Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

PARIS/Des fragments d'architecture anciens à la tonne chez Artcurial

Crédits: Artcurial, Paris 2018

C'est une vente peu ordinaire qu'Artcurial prévoit en deux temps pour le 24 septembre. Les objets ne seront pas dans la salle des Champs-Elysées. Les curieux les auront vus auparavant sur place. Ils se seront déplacés à Richebourg, dans la (très) grande banlieue parisienne, non loin de Monfort-L'Amaury. C'est là que se trouvent les quelques 500 pièces mises en vente. Il s'agit en effet de bancs de pierre, de cheminées anciennes, de fontaines ou de sculptures de jardin. Il y a même plus gros. Déjà visible en ligne, le catalogue propose en effet jusqu'à un «pavillon de château» d'époque Louis XV en pierres de taille. 

Le tout provient de la maison Origines, qui fait pour le moins là du déstockage. Fondée en 1992 par Samuel Roger (un monsieur aux allures de nounours, à regarder son site), la firme reste apparemment en activité. Elle propose des morceaux architecturaux anciens, à remettre en état et à replacer dans d'autres constructions. Un procédé vieux comme le monde. Avant l'âge du béton, tout ce qui le pouvait se voir réutilisé l'était. Par goût ou par commodité. Bien des châteaux ou d'anciens hôtels particuliers de quartiers passés de mode, comme le fut longtemps Le Marais à Paris, se sont ainsi vus dépiautés et recyclés. Poutres et parquets ont ainsi connu une seconde vie.

Petits travaux à prévoir... 

Il y a de l'ancien et beaucoup de XIXe siècle dans la vente annoncée par Artcurial. Les estimations me semblent particulièrement coquettes. Entre 120 000 et 160 000 euros pour une paire se sphinges anonymes des années 1850, cela fait tout de même beaucoup. La même somme est à prévoir pour une fontaine colossale dans le style Renaissance provenant de Combridge House, pour lequel elle avait été conçue par John Shaw au XIXe siècle. Un lot qui suppose un investissement supplémentaire. L'acheteur est prié de prévoir le démontage, le transport et la reconstruction quelque part en campagne. Quant à l'acquéreur du pavillon Louis XV, il devra penser que ce petit bâtiment aura besoin d'un toit... 

Au vu du catalogue, il n'y a rien là de vraiment fabuleux. Rien d'équivalent à la braderie proposée il y a une vingtaine d'années à Clignancourt par l'illustre maison Steinitz. Il y avait notamment là des boiseries anciennes à tomber à la renverse. Leur seul défaut était une hauteur démentielle. Plus récemment, chez nous, Genève Enchères a dispersé en 2015 d'énormes sculptures de jardin, qu'il fallait aller voir à Cologny. La même maison a offert en septembre 2017 une magnifique cheminée en bois néo-Renaissance à prix très doux. Estimation entre 1000 et 1500 francs. J'ai failli craquer. On ne vit qu'une fois. Mais la dimension. La dimension...

Pratique

Artcurial, vente le 24 septembre, visites sur place les 20, 21, 22 et 23 septembre. Sites www.artcurial.com et www.origines.fr

Photo (Artcurial): Le couple de sphinges proposé le 24 septembre.

Texte intercalaire.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."