Chantal De Senger

JOURNALISTE

Licenciée des Hautes Etudes Internationales de Genève en 2001, Chantal de Senger obtient par la suite un Master en médias et communication à l’Université de Genève. Elle débute sa carrière au sein de la radio genevoise Radio Lac. Journaliste depuis 2010 pour le magazine Bilan, elle est spécialisée dans les PME. En grande amatrice de vins et gastronomie, elle est également responsable du supplément Au fil du goût encarté deux fois par année dans le magazine Bilan. Chantal contribue par ailleurs régulièrement aux suppléments Luxe et Immo Luxe de Bilan.

Où commence l’excès finit la vertu

Foutez-vous la paix et commencez à vivre, cet ouvrage du philosophe Fabrice Midal, sorti il y a quelques mois en librairie, est rapidement devenu un best-seller, parce que nous sommes tous victimes de cette pression sociale que nous nous auto-infligeons au quotidien. Nous sommes en quelque sorte nos propres bourreaux. Au travail, on finit en burn-out,en couple par divorcer, au niveau alimentaire par devenir végane et, à force de faire trop de sport, par subir une crise cardiaque.

Pourquoi cherchons-nous tous la perfection plutôt que de nous accommoder de l’imparfait? Il devient impératif d’apprendre à mettre de l’eau dans son vin. A faire et à manger de tout, sans être dans l’extrême. N’est-ce pas cela, être hédoniste? Celui qui apprécie le moment présent sans forcément penser au lendemain. Alors, si l’on mange en bonne compagnie des plats dépassant les calories autorisées et arrosés de bons crus, ne culpabilisons pas.

Profitons, soyons modérés tout en acceptant quelques excès, choyons l’ivresse, mais ne devenons pas extrêmes en nous interdisant des choses. Parce que même si certains aliments en excès ne sont pas forcément bons pour notre santé – comme le chocolat ou le vin –, ils sont probablement bons pour notre moral. Et participent, de fait, grandement à notre bien-être général.

Depuis des siècles, le vin est aimé des poètes, des artistes, des philosophes et des dieux. Plus qu’un breuvage, il permet de se retrouver autour de dégustations, de délier les
langues et d’animer des débats. Il aide à libérer nos émotions, éveiller nos sens et nos sensations, mais aussi notre cœur et notre âme. «Nous sommes peu de chose, et si le vin n’était pas là, nous serions encore plus petits et beaucoup moins joyeux», raconte l’historienne du vin Azélina Jaboulet-Vercherre.

Et puis, à force de vouloir être parfait, on s’éloigne parfois de nos rêves. Dans ces pages, vous découvrirez des personnalités qui ont sauté le pas. Des banquiers devenus vignerons, des entrepreneurs qui se sont lancés dans le rosé, et même un humoriste qui fabrique son propre saucisson. Ne nous privons de rien. Foutons-nous réellement la paix et arrêtons de chercher à atteindre la perfection. Sauf bien sûr quand il s’agit de vin. 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."