Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

PARIS/Succès total pour la vente Bernard Boutet de Monvel chez Sotheby's

Crédits: Sotheby's

Pas tout à fait 10 millions d'euros, mais presque. Les deux journées consacrées à Paris par Sotheby's à la vente de la maison-atelier de Bernard Boutet de Monvel, mort en 1949, ont rapporté 9.292.084 euros taxes comprises. Presque tout s'est vendu entre le 5 et le 6 avril juste en face de l'Elysée. Sur les 391 lots, il doit en rester une dizaine à négocier. 

L'attention est comme de juste allée aux tableaux majeurs. Le légendaire «Portrait du maharadjah d'Indore», qui s'était fait construire aux Indes un palais art Déco pour lui et sa très occidentalisée épouse, a obtenu le prix record: 2.499.000 euros. Il a été suivi par «L'autoportrait à la place Vendôme»: 1.743.000 euros. D'une manière générale, les plus belées toiles ont jusqu'à décuplé les estimations, très raisonnables.

L'Etat français, peu actif

Peu d’œuvres se sont vues préemptées par l'Etat français. Orsay a acheté une ou deux chose d'avant 1914, date limite de son champ d'action. Poitiers s'est offert un panneau très étrange, avec Orphée gravissant au loin une montagne, suivi par des lions. C'est Orléans, aujourd'hui dirigé par Olivia Voisin, qui s'est montré le plus actif. Mais attention! Les achats ont porté sur Maurice Boutet de Monvel (1850-1913), le père de Bernard, dont le fonds se trouvait joint. Maurice est d'Orléans. Il s'agit du peintre et illustrateur de Jeanne d'Arc, alias «la pucelle d'Orléans». Beaubourg n'a en revanche rien acquis. Il exposait pourtant, récemment encore, une vue de New York de Boutet, issue de ses collections. 

Les meubles et objets sont bien partis, surtout quand ils avaient été dessinés dans les années 1920 par Bernard Boutet de Monvel pour Süe et Mare, qui figurent parmi les grand décorateurs Art Déco. Je vous parlais mardi de fauteuils capitonnés crevés à 100 euros. J'avais été un peu modeste. C'était en fait 300, l'estimation. Et bien, ils sont partis à 2750, ce qui les rend comparativement davantage hors de prix que le portrait du maharadjah d'Indore! 

Photo (Sotheby's): Fragment du portrait du maharadjah d'Indore qui, contrairement aux apparences, n'est pas une toile immense.

Texte intercalaire.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."