Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

PATRIMOINE/ L'Unesco classe Le Corbusier en Suisse comme ailleurs

Crédits: Philippe Maeder

La troisième fois aura été la bonne. C'est dans un sommet bâclé pour cause de tentative de coup d'Etat que l’œuvre du Corbusier aura été classé à Istanbul, le 17 juillet, au Patrimoine mondial de l'Unesco. Un œuvre ramené à 17 constructions seulement. Ont été abandonnées les villas de jeunesse à La Chaux-de-Fonds au profit d'une capitale entière comme Chandigarh en Inde. Le but de l'Unesco est moins le concours de beauté qu'une représentativité géographique et culturelle. Une cité horlogère (comme La Chaux-de-Fonds, précisément) vaut autant pour l'organisation internationale que la plus spectaculaire des cathédrales gothiques. 

Sur la liste «Corbu», le curieux retrouve donc autant des constructions religieuses (Rondchamp, La Tourette...) que des immeubles (La Cité Radieuse de Marseille) ou des constructions privées (la Villa Savoye). Il y en a pour la Suisse et la France, bien sûr, mais aussi la Belgique, l'Allemagne, l'Argentine ou le Japon. Comme ça, tout le monde est content. L'Unesco avait donc blackboulé par deux fois la proposition Le Corbusier, comme elle vient d'envoyer Frank Lloyd Wright sur les roses. Demande incomplète. L'organisation tenait beaucoup à Chandigarh, que le développement urbain menace aujourd'hui gravement dans son intégrité d'origine. Sa présence confortait la liste dans ce qu'elle possède aussi de social.

Berne, Bellinzone et les Alpes 

La Suisse reçoit du coup un bout de classement supplémentaire, comme pour les palafittes «lacustres» préhistoriques. Si les villas représentatives du «style sapin» se sont vues éliminées (mais elles ne semblent nullement en danger), il subsiste en effet la minuscule maison «Le Lac», construite pour les parents de l'architecte en 1923 en bordure du Léman. L'illustre cabanon de Corseaux a été classé «bien culturel suisse d'importance nationale» depuis longtemps. L'immeuble «Clarté» de Genève, édifié dans la douleur en 1932, se retrouve également maintenu. Classé monument historique en 1986, il a subi une complète (et coûteuse) restauration entre 2007 et 2009. 

La liste de l'Unesco comporte aujourd'hui 1031 sites répartis dans 163 pays. Rappelons qu'elle comprend aussi de nombreux lieux naturels. La Suisse en possédait déjà onze, dont deux en «pool» avec l'Italie. Leur énoncé complet refléterait bien le caractère aléatoire et invertébré de l'entreprise, qui mélange volontiers les carpes et les lapins. Il y a là aussi bien la ville ville de Berne (1983) que les Alpes-Jungfrau-Aletsch (2001), les châteaux de Bellinzone (2000) ou les chemins de fer rhétiques (2008). 

P.S. J'ai voulu faire un article neutre. Mais j'avoue aussi peu apprécier l'architecture du Corbusier que le personnage. J'en profite pour signaler que les Editions Infolio ont sorti le Tome III de sa correspondance, «Lettres à la famille, 1947-1965». Le volume compte 895 pages. 

Photo (Philippe Maeder): Le cabanon de Corseaux, près de Vevey.

Texte intercalaire.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."