Veillet Thomas

FONDATEUR INVESTIR.CH

Thomas Veillet, 45 ans et des poussières, plus de vingt ans dans des salles de trading, blogueur, trader, râleur et plein d’autres choses. Thomas a passé pas mal de temps dans les grandes banques de la place, a été un banquier conforme avant de passer au non-conformisme. La création du «Morningbull» aura été le début d’un changement de direction vers plus d’indépendance. Aujourd’hui, il essaie de vulgariser le monde de la finance et de le raconter avec un angle décalé, histoire de prouver que ça peut aussi être drôle. Il y a bientôt deux ans, il a co-fondé le site Investir.ch, qui s'est rapidement imposé comme un des sites financiers romands - un site qui parle de finance sans détour, sans artifice et qui a une forte tendance à penser "outside the box" quand tout le monde est inside...

On prend les mêmes et on recommence

Le mois de juillet est terminé. Le Dow Jones termine légèrement en hausse, le S&P500 progresse de 2% et le Nasdaq de presque 3. Fondamentalement, rien n’a changé. Nous sommes toujours à la case départ et les « problèmes » qui nous stressaient le mois passé, semblent être à nouveau présent pour le mois qui nous attend.

D’accord, le problème grecque est moins intense qu’au début du mois passé, mais lorsque le marché, la bourse grecque va rouvrir, on peut parier sur le fait que ça risque de secouer à nouveau les marchés et les esprits. On verra ça probablement aujourd’hui, puisque le marché athénien est censé rouvrir ses portes ce matin. Je dis probablement, parce que ça fait une semaine que l’on nous dit : « normalement bientôt »… Et puis les « experts » pensent que les grecs vont demander la suite de leur bailout durant le mois qui a commencé ce samedi.

En plus de la Grèce, on se méfie de la Chine. Même si le krach de ces dernières semaines semble avoir trouvé un fond, on se demande tout de même si tout cela est bien solide. Ce matin la Chine perd à nouveau 2.5% et nous ne sommes qu’à mi-séance. On sait que la Chine est toujours meilleure pour accélérer en seconde partie de journée. Rien n’est réglé là-bas. On suppose que le gouvernement intervient régulièrement pour soutenir le marché, mais cela reste peu clair. Avant quand le gouvernement chinois intervenait, il faisait remonter le marché. Maintenant, il se contente d’essayer de ne pas le laisser baisser.

Et puis là  aussi, au sujet de la Chine, tout le monde est soudainement devenu très fort pour nous expliquer ça ne pouvait pas marcher et que les chinois ont fait tout faut, que le « bulle market », ça ne pouvait pas durer et que c’était évident que ça finirait par baisser. Il y a plein de « professeurs » qui parlent en ce moment qui « savaient » que ça se finirait mal et qui expliquent à qui veut l’entendre ce qui n’allait pas. Comme d’habitude, nous sommes super-compétent pour expliquer APRÈS… Grand classique de gourou-attitude boursière mondiale.

Dans les événements du moment, on notera aussi le fait que « THE » argument qui faisait que tout le monde voulait acheter de l’Europe au début de l’année, est complètement tombé dans les oubliettes.

En effet, je ne sais pas si vous l’avez noté, mais il semblerait que plus personne ne se souvienne que Mario Draghi a lancé un Quantitative Easing de près de 65 milliards par mois, argent qui est supposé aider l’économie à se redresser et les marchés boursiers à monter au plus haut de tous les temps. Non, ça, plus personne n’en parle. Et pourtant il semblerait qu’il soit toujours d’actualité. Peut-être qu’une fois que la Chine se sera calmée et que la Grèce aura perdu les 20% à la réouverture et qu’ils auront touché leur bailout, on pourra commencer à en reparler, qui sait.

Par contre, cette semaine c’est « retour aux fondamentaux économiques », la semaine qui nous attend, en terme de publications économiques, promet d’être riche et compliquée. En tous les cas, on peut déjà prédire qu’à la fin de cette semaine, on aura tous un avis sur la date précise de la prochaine hausse des taux américaine.

Nous attendons avec impatience les chiffres de l’emploi, les non-farm payrolls de ce vendredi. Mais aussi les PMI’s, l’ISM Manufacturing, le Construction Spending, les ventes de voitures, le trade balance et le Consumer Credit. Mais clairement, nous allons nous concentrer sur tout ce qui touche à l’emploi. En effet, la semaine passée, les chiffres liés à l’emploi étaient plutôt pas terribles, ce qui a même poussé les économistes de Goldman Sachs à repousser leurs attentes de hausse des taux de septembre à décembre. Autant vous dire que le moindre signe de faiblesse au niveau des créations de jobs, laissera supposer que Yellen sera de moins en moins pressée de monter les taux. Il y aura donc de quoi se poser des questions et écrire des rapports de trente pages sur le sujet.

