Colin Xavier

JOURNALISTE

Xavier Colin est journaliste, chercheur associé au GCSP, le centre de politique de sécurité de Genève, fondateur de GEOPOLITIS et ambassadeur de Terre des hommes.

Opération «mitraillette fleurie»!

Vous imaginez? Non, mais, vous voyez le tableau? Une opération militaire, menée à l’étranger par l’armée régulière d’un grand pays, et qui aurait pour nom de code, au choix, «MITRAILLETTE FLEURIE», «PETITE PLUIE DE PLOMB» ou encore «SAVEURS DU CHIMIQUE»?

Soyons sérieux! Mais pas trop! De nos jours, les vocables militaires propres aux interventions à l’étranger nous réservent de bien étonnantes surprises. Tenez! La toute dernière intervention de la France en République centrafricaine a pour doux nom «SANGARIS.» Sangaris, c’est un joli petit papillon africain, qui ne fera jamais de mal à personne! Et dont la durée de vie reste très limitée. Vous saisissez le message? Car, de nos jours, le but des commandos militaires et autres forces spéciales dépêchés à l’étranger est de concourir à la paix, voire à l’imposer. Pas de faire la guerre. Le nom de la mission se doit donc d’être le plus neutre possible. On va le voir, les Français font dans le monde animalier; les Américains dans l’euphémisme géopolitique et les Israéliens dans les références bibliques.

Alors, on vote?

Les Français? On se croirait dans l’émission 50 millions d’amis! Avec de magnifiques imprévus: pour désigner l’opération militaire au Mali, le Centre de planification et de conduite des opérations (CPCO pour les initiés) avait retenu le nom d’un petit félin africain dont ni vous ni moi n’avions entendu parler, le «SERVAL». Il s’agissait de ne froisser personne, de ne heurter aucune sensibilité politique ou religieuse.

Ainsi capté dans la faune régionale, «Serval» était un choix judicieux. Sauf que…– et les Africains en ont bien ri – sauf que le serval a une fort sale habitude: il urine jusqu’à 30  fois par heure afin de marquer son territoire! On aurait pu choisir un animal moins incontinent ou moins soucieux de protéger ses arrières! En Côte d’Ivoire, l’opération lancée en 2002 était dénommée «LICORNE». Belle analogie avec cet animal qui a une originalité fabuleuse: il est le seul qui ose s’attaquer à l’éléphant! Foin de controverses! En France, l’état-major de l’armée le précise: l’important, c’est que le nom de la mission soit neutre, pratique, mémorisable et facile à prononcer!

Ah, ce n’est pas comme l’opération «ENDURING FREEDOM», lancée par les Américains à la suite des tragiques attentats du 11 septembre. Traduction faite en français, le concept de «LIBERTÉ IMMUABLE» est resté, pour bien des observateurs, un concept assez abscons. Aurait-il fallu que les Américains dénomment leur opération militaire «KILL THEM ALL!» pour que l’on ait une idée précise de ce qui allait se passer sur le terrain?

On peut, certes, se gausser de ces Américains; il n’empêche: leur message politico-militaire est parfois limpide: lorsqu’il s’est agi de voler au secours des Kurdes à la suite de la guerre du Golfe, le Pentagone avait retenu le nom de code «PROVIDE COMFORT». Qui aurait pu objecter? En Haïti, lorsqu’il a fallu intervenir, on parla de l’opération «UPHOLD DEMOCRACY», soit «faire respecter la démocratie».

Qui aurait pu s’y opposer? Un message, ou plus exactement un avertissement, tel fut le cas de figure lors de l’attaque sur Bagdad: «SHOCK AND AWE», soit «CHOC ET EFFROI». Saddam Hussein aurait dû comprendre dès le début que l’affaire était sérieuse. Un quart de siècle plus tôt, les mêmes Américains avaient annoncé la couleur lors de la très courte intervention (invasion) de la Grenade. Nom de code de l’époque: «URGENT FURY!»

Et les Israéliens? Eux puisent leur inspiration dans les pages de la Bible, et plus particulièrement dans les moments les plus dramatiques du Livre Saint: on a ainsi évoqué les opérations «RAISINS DE LA COLÈRE», «PLOMB DURCI» ou encore «PLUIE D’ÉTÉ».

Alors, on vote? Pour la prochaine opération de type militaire, j’avoue ma préférence, toute française, et en chanson, s’il vous plaît: «OPÉRATION TAR’TA GUEULE À LA RÉCRÉ!»

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."