Veillet Thomas

FONDATEUR INVESTIR.CH

Thomas Veillet, 45 ans et des poussières, plus de vingt ans dans des salles de trading, blogueur, trader, râleur et plein d’autres choses. Thomas a passé pas mal de temps dans les grandes banques de la place, a été un banquier conforme avant de passer au non-conformisme. La création du «Morningbull» aura été le début d’un changement de direction vers plus d’indépendance. Aujourd’hui, il essaie de vulgariser le monde de la finance et de le raconter avec un angle décalé, histoire de prouver que ça peut aussi être drôle. Il y a bientôt deux ans, il a co-fondé le site Investir.ch, qui s'est rapidement imposé comme un des sites financiers romands - un site qui parle de finance sans détour, sans artifice et qui a une forte tendance à penser "outside the box" quand tout le monde est inside...

On a stoppé l’hémorragie… Pour le moment

La question, c’est POURQUOI on a stoppé l’hémorragie ! Fondamentalement, il n’y pas grand-chose de nouveau sous le soleil de Wall Street :

-   Tsipras bosse comme un damné pour réunir les demandes afin d’obtenir son pognon

-   Varoufakis se défend d’avoir voulu créer un système bancaire parallèle pour rouler l’Europe dans la farine et faire revenir le drachme

-   La Chine baisse toujours, mais moins

-   Les taux sont bas et  à priori Yellen ne devrait rien annoncer ce soir

-   À voir les chiffres économiques et l’état de l’économie européenne et chinoise, on peut même carrément se demander si Yellen montera les taux cette année

-   Les actions semblent être le seul véhicule d’investissement « un peu sexy » du moment, puisque quand on regarde le reste, on se demande bien ce qu’on fait là

-   Le pétrole est toujours mal en point, mais ne baisse plus (pour le moment)

-   L’or est accroché à la paroi par le bout des ongles et par une corde qui est en train de s’effilocher contre la paroi et le parachute de secours ne fonctionne pas, mais pour le moment le métal jaune ne baisse plus…

Finalement, le maître-mot semble être : « ça ne baisse plus » - et quand ça ne baisse plus, ça ne peut donc que monter. Il est vrai que des fois ça ne fait rien, mais c’est plus rare et c’est encore plus  rare quand ça fait 5 jours qu’on ne fait que baisser.

Non, finalement, si l’on doit trouver des justifications à la hausse/le rebond d’hier, il faut les chercher du côté du fait que la Chine baissait moins que lundi… Et je n’invente rien, c’est un argument mis en avant dans la presse ce matin : « Le marché rebondit parce la Chine a moins baissé »… Il est vrai que je ne suis pas expert en physique (expert en pas grand-chose d’ailleurs), mais un corps en chute libre dans l’atmosphère peut atteindre une vitesse maximale et pas plus et quand ce corps ralenti, il tend à s’arrêter complètement à un certain moment. Si l’on applique cette logique ; si la Chine baisse moins, un jour elle va finir par NE PLUS BAISSER et donc éventuellement remonter. Si c’est le cas, autant acheter le marché alors… Et le pire c’est que ça marche ; ce matin la Chine est « presque » en hausse, puisque depuis deux heures elle oscille entre -0.25% et +0.25%.

En résumé, si l’on vous demande pourquoi le marché est monté hier, c’est :

1)   parce que la Chine baissait moins

2)   parce que le pétrole remontait légèrement et que tout le secteur reprenait 3% en sympathie

3)   parce les résultats du trimestre sont plus ou moins bons…

Quand je dis, les résultats du trimestre sont plus ou moins bons, ça dépend. Ça dépend de qui. Hier Ford a fait mieux que les attentes, Pfizer a fait mieux, UPS a fait mieux (toujours un bon signe pour l’économie), Freeport McMoran a annoncé une restructuration qui a plu au marché (+8.5%). Par contre, dans l’autre sens, il faut noter les -15% de Baidu après avoir raté son trimestre et les deux déceptions de la soirée : Twitter et Yelp.

Yelp qui est une daube sans nom a déçu, encore une fois et le titre qui valait près de 90$ il y a 11 mois s’est pris une claque de 17% hier soir after close, ramenant le cours de l’action à 27.95$. Et puis il y avait Twitter. Twitter c’est une autre histoire. Depuis des mois, le réseau social décevait sur ses chiffres, sur sa manière de rémunérer le management, la croissance de ses abonnés. Le titre nous a habitué à des publications trimestrielles qui donnaient lieu à de la volatilité extrême. Hier soir ils ont annoncé des chiffres (enfin) un peu meilleurs, on peut toujours se demander si ce n’est pas une machine a créer des milliardaires avant de payer les actionnaires, mais passons. Les revenus étaient en hausse de 61% et la compagnie a annoncé avoir gagné 7 cents par action contre les 4 attendus.

