Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

PARIS/Le Musée Guimet renouvelle ses sales coréennes et japonaises

Crédits: Musée Guimet, Paris 2018

Bonne nouvelle! Le Musée Guimet, qu'on dit un peu dépressif, a renouvelé ses salles coréennes et japonaises au premier comme du second étage. Un net plus. Il faut dire que le Japon est longtemps demeuré sacrifié par une institution nettement sinisante. Quant à la Corée, elle n'y intéressait personne. Est-ce parce que «le pays du matin calme» demeura longtemps une colonie française? Son art est resté presque aussi sous-estimé dans la métropole que celui du Vietnam. 

La nouvelle présentation donne de l'air à des ensembles tout de même prestigieux. Le Japon est très bien représenté dès sa préhistoire, dont font encore partie les époques Jômon et Yamato. Il s'agit d'un ensemble cohérent, même si les périodes récentes restent assez négligées. J'ai noté au passage que quelques pièces ont été empruntées au Musée d'Ennery, que gère Guimet. La Corée bénéficie, elle, de fonds anciens remontant à la mission Charles Varat (1843-1893 de 1881. Celui-ci a pu travailler grâce à l'aide du premier ambassadeur français en Corée, Victor Collin de Plancy (1853-1922). Un homme d'une ouverture exceptionnelle à qui le Musée de Sèvres, bénéficiaire de ses largesses, a rendu hommage (1) il y a un ou deux ans.

Plaques en hommages 

Très réussie, la mise en scène a été étendue à une partie des collections chinoises, dont le fort est, contrairement à Cernuschi, les périodes tardives. L'ensemble de céramique Ming et Qing donné en 1896 par Ernest Grandidier (1833-1912) reste sans rival par sa qualité et sa variété. Je note au passage que le Guimet a posé des plaques rappelant la générosité de ses principaux donateurs, dont fait bien sûr partie Grandidier. Vu de loin, surtout avec la photo, la chose a quelque chose de funéraire. Il était pourtant bon que les institutions françaises, si souvent ingrates pour leurs mécènes, mettent une fois ceux-ci en évidence. Outre Collin de Plancy et Verrat, il y a donc un rappel pour Michel Calman (1880-1974) et Madame Carven, morte à 106 ans en 2015. La couturière des années 1940 et 1950 a légué à l'institution ses oiseaux en porcelaine de Chine du XVIIIe siècle, qu'elle appelait «ma volière».

(1) Heureusement qu'il s'agit d'un homme! Autrement, le politiquememt correct m'obligerait à dire "femmage".

Pratique 

Musée Guimet, 6, place d'Iéna, Paris. Tél. 00331 56 52 53 00, site www.guimet.fr Ouvert tous les jours, sauf mardi, de 10h à 18h.

Photo (Musée Guimet, Paris 2018): Une coupe chinoise faisant partie de la donation Grandidier.

Texte intercalaire.

 

 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."