L’or est collé à 1096$ et le pétrole est toujours déprimé. Il a vécu une mauvaise journée vendredi passé après que Baker Hughes ait fait des commentaires négatifs sur le nombre de puits en activité. Comme quoi il ne faut pas grand-chose pour faire bouger le pétrole. On notera que l’or noir a vécu son pire mois de l’année 2015, soit 21% de baisse pour le mois de juillet. Pas mal pour un truc qui avait trouvé (enfin) son juste prix à 60$ il n’y pas si longtemps – et au passage, l’or-tout-court a également vécu son pire mois de l’année.

Ce qui est assez intéressant, c’est qu’en lisant la presse de ces derniers jours, on a l’impression que tout  le monde est déprimé parce que les indices américains ne sont montés « que » de 2% ce mois (surtout dans la presse américaine) – mais quand on regarde la Chine qui s’est faite défoncée, le Brésil qui s’est pris 13% dans les dents, que l’on ajoute l’or et le pétrole, je crois que l’on peut s’estimer heureux avec 2% de hausse sur les indices US, voir même sur certains indices européens. Sans compter que l’on pourrait être « long » sur la Grèce.

Pour l’instant, tout est rouge en Asie. Le Nikkei est en baisse de 0.4%, le Hang Seng recule de 1.07% et la Chine abandonne (encore) 2.42%.

Dans les nouvelles du jour, tout le monde va attendre la réouverture du marché grec, cela risque d’être spectaculaire. En même temps, bien malin qui pourrait faire des prédictions sur le sujet. La dernière fois que l’on a fermé Wall Street pendant 2 semaines pour cause de 11 septembre, les jours qui ont suivit la réouverture n’ont pas été exactement ce que les « experts » avaient prévu. Mais au moins ça va nous occuper une partie de la matinée.

Autrement, le Barron’s pense que la croissance de Starbucks n’est – de loin – pas terminée. Ils pensent également qu’il faut se concentrer sur les points forts de LG, ils proposent 4 titres dans le forage qui sont attractifs, Precision Drilling, Patterson UTI, Nabors et Helmerich & Payne. Et puis il y a un chroniqueur de Marketwatch qui pense que le marché est « maudit » et ne pourra progresser uniquement de 3.5% par année pour la prochaine décennie.

Alors ça, c’est le genre de prévision/prédiction à deux balles que j’adore. Je ne suis pas un scientifique, je n’ai pas fait d’études (enfin, pas trop longtemps), mais je dois dire que je me base sur une simple chose : ces dix dernières années. Oui, je me demande s’il y a dix ans en arrière on avait prévu le subprime, Madoff, la Grèce, le krach, le rebond phénoménal, les multiples QE, etc, etc… ??? La réponse est évidente : « bien sûr que non »… Et là, on est capable de nous sortir une ineptie du style « les marché ne montera que de 3.5% par an pendant 10 ans… »…

Je pense qu’il serait sain d’arrêter de fumer la moquette et de réaliser que rien n’est prévisible et que, comme disait Monsieur Murphy : « Ce qui ne devrait jamais arriver, finit forcément par se produire un jour ».

Alors 3.5% par an pendant 10 ans sur le Dow Jones ??? Si ça se produit, promis, je me mets à écrire des recettes de cuisine.

En ce qui concerne les chiffres économiques du jour, nous aurons les PMI’s partout dans le monde. Le personal income aux USA, mais aussi l’ISM Manufacturing, le construction spending et les ventes de voitures.

La saison des résultats n’est pas terminée, aujourd’hui il y aura, entre autres : AIG, Biomarin, Commerzbank, HSBC (déjà publié tôt ce matin), Loews, Microchip, Porsche, Tenet Healthcare, Tyson Foods et Zogenix.

Actuellement les futures sont légèrement en baisse. L’Euro/$ est à 1.0976, le Yen vaut 124.06, le Bitcoin est à 277$ et le rendement du 10 ans américain est de 2.20%. L’Euro/Suisse est à 1.06 tout rond.

Voilà, c’est tout ce qu’il y avait à dire pour commencer la semaine. En ce qui me concerne, je vous retrouve demain  à la même heure et au même endroit. Je vous souhaite un excellent début de semaine, un  très bon café et on se retrouve demain au même endroit que d’habitude !

À noter que pour ceux qui ne veulent pas lire..cette chronique peut également être écoutée en cliquant sur le lien ci-dessous : 

https://soundcloud.com/thomas-veillet/chronique-boursiere-matinale-et-audio-du-3-aout-2015-030815-0737

À demain

Thomas Veillet

Investir.ch                           

“S'il y a un risque pour que plusieurs choses aillent mal, c'est celle qui causera le plus de dommage qui ira mal. Corollaire: s'il y a un pire moment pour que quelque chose aille mal, c'est à ce moment-là que cela ira mal.”

 

Loi de Murphy

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."