Colin Xavier

JOURNALISTE

Xavier Colin est journaliste, chercheur associé au GCSP, le centre de politique de sécurité de Genève, fondateur de GEOPOLITIS et ambassadeur de Terre des hommes.

Pas d’internet... pas de toilettes!

Il y a ceux qui ont tout: c’est nous. Et il y a ceux qui n’ont rien, ni internet, ni électricité, ni téléphone, ni toilettes: c’est eux. «Eux», c’est – excusez du peu! – entre un tiers et une moitié de la planète.

Statistiques étonnantes et pourtant dramatiquement révélatrices: 4 milliards 300 millions de Terriens ne sont (toujours) pas connectés à internet, 1 milliard 200 millions d’habitants n’ont pas (encore) l’électricité et 2 milliards et demi d’hommes, de femmes et d’enfants ne peuvent (jamais) bénéficier d’un accès à des toilettes dignes de ce nom.

Internet? De nos jours, environ une personne sur trois dans le monde a accès à internet, soit 2 milliards 700 millions d’habitants sur près de 7 milliards d’âmes. La Banque mondiale, qui dresse ce constat, relève que le fossé est encore plus béant s’agissant d’internet à haut débit dont peuvent profiter 1 milliard 100 millions d’utilisateurs, soit un petit 15 % de la population mondiale.

Certes, le nombre d’internautes a triplé depuis 2005. Mais le fait est là, incontestable: les technologies modernes n’ont pas répondu aux attentes et n’ont pas contribué à réduire les inégalités enregistrées à l’échelle mondiale. Voilà pourquoi des géants du web, de l’électronique et des télécoms ont initié le projet internet.org: il s’agit de multiplier par cent les connexions internet d’ici à cinq ou dix ans, tout en réduisant leurs coûts. Facebook, Ericsson, Qualcomm et Samsung au secours des personnes non connectées de la planète! Question: sera-ce suffisant pour atteindre un accès universel – et abordable - d’internet?

L’électricité? Qui sont donc ces 1200 millions de Terriens qui ne sont pas au courant? La Banque mondiale nous apprenait il y a un an que ces mal lotis vivent pour la plupart dans une vingtaine de pays d’Afrique subsaharienne et d’Asie. Les plus démunis d’entre eux évoluant en milieu rural. Au plus haut niveau de l’Organisation des Nations Unies, on s’est fixé un objectif ambitieux: que 100% de la population mondiale soit connectée à l’électricité d’ici à 2030. Question: est-ce que cela réduira d’autant le nombre de Terriens n’ayant pas accès à internet?

Et les toilettes? N’évacuons pas ces statistiques qui font tache: dans le monde actuel, 2 milliards 500 millions de Terriens sont privés de toilettes et utilisent pour assouvir leurs besoins naturels des seaux, des sacs en plastique ou des latrines à fosses mal isolées. Une large portion de ces «sans toilettes», un milliard d’individus, n’a pas d’autre choix que de faire ses besoins à l’air libre, dans les champs, dans les forêts, dans les rivières ou dans les rues.

Il en résulte des zones durablement polluées par les excréments, avec les implications que l’on connaît sur la santé publique: diarrhée, choléra ou typhoïde. Les cas de diarrhées, à eux seuls, sont responsables de la mort, chaque année, de 760  000 enfants, soit plus de 2000 par jour. Là encore, des objectifs sont fixés: l’Organisation mondiale de la santé, l’OMS, estime possible de réduire de moitié ce nombre de «sans toilettes» d’ici à 2025 ou 2030. Mais il en coûtera 17 milliards de dollars, annuellement!  Question: qui acceptera de procéder à de tels investissements? 

«Nous», les privilégiés

A ce stade de notre questionnement, faisons les comptes: s’il y a, sur notre planète, 7 milliards de téléphones portables, cela veut bien dire que certains Terriens possèdent un vieux mobile ou un smartphone récent dans des zones où il n’y a ni internet ni électricité! Le constat est intéressant: parmi la catégorie des «Eux», certains ont le téléphone, mais pas l’électricité. D’autres ont l’électricité mais pas internet. Et des millions d’entre eux n’ont ni électricité, ni internet, ni toilettes. Mais ils disposent d’un téléphone!

Quant à «Nous», nous sommes des privilégiés: constatez que nous pouvons consulter internet (et lire cette chronique) sur notre téléphone portable dans des toilettes fixes durablement électrifiées.

Cette histoire d’«Eux», ça doit «Nous» interpeller. Pas Vous?

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."