Matthieu Hoffstetter

JOURNALISTE À BILAN

Titulaire d'une maîtrise en histoire et d'un Master de journalisme, Matthieu Hoffstetter débute sa carrière en 2004 au sein des Dernières Nouvelles d'Alsace. Pendant plus de huit ans, il va ensuite couvrir l'actualité suisse et transfrontalière à Bâle pour le compte de ce quotidien régional français. En 2013, il rejoint Bilan et se spécialise dans les sujets liés à l'innovation, aux startups, et passe avec plaisir du web au print et inversement. Il contribue également aux suppléments, dont Bilan Luxe. Et réalise des sujets vidéo sur des sujets très variés (tourisme, startups, technologie, luxe).

Palmyre, et maintenant?

«Delenda Carthago», clamait l’écrivain et sénateur romain Caton au IIe siècle avant notre ère. Cet adversaire acharné de la cité punique a réclamé, des années durant, l’anéantissement de la puissance qui avait fait trembler Rome. Plus de 2000 ans plus tard, l’Etat islamique a appliqué ses recommandations pour Palmyre: en huit mois d’occupation, les djihadistes ont dynamité temples, arc de triomphe, tours funéraires, martelé statues et bas-reliefs, pillé le musée. Le royaume de la reine Zénobie menaçait-il davantage l’entité terroriste que les armées d’Hannibal n’avaient affolé le Capitole?

Cent ans après avoir été rasée par les légions, Carthage renaissait de ses cendres. Faudra-t-il attendre un siècle pour voir revivre Palmyre, son site antique et la ville moderne? Sitôt repris par les soldats de Bachar, le site archéologique déchaîne les passions: état des lieux des ravages, projets de reconstruction... Qui financera ces onéreux chantiers? L’Occident (et l’Unesco) laisseront-ils le tyran syrien s’arroger la gloire d’avoir relevé ce pan du patrimoine mondial? Après avoir aidé le dirigeant à se maintenir au pouvoir, Vladimir Poutine va-t-il apparaître comme un bienfaiteur de l’humanité en envoyant ses archéologues restaurer le site?

Certains s’empresseront de dire que la priorité doit aller à la reconstruction des maisons, des écoles, des hôpitaux. Sans négliger l’urgence de ces structures de base, la restauration de Palmyre, de ses vestiges et de son musée ne doit pas arriver au dernier rang des chantiers. C’est notamment en s’appuyant sur son passé, son potentiel touristique et la culture plurimillénaire du pays que la Syrie pourra un jour se relever.

Certains historiens recommandent la prudence, voire affirment que reconstruire serait nier le passage de l’Etat islamique. Il faut certes éviter un Disneyland en carton pâte. Mais les cathédrales ravagées par les bombardements de 1939-1945 n’ont-elles pas été rebâties? Et qui va se plaindre que le pont de Mostar, détruit par les Croates en 1994, ait été reconstruit?

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."