Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

PARIS/Vincent Wapler disperse les oeuvres qu'il prêtait au Mamco

Crédits: Mamco, Genève

C'est une collection que les Genevois (et les autres) connaissent bien, puisqu'une partie des œuvres la composant a longtemps été exposée au Mamco. Vincent Wapler faisait partie des soutiens du musée d'art moderne et (surtout) contemporain depuis son ouverture en 1994. Ses prêts ne restaient cependant pas groupés comme ceux de Ghislain Mollet-Viéville, dont «L'appartement» a été pieusement reconstitué sur une moité d'étage.

«Vincent Wapler recèle plusieurs personnes en lui qui ne sont pas connues de la même façon», explique aujourd'hui Serge Lemoine (1) dans une préface de catalogue. Catalogue de vente, cette fois. Le collectionneur, qui constitue l'une de ces personnes avec le commissaire priseur français et «l'homme élégant, discret, courtois», dispersera le 27 septembre chez Artcurial à Paris 61 pièces lui appartenant. L'amateur reconnaîtra au passage celles qui formèrent longtemps des icônes du Mamco. Je pense notamment au canapé recouvert de néons colorés de Sarkis. Il incarna la maison dans le film que les trains Cisalpino passaient naguère en boucle pour vanter les charmes de la Suisse. Je songe aussi au tableau «Je ferme les yeux et je suis invisible» de Rémy Zaugg qui, si je sais bien compter les références à la rubrique «Exposition» de la notice, a figuré dans 22 accrochages du Mamco entre 2006 et 2016. Prix d'estimation entre 8000 et 12 000 euros pour le Manz. Entre 50 000 et 70 000 pour le Sarkis. Mais les amateurs plus modestes devraient y trouver leu compte. J'ai vu noté un Jiri Kollar prisé entre 600 et 800 euros.

Commandes personnelles aux artistes 

La vacation proposera des noms connus, de Franz West à John Armleder en passant par ce Philippe Thomas honoré il y a pas si longtemps par le Mamco. Commissaire priseur apparemment classique, à l'étude bourgeoisement installée 16, place des Vosges, Vincent Wapler était un rassembleur hors normes. «Je ne collectionne pas, je m'approvisionne à toutes fins utiles et à ma mesure», déclarait l'homme à «Contemporaray Art» en 2013. Il se voulait ainsi «au plus proche de la mécanique de la création» en achetant certes aux galeristes, dans les foires ou en vente publique certes, mais aussi en passant des commandes à des créateurs. La chose se reflétait dans son appartement, qui abritait d'autres œuvres que celles confiées au Mamco. Il y avait là des sculptures de lumière de Jugnet + Clairet ou des chaises de salle à manger de Franz West. L'article de Nina Rodrigues et Virginie Bertrand parle avec étonnement d'une peinture sur un film tendu traversant le salon «qui oblige quotidiennement à se baisser pour passer.» Une demande formulée à Susanna Fritscher. 

Aujourd'hui, à 69 ans, Vincent Wapler déstocke donc, alors que son étude MICA semble entrer en veilleuse (2). On espère au passage que son imposante installation composée de feuilles d'Allan McCollum ne se verra pas démembrée par la suite. Un ensemble formé sur une trentaine d'années et marqué d'une forte personnalité disparaît en effet. Une œuvre personnelle aussi, finalement. Wapler avait fait son miel de ce qu'il avait butiné. «Dispersées, les pièces vont retrouver l'identité de leur auteur et leur propre existence», conclut Serge Lemoine. 

(1) Serge Lemoine a dirigé le Musée de Grenoble et celui d'Orsay avant de passer chez Artcurial.
(2) Plus de vente depuis avril 2016. Rien d'annoncé pour le futur.

Pratique 

«Collection Vincent Wapler», Artcurial, 7, rond-point des Champs-Elysées, Paris. Tél. 00331 42 99 16 13, site www.artcurial.com Visites le samedi 24 septembre et le dimanche 25 septembre de 11h à 18h, le lundi 26 septembre jusqu'à 19h. Ventre le mardi 27 septembre à 19h. 

Photo (Mamco): Le fameux canapé lumineux de Sarkis.

Texte intercalaire.

 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."