Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

PARIS/Un dessin de Léonard de Vinci émerge dans une maison de vente

Crédits: Tajan

Il n'y a pas d'année sans qu'on découvre, ou qu'on veuille découvrir, ce qui n'est pas la même chose, un nouveau Léonard de Vinci. On se rappelle ainsi le profil de femme, presque trop beau pour être vrai, qui a émergé des Ports Francs genevois. Il s'agit cette fois d'une pièce plus modeste, mais moins problématique. Un dessin représentant saint Sébastien est apparu chez Tajan, à Paris. Sa vente, avec une estimation de quinze millions d'euros, vitaminerait la maison d’enchères aujourd'hui possédée par Rodica Stewart. Elle a en effet beaucoup perdu de sa superbe depuis une décennie. 

L'histoire commence comme dans un roman. Un médecin à la retraite a apporté à la maison, dont le responsable des dessins se nomme Thaddée Prate, un carton avec l'inscription "Michel-Ange. Il y a avait là quatorze feuilles, bonnes ou moins bonnes. L'expert les estime au départ globalement à 32 000 euros. L'une d'elles l’intrigue cependant. Il va donc frapper à la porte du Cabinet de Bayser, les spécialistes qu'il consulte pour toutes ses ventes. C'est la gare de triage française en la matière. Les de Bayser, avec aujourd'hui en tête Patrick (qui est par ailleurs un bon romancier), travaillent pour de nombreuses maison de la capitale comme de province. Notons qu'ils ont ainsi récemment fait émerger de superbes productions italiennes, dont un rare Andrea del Sarto (1).

Le gaucher 

Patrick examine le dessin. Tiens, il émane d'un gaucher! Le plus célèbre d'entre eux demeure bien sûr Léonard. Confrontations, grâce à l’énorme documentation maison. Le «sans doute» se voit vite confirmé par Carmen Bambach, du Metropolitan Museum de New York, qui travaille sur Vinci. Une dame enthousiaste, et par ailleurs charmante. Pour elle, pas de problème. Cette fois, c'est «sûr à 300 pour-cent». D'ailleurs, Léonard a écrit dans un de ses codex qu'il avait dessiné huit saint Sébastien, dont deux seuls étaient connus jusqu'à aujourd'hui. 

Il ne restait plus qu'à le faire savoir. J'ai reçu par courriel, comme bien d'autres gens, le communiqué des de Bayser. La presse française a suivi comme un seul homme. Léonard est à l'art ce qui Lady Gaga constitue aux variétés. Je n'ai pas vu le dessin, dont le verso porte deux minuscules études géométriques et quelques lignes en écriture inversée, une caractéristique de Léonard. Je n'ai donc pas éprouvé le «frisson d'émotion parcourant l'échine», dont parle Valérie Sasportas dans «Le Figaro». Disons qu'il ne me semble pourtant s'agir là du chef-d’œuvre absolu du maître, dont il constituerait d'ailleurs une création de jeunesse. Moins inféodée au goûts supposés du public que les quotidiens parisiens, «La Tribune de l'art» se montre du reste sévère.

Qui sera l'acquéreur?

Qui achètera le Vinci? Il faut d'abord savoir si ce dernier pourra sortir de France. Le Ministère de la culture, à l'heure actuelle peu concerné par le patrimoine (c'est une litote), ne s'est pour l'instant pas manifesté (2) Tajan et les de Bayser ont demandé un «passeport» avant vente. Il peut se voir refusé. Carmen Bambach pense que le Louvre devrait avoir la priorité. On en reste aujourd'hui là. La suite aux prochains épisodes. Mais cette fois-ci, il y aura des suites... 

(1) Le Sarto, une tête d'homme, a été vendu le 17 décembre à Pau par l'étude Gestas & Carrère. Prix: 3,2 millions d'euros sur une estimation comprise entre 500 000 et 600 000 euros. Acheteur: un Américain anonyme.
(2) "Le Figaro", toujours lui, pense que le préavis du Louvre est favorable à l'interdiction de sortie du territoire.

Photo (Tajan): La partie supérieure du dessin de Léonard.

Texte intercalaire.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."