Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

PARIS/Michael Jackson sera à l'honneur au Grand Palais à l'automne 2018

Crédits: Fondation Beyeler, Riehen-Bâle 2012

Le Grand Palais parisien, dont les galeries d'exposition temporaires finiront bien un jour par entrer en travaux pour plusieurs années, fonctionnera encore en 2018 -2019. Le Luxembourg a trouvé sur l'autre rive de la Seine son rythme de croisière avec deux rétrospectives par an. Autrement, la RMN (autrement dit la Réunion des Musée nationaux) a encore un pied à Marseille ou à Port-Royal des Champs. Tout cela suppose un programme. Le voici. 

Au Grand Palais, qui focalise les regards, c'est Frantisek Kupka (1871-1957) qui ouvrira les feux du 21 mars au 30 juillet. Une excellente initiative. Le Tchèque de Paris, dont le fonds d'atelier à fini à Beaubourg par la grâce de sa veuve Eugénie, reste un grand méconnu du XXe siècle. Le peintre entrera du 5 avril au 9 juillet en concurrence avec les «Artistes et robots». Ils feront passer un public, sans doute plus jeune, de Jean Tinguely au Japonais Murakami (qu'il ne fait pas confondre avec l'écrivain du même nom). Après la pause estivale (que le très provincial Paris reste la seule capitale européenne à respecter), tout recommencera en automne. Fêté il y a quelques années à Beaubourg, Miró reviendra du 3 octobre au 4 février. Il y aura ailleurs dans le bâtiment quelque chose du 26 septembre au 21 janvier sur Venise au XVIIIe siècle. Un troisième espace se verra enfin voué à «Michael Jackson, Icône de l'art contemporain» du 23 novembre au 17 février. L'impact public de cette dernière manifestation se révélera intéressant. Bambi demeure-t-il le favori des jeunes, devenus un peu moins jeunes?

Tintoret et Picasso (encore) 

Programmation classique, comme toujours, au Luxembourg. Les choses débuteront ici du 7 mars au 1er juillet avec un Tintoret coproduit avec Cologne. Il faudra par la force des choses se concentrer sur les miniatures d'un artiste pour le moins monumental. Lui succédera du 12 septembre au 27 janvier Mucha, l'artiste préféré de Sarah Bernhardt. A Port-Royal se verra honoré, et c'est un paradoxe, le protestant Sébastien Bourdon, grand artiste du XVIIe révélé il y a une bonne dizaine d'années dans sa ville natale de Montpellier. Dates à fixer. J'ai aussi noté à Marseille (Vieille Charité et MUCEM) les «Voyages imaginaires de Picasso» du 16 février au 24 juin. La manifestation se verra orchestrée par le jeune Xavier Rey, un ancien d'Orsay. Il dirige maintenant les musées de la cité phocéenne.

Voilà pour l'essentiel.

Photo (Fondation Beyeler): Jeff Koons avec sa statue en porcelaine de Michael Jackson. C'était à Bâle en 2012.

Texte intercalaire.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."