Consultant

Après une carrière comme officier de renseignement, Yves Baeumlin a dirigé dans les années 90 la célèbre agence Kroll à Paris, pionnière de l’intelligence d’entreprise. Actif dans ce domaine depuis 1997 au sein de la société genevoise Redmont-Advisory SA, il fournit des informations stratégiques aux entreprises.

Parano et interrogations à Washington

L'Amérique, bien que toujours préparée à des attentats potentiels, se pose des questions sur les sommes englouties dans la "Homeland Security" après l'attentat meurtrier de Boston. Un attentat qui a eu lieu lors d'un jour et d'un événement symboliques dans une ville ayant investi beaucoup, entre autres, dans un système urbain de caméras.

Boston faisait partie d'une des 10 villes américaines les mieux préparées à de telles attaques potentielles. Il faut savoir qu'en raison de la crise économique, les sommes investies dans le contre-terrorisme font défaut dans la police traditionnelle. Dès lors, les experts américains se posent la question de savoir si c'est justifié au vu de ce qui s'est passé.

Deux jeunes fanatiques ont déjoué la formidable machine et porté un sacré coup au FBI (police fédérale censée lutter contre le terrorisme, l'espionnage et tous crimes fédéraux) qui se trouve sous les feux de la critique pour ne pas avoir pris en compte des informations des services russes. Ceux-ci avaient demandé d'interroger l'aîné des deux frères du Caucase qui ont perpétré l'attentat artisanal mais meurtrier.

D'autres points animent les discussions des barbouzes, contre-espions et contre-terroristes pendant les "after-hours" à Washington. Vous aurez remarqué que lors de la chasse à l'homme pour appréhender les deux terroristes en herbe, toute la ville de Boston s'est retrouvée dans une situation de "couvre-feu". La population devait se cloîtrer chez elle. Certains observateurs ont jugé la réaction largement disproportionnée. D'autres ont avancé que le gouvernement en a profité pour tester sa mini-loi martiale locale en cas de débordements, le "readiness exercise 1984" ou Rex 84. Ce plan s'inscrit sur plusieurs niveaux pour garantir la continuité du gouvernement dans les cas les plus extrêmes. Jusqu'à la menace nucléaire.

 

Autre théorie entendue, certains craignent que la nationalité étrangère des terroristes et leur radicalisme religieux pourraient pousser des extrémistes blancs à faire un amalgame et faire la chasse aux musulmans. Il y a eu le 11 septembre, la tentative de "car bombing" en 2010 à New York par Faisal Shahzad et maintenant deux jeunes islamistes.

L'Amérique est sur les nerfs...

 

Il est intéressant de noter que parmi les scénaris de Rex 84, figure le "collapse" financier. Dans ce cas, la constitution US serait suspendue et la loi martiale serait proclamée. Le gouvernement disposerait alors de 72 heures pour contrôler le pays. Selon un rapport secret de la Deutsche Bank, le système financier et monétaire mondial se serait mortellement effondré en 2008 et depuis ce temps on le maintiendrait artificiellement en vie pour éviter des paniques folles, pillages, retour à la barbarie pour survivre.

Vraiment sur les nerfs les cousins...

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."