Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

PATRIMOINE/Des Bretons repeignent des Calvaires avec des couleurs fluo

Crédits: Flicker/Le Figaro

Le mal court, et c'est normal. Mais il semble désormais gagner de la vitesse. Après les constructions sauvages, la médecine sans autorisations ou les religions parallèles, on assiste à la multiplication des restaurations d’œuvre d'art par des amateurs. Jusqu'ici, il s'agissait de choses blâmées en haut lieu. La Bretagne, qui n'est pourtant plus une région reculée, se lance aujourd'hui dans une opération couverte par les autorités locales. Et ce ne sera certes pas un Ministère de la culture moribond qui va intervenir. Des croix se voient recouvertes de couleurs fantaisistes. Et cela sous prétexte d'authenticité. «On a retrouvé des documents prouvant que ce patrimoine était peint à l'origine.» 

Dans son édition virtuelle d'hier, «Le Figaro» (qui reste, je suis navré de le dire le seul quotidien français se souciant un peu du passé) a montré une photo d'un groupe sculpté repeints de teintes fluo, à mon avis difficile à enlever. A l'origine de cette dénaturation se trouve l'Association des sept calvaires monumentaux de Bretagne. Deux croix, à un en lire le journal, ont déjà été barbouillées à Plougastel-Daoulas. Une troisième doit l'être ces prochaines semaines. Il s'agit de «revivifier un petit patrimoine religieux.» Chargée de mission au sein de ladite association, Justine Derouault a admis que l'accueil restait mitigé. Il y a du reste eu une manifestation devant la mairie. Les protestataires doutaient (à bon droit, selon moi) de la légalité de cette entreprise en Technicolor.

Suites prévues

Ce qui fait peur, c'est que l'opération doit s'étendre avec au moins une intervention par an entre Guéhenno, Pleyben, Guimiliau ou Saint-Thégonnec. Il s'agit d'un projet intitulé «Quand les calvaires étaient peints». Il aurait été monté en collaboration avec la Direction régionale des affaires culturelles (ou DRAC) de Bretagne. Notons qu'il y a dans ce pays plus de 3000 croix et calvaires ayant parfois plus de 400 ans. Du pain sur la planche... 

Que les statues aient jadis été peintes (maintenant je ne cite plus «Le Figaro»), aucun doute. La statuaire médiévale l'était déjà. Il n'y a que Le Corbusier pour avoir osé écrire en 1935 cette énorme ânerie que constituent les mots «Quand les cathédrales étaient blanches». Mais les tons naturels restaient doux, et le travail confié aux meilleur peintres possibles. Rien à voir avec les produits synthétiques d'aujourd'hui. Et puis le temps a fait son œuvre, modifiant en profondeur notre regard. Après tout, les temples et les sculptures grecs étaient déjà polychromes. Une idée que le XIXe siècle a d'ailleurs eu bien du mal à admettre. De là à tout restituer... Va-t-on bardoufler pour autant la «Vénus de Milo» ou le portail de Saint-Trophime à Arles?

Précédents espagnols 

L'affaire bretonne intervient quelques jours seulement après celle d'El Ranadorio, en Espagne. Dans ce village de 28 habitants, une femme a repeint une «Sainte Anne» en bois du XVe siècle, pieusement restaurée en 2002-2003. L'affaire a fait le 7 septembre la Une des journaux d'un pays où l'on se préoccupe visiblement davantage de patrimoine qu'en France. L'accusée a argué qu'elle avait peint la statue, avec l'accord du curé, «comme elle avait pu et avec les couleurs qui lui avaient semblé les bonnes.» En août, un «Saint-Georges» médiéval avait déjà subi le même sort en Navarre. Auparavant, il y a déjà eu (mais c'était en 2012) le cas d'une fresque sur le thème de l'«Ecce Homo». Elle s'était vue «améliorée» par une paroissienne. A qui le tour maintenant?

Photo (Flicker/Le Figaro): L'une des interventions colorées de ces derniers jours en Bretagne.

Texte intercalaire.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."