Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

PARIS/Pourquoi Picasso est-il donc si érotique en 1932? Mystère...

Crédits: Succession Picasso/Musée Picasso, Paris 2017

1932. Picasso a 50 ans. C'est bien plus que le mitan de la vie, à l'époque. L'Espagnol est riche. Célèbre. Courtisé. Le Kunsthaus va lui accorder sa première rétrospective dans un musée, un honneur qu'il prend très au sérieux, n'hésitant pas à solliciter par lettres d'éventuels prêteurs. Le musée zurichois a remémoré la chose il y a quelques années par une grande exposition. Le peintre mène en sus une vie sentimentale agitée, pris entre Olga, l'épouse  commençant à lui peser, et la toute jeune Marie-Thérèse Walter, rencontrée par hasard alors qu'elle avait 17 ans en 1927. Heureusement que l'homme possède plusieurs domicile. Nous sommes dans les années Boigeloup (1). Le Musée des beaux-arts de Rouen a rappelé en début d'année l'existence de ce manoir normand, entrouvert pour l'occasion au public. 

Il y a eu tant d'hommages consacrés au maître cette année de part le monde (2) qu'on a fini par oublier (enfin presque) l'existence du Musée Picasso de Paris. Un lieu abritant l'énorme dation concrétisée entre 1973 (date de la mort de l'artiste) et 1979 (moment de son accptation par l'Etat français). Il faut dire que son nouveau directeur Laurent Le Bon joue autant la politique de l'ouverture que sa prédécesseure (c'est comme cela que l'on dit?) Anne Baldassari pratiquait celle du verrouillage des oeuvres. Il prête à tour de bras, avec des pièces essentielles de ses collections comme actuellement à Rome (3).

Présentation archi sage 

Les présentations temporaires parisiennes n'en continuent pas moins. Après Olga Picasso, étudiée ce printemps, voici 1932. «L'année érotique». L'exposition se visite comme on feuillette un calendrier. Le parcours suit le fil des jours, des semaines et des mois. Les oeuvres aux murs font l'objet de brefs commentaires. Un peu de documentation originale se voit montrée en regard. Les toiles absentes sont présentes grâce à de petites photos. Enfin, les plus importantes d'entre elles! En douze mois, comme presque toujours, Picasso a énormément produit. Bref, l'exposition, sagement alignée sur les murs blancs d'usage, joue la carte de l'hyper classicisme. Pas une once de fantaisie. Il se pose du coup d'autant plus une question lancinante, laissée non résolue jusqu'à la porte de sortie. En quoi l'année 1932 est-elle plus érotique que les autres dans la vie du taureau Picasso? Il me semble que sa vieillesse fut autrement plus verte que ça. 

Et qui retrouve-t-on au fait ici comme commissaire? Je vous le donne en mille. Mais Laurence Madeline, remerciée du Musée d'art et d'histoire de Genève (MAH), qui a longtemps continué à la rétribuer! Cette fantasque personne n'a de toute apparence pas voulu bouleverser le Musée Picasso, où elle avait déjà fait un passage remarqué (et non pas remarquable). Il n'y a rien cette fois du côté foutraque qu'elle avait imprimé à des manifestations du MAH, comme celles sur les panoramas ou sur l'accident en art. On verra bien ce qu'elle réussira à faire à Genève, comme commissaire invitée, l'an prochain avec Ferdinand Hodler (4). Aux abris! 

(1) Il devait beaucoup pleuvoir cet été-là en Normandie. Tous les paysages der Boisgeloup se situent sous des averses. Faut-il leur voir un sens caché érotique?
(2) Il y en a même une depuis quelques jours à Bagdad!
(3) Voir l'article sur Rome une case immédiatement plus haut.
(4) Il semble désormais acquis que Berne fera une exposition différente de celle du MAH.

Pratique

«Picasso 1932, Année érotique», Musée Picasso, 5, rue de Thorigny, Paris, jusqu'au 11 février 2018. Tél. 00331 85 56 00 36, site www.museepicassoparis.fr Ouvert du mardi au dimanche de 10h30 à 18h, le samedi et le dimanche dès 9h30.

Photo (Succession Picasso/Musée Picasso, Paris 2017): Fragment d'un portrait de Marie-Thérèse Walter. Picasso lui réservait ses couleurs les plus fraîches.

Ce texte intercalaire suit immédiatement celui sur l'exposition Picasso de Rome.

 

 

 

 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

"Tout ce qui compte.
Pour vous."