Strobinofabrice

ANALYSTE CHEZ ANALYSES & DÉVELOPPEMENTS IMMOBILIERS

Diplômé de l'Institut d'études immobilières (IEI), Fabrice Strobino est architecte universitaire et chef de projets immobiliers chez Analyses & Développements Immobiliers depuis 2003. Il a en outre suivi le cursus de l'AZEK pour les gérants de fortune. Fort d'une expérience de plus de 4000 expertises pour de grandes banques, il est membre de l'Association des promoteurs et constructeurs genevois (APGC) et membre de la Chambre suisse des experts immobiliers (CEI).

On n'est pas prêt de sortir de la crise de la construction

Les marchés oscillent toujours entre deux extrêmes. Le capital, laissé à lui-même depuis la chute du Mur en 1989 n’a pas eu un seul instant de répit à trouver comment augmenter sa masse. Il existe même des moyens pour parier sur la bourse dans l’ordre des millisecondes. Dans la même optique, plus on est prêt de Wall Street, plus l’information est reçue et envoyée rapidement, permettant d’optimiser ses gains.

En immobilier, le capital et ceux qui le détiennent mettent la même pression pour optimiser les gains. Les loyers au centre ville sont inaccessibles pour les revenus medians des genevois.

Clairement, la volonté du gain du franc supplémentaire a poussé le système dans ses derniers retranchements. Les partis de droite, devant un tel phénomène, ont pris les devants pour tenter l’autocensure dans les zones de développement.

D’un autre côté, la gauche freine des deux pieds la construction de logementsLa Cour de justice lui a donné raison dans un arrêt du 23 juin 2013 (ATA/391/2013 ; ATA/514/2013). En résumé, quand on construit des appartements dans des combles, le prix à la pièce est plafonné à CHF 3'405.-/an. Petit démonstration : un immeuble de 200m2 au sol permet de construire deux appartements de 4 pièces dans les combles. Le loyer total annuel sera de CHF 27'240.- Le coût, lui, sera à l’image de celui d’une nouvelle construction, soit d’environ CHF 1'000'000.-, l’équivalent de ce que les institutionnels construisent à CHF 5'000.-/m2. Calcul du rendement pour ceux qui ne l’ont pas encore fait : moins de 3%. Le résultat d’une si piètre action est que les appartements sont alloués aux petits copains, réflexe normal. Mais en tout cas pas à ceux que la gauche pense. Encore un opus, deux associations poussiéreuses ont déposé un référendum contre l’agrandissement du Musée d’Art et d’Histoire (MAH). Finalement, ce sera peut-être les ruines du MAH que nous visiterons au lieu de celles de Pompéi.

Chacun reconnaît qu’il faut construire, mais pas devant chez soi comme les habitants de Bernex l’ont montré le week-end passé.

Il est normal que chacun veuille tirer le meilleur rendement de sa fortune et se prémunir des crises annoncées, voire conserver sa vue séculaire, mais il est encore plus essentiel de garantir un épanouissement serein du territoire et du logement pour la population. Les solutions existent pour garantir un juste rendement des choses tout en permettant aux Genevois de se loger décemment. Mais nous sommes dans une guerre des clochers et la volonté politique manque vraiment.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."