Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

PARIS/Fantin-Latour revient "à fleur de peau" au musée du Luxembourg

Crédits: Fondation Callouste Gulbenkian, Musée du Luxembourg, 2016

Si l'histoire de l'art était un meuble à tiroirs (et elle offre hélas en partie déjà cet aspect pratique), il y a des artistes que l'on aurait de la peine à ranger dans l'un d'eux. Ainsi en va-t-il d'Henri Fantin-Latour (1836-1904). Comment caractériser en effet le Grenoblois? Impressionniste? Pas vraiment. Académique? En aucune manière. Symboliste? Par moments. Réaliste? Oui, mais... 

Aucune grande rétrospective n'avait plus été dédiée à Paris au peintre depuis 1982. La capitale lui offrait alors le Grand Palais. Avec succès, d'ailleurs. On peut estimer qu'une exposition par génération constitue un minimum syndical. L'homme se retrouve donc logé, plus modestement en ce qui concerne les mètres carrés, au Luxembourg. Il y est «à fleur de peau». L'expression se rapporte moins à ses états de nerfs qu'à sa peinture. Ses rares portraits (il n'aimait pas sacrifier aux conventions du genre) donnent une impression intense de vie, même s'il s'agit d'une vie tranquille. Ses fleurs, surtout, possèdent un velouté étonnant. Plus le spectateur s'éloigne de la toile les mettant en scène, plus celle-ci semble acquérir de relief. Un effet 3D bien avant la lettre.

Une vie pour la peinture 

Né en province, l'adolescent est très vite venu à Paris pour développer ce qu'il considérait comme une vocation. «La peinture est mon seul plaisir, mon seul but.» Très réservé, il utilise les siens comme modèles. Ses soeurs. Puis sa fiancée Victoria Dubourg (elle-même très habile de ses pinceaux). Ce sont des images de femmes silencieuses, absorbées dans leurs broderies et leurs lectures. Il y a ainsi, dans les premières salles du Luxembourg, une étonnante galerie de créatures aux yeux baissés, évitant ainsi le regard du spectateur. Le peintre lui-même s'étudie dans de fiévreux autoportraits. On sait que Fantin passera par la suite aux effigies de groupe. Il réunira des amis autour de Delacroix, mort en 1863. Puis de Manet. Il réunira enfin écrivains et poètes. Le «Coin de table» de 1872 reste célèbre pour montrer côte à côte Verlaine et Rimbaud, dont c'est l'unique portrait commun. 

Tous ces tableaux célèbres, souvent reproduits dans les livres, sont là (1). Il faut dire qu'il s'agit d'une manifestation de la Réunion des Musées nationaux, pilotées par Laure Dalon de la RMN, Xavier Rey d'Orsay et Guy Tosato, le directeur du Musée de Grenoble. L'accrochage ira ensuite dans la cité dauphinoise, ce qui peut sembler logique. Les collections publiques françaises possèdent un grand nombre d'oeuvres de Fantin, entrées parfois dans leurs fonds de manière précoce. De 1904 à 1921, sa veuve a par ailleurs distribué de manière intelligente ses biens (les Fantin n'avaient pas d'enfants) entre les différentes villes du pays, de Paris à Lille.

Photos érotiques 

Parmi les legs figurait une chose absente des cimaises en 1982. Il s'agit de la collection de photos érotiques du maître. N'imaginez pas un obsédé sexuel. Comme avant lui Ingres ou Delacroix, Fantin avait vu dans le 8e art un moyen simple, économique et discret de se procurer des modèles. La chose lui évitait de faire poser des professionnelles. Les attitudes se retrouvent sur bien des toiles allégoriques de la fin. Dégoûté du portrait, fatigué des bouquets de fleurs, Fantin s'est alors mis aux mythologies vaporeuses. Son goût d'une musique alors réputée difficile (Berlioz, Wagner, Schumann...) lui a fait rechercher des équivalences picturales. Pour Wagner le résultat, très français de style, n'a pourtant rien à voir avec les illustrations de ses collègues germaniques. 

Bien conçu, en dépit de son caractère succinct, l'accrochage fait naturellement la part belle aux fleurs. Fantin s'y est mis tôt. Elles ont vite beaucoup plus aux Anglais. Son marchand londonien, un monsieur à grande barbe (il y a aux cimaises son portrait), puis la veuve de celui-ci lui en ont donc demandé avec insistance. Aux compositions un peu formelles des débuts, avec l'obligatoire coin de table (rien à voir avec celui des poètes) ont succédé des arrangements plus libres. Plus simples, surtout. Il y a là une magie certaine, sans rapport avec les bouquets rosâtres de Renoir ou même de Monet. Le spectateur y retrouve finalement les qualités de silence faisant le prix de ses premiers portraits de famille. Notons qu'une fois encore, les plus belles fleurs viennent de Kansas City. Décidément, quel musée!

Hommage à Berlioz 

L'exposition comprend par ailleurs des dessins. Des lithographies. Un dossier complet a été constitué autour du vaste «L'Anniversaire», conçu en 1876 comme un hommage posthume à Berlioz. Esquisses, gravures, tableau final. Regardez l'évolution! Une présentation sur des murs sombres s'imposait. Le parcours apparaît enfin évident et fluide. Bref, il s'agit d'une réussite. 

(1) Il y a même les projets et un fragment de «Le Toast», portrait collectif que Fantin a détruit par la suite.

Pratique

«Fantin-Latour, A fleur de peau», Musée du Luxembourg, 19, rue de Vaugirard à Paris, jusqu'au 12 février 2017. Tél. 00331 40 13 62 00, site www.museeduluxembourg.fr Ouvert tous les jours de 10h30 à 19h, le vendredi jusqu'à 22h.

Photo (Fondation Callouste Gulbenkian, Musée du Luxembourg): "La table" de 1866. C'est l'une des premières natures mortes avec fleurs.

Prochaine chronique le mercredi 7 décembre. Genève Enchères va disperser un mobilier fou créé par le décorateur genevois Percival Pernet au début des années 1930.

 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."