Veillet Thomas

FONDATEUR INVESTIR.CH

Thomas Veillet, 45 ans et des poussières, plus de vingt ans dans des salles de trading, blogueur, trader, râleur et plein d’autres choses. Thomas a passé pas mal de temps dans les grandes banques de la place, a été un banquier conforme avant de passer au non-conformisme. La création du «Morningbull» aura été le début d’un changement de direction vers plus d’indépendance. Aujourd’hui, il essaie de vulgariser le monde de la finance et de le raconter avec un angle décalé, histoire de prouver que ça peut aussi être drôle. Il y a bientôt deux ans, il a co-fondé le site Investir.ch, qui s'est rapidement imposé comme un des sites financiers romands - un site qui parle de finance sans détour, sans artifice et qui a une forte tendance à penser "outside the box" quand tout le monde est inside...

On remet les compteurs à zéro et on y retourne

La semaine passée s’est donc terminée avec un retour à la « presque normale », sans que rien n’ait été réglé. Ce qui n’était pas forcément nécessaire, puisque fondamentalement, rien n’a changé dans la « big picture » mondiale depuis des mois.

Nous sommes passés par tous les états possibles et imaginables et à la fin, on se demande si c’était l’opportunité d’achat d’une vie ou le début de la fin du monde. Que l’on se rassure, nous n’aurons pas la réponse avant que le marché fasse un « new high » ou que la fin du monde se produise pour de vrai. Ce qui nous laisse, dans les deux cas, un peu de temps devant nous (quoiqu’en ce qui concerne la fin du monde, je ne suis pas certain que l’on soit prévenu en avance).

Bref, après avoir passé une semaine en pleine panique à se faire balader dans tous les sens, nous allons recommencer une semaine, en étant très appliqués et très sérieux, histoire de faire croire qu’il y a une « vraie » réflexion derrière les décisions d’investissements ou de désinvestissements que nous prenons en ce moment.

Ce week-end, il y a eu Jackson Hole. C’est LE rendez-vous annuel des banquiers centraux. Cette année, on s’est principalement penché sur LA question du mois :

Est-ce que la FED montera le taux en septembre, ou pas ?

Et pour être franc, à la lecture des opinions et autres interviews de chaque intervenant (ou presque), on en arrive à la conclusion que c’est 50/50, ou autrement dit, pile ou face. Mais globalement, il faut retenir que la FED surveille attentivement ce qui se passe en Chine, que la majorité des experts comportementaux en Présidents de la FED estiment qu’ils devraient monter les taux le 17 septembre et que cela sera un signe fort positif comme quoi l’économie va trop bien, et que tout est trop de la balle.

En tous les cas, si la hausse des taux est le déclencheur pour emmener le marché au plus haut de tous les temps, après le mini-krach-correction-prise de profits de la semaine passée, il n’est pas exclu que j’envisage d’ouvrir une boulangerie ou un magasin de vélos électriques, va savoir.

Et à propos de hausse des taux, ce vendredi, il y aura les fameux et fabuleux non-farm payrolls qui vont nous donner la température de l’emploi aux USA. Un des gros titres de ce matin résume fort bien la situation :

« Les non-farm payrolls peuvent empêcher la FED d’agir sur la taux mais ne peuvent pas forcer la FED à agir. »

Nous voici donc prévenus.

Remontée du pétrole 

La semaine donc commence ce lundi en parlant de ce qui se passera ce vendredi. À moins qu’il se passe à nouveau un truc sur le marché chinois. Ce qui a d’ailleurs peut-être déjà commencé, puisque ce matin la Chine est en baisse de plus de 3.3% et que la journée est encore longue. Le Japon recule de 1% et Hong Kong de 0.5%. J’ai le sentiment que le comportement de l’indice chinois peut donner le ton sur le reste de la semaine, jusqu’à que les non-farm payrolls soient publiés.

Autrement, le baril de pétrole a pété une durite et est remonté comme un bouchon. Le baril se traite à 44.43$ ce matin. Ne me demandez pas de trouver une justification à ce soudain rebond. Je serai tenté de dire « qu’il y avait trop de shorts, trop de négativisme et qu’il était temps de rebondir un peu, mais que cela ne changeait rien à la tendance baissière dans laquelle l’or noir s’inscrit », mais cela serait présomptueux de ma part.

L’or ne fait rien. Il est à 1134$. On attend de voir si l’on a besoin de se planquer quelque part ou pas dans les jours qui suivent.

Dans les autres nouvelles du jour, on retiendra qu’ENI a découvert un énorme champ de gaz naturel au large de l’Egypte. Selon les premières données, il y aurait de quoi satisfaire la demande égyptienne en gaz pour des décennies. Reste plus qu’à.

C’est l’anniversaire de Warren Buffett et comme cadeau, il pèse 67 milliards.

Après le bain de sang de la semaine passée, le Barron’s publie une série d’articles qui sont, pris dans leur globalité, une représentation vivante de la bipolarité des médias financiers. Vous avez deux articles qui se concentrent sur les « opportunités exceptionnelles que l’on trouve dans ce marché », on cite GE, Paccar ou encore American Airlines qui ont été injustement mises sous pression. Et il y a une autre série d’articles qui pensent que la Chine peut encore perdre 15% ou 30% sur le Yuan, ça c’est Zulauf qui le pense. 

Pour résumer, le sujet de la semaine, si la Chine ne part pas en vrille, c’est de savoir si les taux US vont monter en septembre ou pas. Et puis aussi, le fait que demain on va nous expliquer en long et en large que nous entrons en septembre – coïncidence, nous serons le 1er du mois et qu’en général, le mois de septembre n’est pas un bon mois boursier et que l’on devrait tous avoir super peur. En même vu ce que l’on vient de vivre, on devrait être entraînés.

En tous les cas, ce matin le fantôme chinois reprend du service et les futures sont déjà indiqués en forte baisse en Europe. L’Allemagne est donnée en recul de 1.4%, les USA sont déjà en baisse de 1.25%. La volatilité semble de retour. À ce propos, il est d’ailleurs fort intéressant de constater que le Dow Jones a bougé de 10'000 sur l’ensemble de la semaine passée. Pas tout le temps dans le même sens, mais 10'000 points de variation cumulés pour un indice qui en vaut un peu plus de 16'000, ce n’est fait pour les personnes ayant des problèmes cardiaques ou des femmes enceintes. À 7h32 en Europe, Shanghai est en baisse de 3.4%.

Pour le moment, l’Euro/$ est à 1.1254, le yen vaut 121.05, le rendement du 10 ans américain est de 2.16% et un Bitcoin vaut 225$. Du côté de la BNS: on maintient l’Euro/Suisse à 1.08, après un accès de faiblesse sur les 1.0750 durant le week-end... encore des lâches qui ont profité du week-end et de l’absence de la banque centrale suisse qui faisait un pique-nique à base de cervelas durant la journée de dimanche.

Côté chiffres économiques, nous aurons les leading indicators en Suisse, les Retail Sales en Italie, la confiance du business en Espagne, le CPI Italien et Européen. Aux USA, il y aura le Chicago PMI et le Dallas Fed Manufacturing Business Index. Mais dans la tête, nous aurons les yeux rivés sur les chiffres des Non-Farm Payrolls qui sortiront vendredi, à moins que la Chine rebondisse de 287% auquel cas, on s’en fichera.

Il me reste à vous souhaiter un excellent lundi, un très bon début de semaine et on se retrouve demain à la même heure et au même endroit.

Bonne journée.

Thomas Veillet

Investir.ch   

“Luck is a dividend of sweat. The more you sweat, the luckier you get.”

 

 

 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."