Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

PADOUE/Le Palazzo Zabarella accueille la Collection Ordrupgaard

Crédits: Palazzo Zabarella, Padoue 2018

L'exposition tourne comme une toupie. Je vous en ai parlé lors de son passage au Musée Jacquemart-André de Paris. De retour du Canada, elle se trouve en ce moment au Palazzo Zabarella de Padoue. La voyageuse devrait venir en Suisse, dans un lieu non précisé ici. J'avais pensé à l'Hermitage de Lausanne, qui formerait un cadre parfait pour la Collection Ordrupgaard axée sur l'impressionnisme. Elle ira dès le mois de février à la Fondation Gianadda. Un lieu se prêtant moins bien à l'exercice.

Je vous ai déjà raconté l'histoire de cet ensemble donné à l'Etat danois en 1951. Je vous rappellerai juste qu'il résulte de la passion du financier William Hansen. Ce dernier s'est retrouvé en 1916 dans la France de la Première Guerre mondiale. Il a décidé de bâtir une collection non pas contemporaine (on en était déjà au cubisme ou au futurisme), mais déjà classique. Les prix de Monet, Renoir et surtout Manet avaient déjà beaucoup monté à cette époque. Seulement voilà! Il n'existait plus tant d'acheteurs, au milieu du conflit. Hansen rafla donc ce qu'il pouvait. Son but avoué était de réunir douze œuvres par artiste qu'il jugeait important. La pratique a fini par l'emporter sur la théorie. L'homme se contenta de prendre le meilleur.

Une seconde collection

Cette première collection fut victime d'un revers de fortune en 1922. Pris dans une faillite bancaire, Hansen dut vendre. L'Etat refusa de racheter les toiles en bloc, même à bas prix. Beaucoup finiront ainsi à Winterthour chez Oskar Reinhart. Une fois ses affaires remises en selle, l'homme d'affaires garda rancune aux Danois. Il commença par exclure le public, qu'il avait admis un jour par semaine au départ. Sa seconde collection sera pour lui et son épouse. Point final. Sa veuve finira par se réconcilier avec la nation. D'où son legs final. Les tableaux, plus la maison nommée Ordrupgaard. Une demeure dans la campagne aujourd'hui en pleins travaux, d'où la promenade actuelle des «chefs-d’œuvre» à travers le monde. 

A Paris, tout restait serré dans les espaces d'exposition lilliputiens du Jacquemart-André. L'ensemble, complété par des toiles de Corot, Ingres ou Delacroix, se retrouve plus à l'aide dans la vaste demeure padouane. Il y a même de la place au rez-de-chaussée pour des salles racontant l'histoire de la collection, avec des panneaux sur les différents artistes. C'est l'étage qui recèle les œuvres, la visite commençant par trois natures mortes de Manet, Redon et Matisse. Le reste du parcours se révèle chronologique. Il y a là de jolies pièces, l'ensemble manquant tout de même de force. Certains artistes apparaissent bien représentés, comme Monet. Le sommet est atteint par la salle vouée à Gauguin, dont Hansen avait racheté nombre de pièces maîtresses à sa veuve Mette. Une Danoise. Je me conterai de citer «Les pins bleus», peint à Arles, et le célèbre «Portrait de Jeanne Goupil» de 1896, qui fait l'affiche.

La suite quand le tout arrivera l'an prochain à la Fondation Gianadda.

Pratique 

«Gauguin e gli impressionisti, Capolavori della Collezione Ordrupgaard», Palazzo Zabarella, 14, via degli Zabarella, Padoue, jusqu'au 27 janvier. Tél.0039 049 87 53 100, site www.palazzozabarella.it Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 19h.

Photo (Palazzo Zabarella, Padoue 2018): Le haut du portrait de Jeanne Goupil par Paul Gauguin.

Texte intercalaire.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."