Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

PARIS/Le Centre Pompidou accueille le photographe Louis Stettner au sous-sol

Crédits: Louis Stettner/Centre Pompidou

Il est finalement ici chez lui, puisque qu'il a passé le plus clair de sa vie à Paris. Louis Stettner n'est pourtant pas considéré comme l'une des stars de la photographie française, dont il a partagé l'humanisme dans les années 40 et 50. En 2013, le Centre Pompidou achetait à l'Américain une trentaine de tirages. L'artiste a récemment complété ce petit fonds par le don d'une centaine de «vintages». Il voulait que Beaubourg devienne un lieu de référence pour son œuvre. Deux collectionneurs l'ont suivi. Hervé et Etty Jauffret ont ainsi offert sept images et surtout la maquette de «Pepe & Tony», un livre de 1956 resté à l'état de projet sur des pêcheurs d'Ibiza. 

Stettner fait, pour quelques jours encore, l'objet d'une exposition au Centre. Elle se déroule au sous-sol, dans un lieu créé il y a environ un an pour la photographie. Un endroit mal signalé, dont l'accès reste gratuit. Une galerie dont les débuts ont été tout sauf prometteurs. Soit l'objet de l'accrochage se révélait bien trop vaste et le sujet n'était pas vraiment traité. Soit il se apparaissait si pointu qu'on se demandait quel en était le public potentiel.

Un homme encore actif 

Cette fois, il existe une parfaite adéquation entre un bel artiste, né en 1922, actif en France depuis 1946, et la galerie. Toutes les facettes de Stettner peuvent se voir abordées, avec les commentaires de l'auteur. Il y a là une photo à la Doisneau. Un New-York revisité avec d'extraordinaires effets de fumées et de flous. Les grands reportages. Les travaux actuels, dans la mesure où Stettner travaille encore. Au printemps 2016, il parcourait ainsi le massif des Alpilles avec une lourde chambre photographique. 

Précisons pour terminer que l'homme n'est pas un inconnu à Genève. Il a été beaucoup soutenu par Michèle et Michel Auer. Ceux-ci l'ont du redte encore montré dans leur fondation d'Hermance l'année dernière.

Pratique

«Louis Stettner, Ici et ailleurs», Centre Pompidou, Galerie de photographie, niveau -1, place Georges-Pompidou, jusqu'au 12 septembre. Tél. 00331 44 78 12 33, site www.centrepompidou.fr Ouvert tous les jours, sauf mardi, de 11h à 21h.

Photo (Louis Stettner/Centre Pompidou): L'une des célèbres photos, réalisées par Stettner dans les années 1940, montrant un train de banlieue.

Texte intercalaire.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."