La réaction du marché fût immédiate : le titre prenait 10%. Enfin nous avions une publication trimestrielle intéressante et motivante pour les vils spéculateurs que nous sommes. C’était sans compter la conférence de presse post-résultats. Jack Dorsey, le fondateur et CEO de remplacement a exprimé sa déception, son amertume et son mécontentement sur le fait que la base d’utilisateurs de Twitter n’augmente pas suffisamment. Il a déclaré que c’était INACCEPTABLE. Les investisseurs ont été d’accord avec lui : le titre est passé de 40$ à 30$ en quelques minutes.

Encore un autre jour au paradis des investisseurs chez Twitter.

Autrement Gilead a publié de bons chiffres qui faisaient plaisir à tout le monde et le titre prenait 5%.

Et puis dans la série « ce n’est pas terrible, mais on s’en fout », il faut noter que la confiance du consommateur Américain était bien, mais alors bien décevante. Il fût un temps où un chiffre pareil aurait fait bien du mal au marché, mais plus aujourd’hui. Ou alors peut-être la confiance du consommateur Chinois, mais Américain ??? Soyons sérieux, qui s’en préoccupe encore. Mais bon, pour être parfaitement professionnel, sachez tout de même que les stars des analystes spécialisés en chiffres économiques et projections futuristes en tous genres, avaient prévu un chiffre à 100 et il est à sorti à 90.9, c’est qui tout de même 10% à côté ou presque. Bel effort.

La conclusion étant que le consommateur Américain ne se sent pas à l’aise avec la Grèce et la Chine, qu’il pense que le marché boursier est trop haut, trop volatile (même si cette dernière est historiquement basse) et que les perspectives sur l’emploi sont inquiétantes. D’où cette perte de confiance soudaine. Dans un monde normal, nous pourrions nous en inquiéter, sachant que le moteur de la croissance US passe par le bien-être de son consommateur – mais pas hier…

Ce matin l’Asie semble être dans une espèce de coton dans lequel rien ne se passe. Le Japon est en baisse de 0.17%, le Hang Seng avance de 0.05% et la Chine est en baisse de 0.22%. Mais ne vendons pas la peau du panda avant de l’avoir tué, sachant que la Chine est devenue experte en swing dans les dernières heures de trading, quand les Européens sont réveillés – presque réveillés.

Dans les nouvelles du jour, on parle des chiffres de Twitter, de S&P qui nous prévient que « si ça continue, ils font se fâcher tout rouge, se rouler par terre et retenir leur respiration jusqu’à qu’ils leur arrive quelque chose et qu’ensuite, ils pourraient downgrader le rating du Brésil ». Heidelberg Cement achète Italcementi pour 1.7 milliard. Nokia lance une caméra de réalité virtuelle, bien que je n’aie aucune idée de ce que ça peut bien être ni ce à quoi cela pourrait servir, le FT semble penser que ça vaut la première page.

Le Barron’s a demandé à Josh Strauss, manager de l’Appleseed, fonds socialement responsable de lui donner 5 noms. Il aime Yahoo ! – Oaktree, Adidas, Aggreko et Mosaic, mais il aime aussi Nike ou encore Terradata.

Pour les publications de la journée, nous aurons Facebook, MasterCard, Humana, Whole Foods Market, Altria et AMC, parmi d’autres.

En ce qui concerne les chiffres économiques du jour, il y aura le discours de la FED post-meeting, très attendu comme vous l’imaginez, mais aussi l’indicateur de consommation en Suisse, le climat de consommation à Berlin, puis confiance du consommateur en France, Retail Sales en Espagne, demandes d’hypothèques aux USA, pending home sales et inventaires du pétrole.

Actuellement, les futures sont indiqués en baisse de 0.10% et la Chine baisse de 0.35%, ce qui est toujours mieux que lundi et mardi. L’Euro/$ est à 1.1058, le yen vaut 123.45, le Bitcoin est à 286$ et le rendement du 10 ans est de 2.25%. L’Euro/Suisse est à 1.0642.

Et c’est à avec impatience que je vous dis à demain et vous souhaite une excellente journée et un bon café !

Thomas Veillet

Investir.ch                           

“Business is the art of extracting money from another man’s pocket without resorting to violence.” ~Max Amsterdam

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."