgeoise après la restauration de 1814.

Eclairages en tous genres

Tout s'arrête alors dans le canton de Vaud. Lausanne ne possède pas ce côté fédérateur qui permettrait, à l'instar de Genève, d'y organiser le soir des conférences. J'ai donc fini ma «folle journée», pour parler comme le Figaro de Beaumarchais, à la HEAD, près de la gare. Les exposés portaient sur le feu et la lumière qui constituent, même si on l'oublie souvent, les thèmes de l'année.

Marie Theres Stauffer, qui enseigne paraît-il à l'Université de Genève, a anoné des choses sur «Lumière, flamme et miroir». Anastajza Winiger-Labuda et Corinne Walker ont joué avec brio es duettistes pour «Eclairer les intérieurs genevois au XVIIIe siècle». Michel Porret pouvait leur succéder. Il a été sans surprise avec lui question d’hérétiques, de sorcières et de bûchers. Une manière de s'éclairer comme une autre. On pense à Néron et les chrétiens dans «Quo Vadis?» d'Henryk Sienkiewicz (1896). Un écrivain mort en 1916 à... Vevey!

Pratique

Les journées continuent ce dimanche 8 septembre. Je recommanderais pour Genève la visite des verrières d’immeubles, la collection Motosacoche ou la tuilerie romaine des bois de Chancy. Pour Vaud, il y a les ex-sanatoriums de Leysin. A Délémont, les locomotives à vapeur. A Fribourg, l'église de la Visitation. Sites à consulter: www.patrimoinesuisseromand.ch et www.venezvisiter.ch Pensez aussi à regarder la météo. Photo (Chantal Dervey): l'intérieur néo-gothique du château de L'Aile à Vevey.

Prochaine chronique le lundi 9 septembre. L'AMAM a 40 ans. Le Mamco fête l'anniversaire de son association ce week-end.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."