Marion Argi

FONDATRICE DE WELLWHERE

Marion a grandi dans le milieu du sport, ayant fait partie de l’équipe suisse de golf. Après avoir obtenu son Bachelor Magna Cum Laude en Business Management de l’Université de Miami, elle a pu rester dans le monde du golf en travaillant pour les Tours professionnels Américains puis Européens.

De retour en Europe, Marion a rejoint la Mission Permanente d’Israël auprès de l’ONU en tant qu’attachée de presse puis a créé sa propre société de Management sportif.

En 2013, elle intègre l’entreprise familiale dans le textile. Mais sa passion pour le sport et le bien-être la pousse à développer One Step More, un site dont le but est de connecter les professionnels du sport, de la nutrition et du bien-être à leurs clients potentiels et ainsi aider clients comme professionnels à trouver chaussure à leur pied. En 2017, elle crée Wellwhere: un portail destiné à ouvrir la pratique sportive dans des salles de fitness et autres lieux dédiés sans s'engager immédiatement sur des longues durées.

Nutrition: la guerre contre le sucre est déclarée

En mars dernier, l’Organisation Mondiale de la Santé a décidé de s’en prendre au sucre afin de faire avancer le combat contre les problèmes liés au surpoids et à l’obésité. Selon l’OMS, notre consommation de sucre devrait représenter moins de 10% de notre consommation totale d’énergie journalière. Pourquoi le sucre est-il devenu la nouvelle bête noire des professionnels de la santé ? Et quels sont les trucs et astuces des professionnels pour en réduire sa consommation ? 

En 50 ans, la consommation globale de calorie a augmenté de 30%, nos dépenses d’énergie ne cessent de diminuer et le sucre est aujourd’hui considéré comme le « nouveau tabac »*. Le nombre d’obèses a doublé dans le monde depuis 1980, atteignant 2.1 milliards d’individus. Tous ces problèmes de santé publique ont des conséquences directes sur notre efficacité et productivité au travail et donc, sur le PIB d’un pays. Selon une récente étude menée par JP Morgan, la surconsommation de sucre fera baisser, en moyenne, de 0.5% le taux de croissance prévu par l’OCDE pour les 20 prochaines années.   

De nos jours, le sucre se trouve partout. Les grandes industries ont tendance à en rajouter dans tout ce que nous consommons ; plats préparés, sauces diverses ou boissons. Car en effet, le sucre rend accro et conservent les produits. Carole Zuccati explique que les diverses études menées sur ce sujet prouvent notre dépendance aux sucrés. Lorsqu’une souris peut choisir entre du sucre et de la cocaïne, celles-ci redemandaient … du sucre !

« Un excès de sucre provoque de terribles maladies tel que le diabète, une des causes du plus grand nombre de décès dans le monde, après les maladies cardiovasculaires. » Effectivement, selon les dernières déclarations de l’OMS, une mauvaise hygiène de vie, incluant la consommation de tabac et une alimentation trop riche en sucre, sel et graisses tuerait 16 millions de personnes par an dans le monde.

Carole a suivi la formation du Hippocrates Health Institute (HHI) aux Etats-Unis, qui prône l’alimentation vivante et les effets positifs sur notre santé d’une alimentation adaptée. « Le HHI nous apprend à revenir vers une alimentation santé, qui guérit le corps et l’esprit. Dans sa forme la plus stricte, cette alimentation bannit tout sucre, y compris les carottes, betteraves et autres fruits. » Pour des raisons de santé, Carole s’est tournée vers cette alimentation 100% crue et, aujourd’hui en pleine forme, elle transmet son savoir et sa passion dans son atelier de cuisine, « Graine de Soleil ».

Mélanie Brugger, naturopathe, explique que le sucre blanc a subi un processus de raffinement et a donc perdu minéraux et vitamines. Il est alors considéré comme un aliment « mort ». « Dans notre corps, nous avons deux déchets principaux ; les colles et les cristaux. Le sucre est l’un des instigateurs des colles et donc à la base de diverses maladies. » Mais aujourd’hui, nous pouvons trouver de nombreuses sources ayant le même effet sur le goût de notre alimentation, et évitant ainsi les effets négatifs sur notre santé. « Je conseille souvent à mes patients de se tourner vers le miel, le sucre de boulot ou d’érable. »

Et qu’en est-il de tous ces sportifs qui consommaient ces barres et autres produits énergétiques, composés principalement de sucre ? « Faire du sucre son unique carburant est toxique pour le corps. C’est un acidifiant et nous savons que de nombreuses maladies, tel que le cancer, se développent dans les milieux acides. De plus, l'excès de sucre conduit à l'obésité, au diabète et favorise la survenue des attaques cardiaques et cérébrales », explique David Genecand, créateur d’Almondgy. « Le corps humain est formé pour brûler les graisses, non pas le sucre. Certains sportifs consommant trop de sucre sont en situation de « surgras », sans forcément être en surpoids. Le sucre est utile lorsqu’il est utilisé au bon moment, afin de nous donner un pique d’énergie. Mais cela ne doit pas être notre seule source d’énergie.» C’est ainsi que David et sa femme ont créé Almondgy, des nouvelles barres à base d’amande, afin d’amener aux athlètes et à toute personne à la recherche d’énergie saine et durable, un produit naturel et riche en nutriments.

Car en effet, un des nombreux problèmes du sucre est qu’il apporte beaucoup de calories, mais très peu de nutriments. On parle donc de calories « vides ». Voici une explication simple et claire des effets du sucre dans notre corps:

« Le sucre raffiné se déverse trop rapidement dans le sang, créant un regain d’énergie de courte durée. Le corps se met en état d’alerte afin de rétablir rapidement le taux normal de sucre dans le sang. C’est l’insuline, une hormone fabriquée par le pancréas, qui est chargée d’éliminer l’excès de sucre dans le sang. Si aucun tissu du corps n’a besoin de sucre, l’insuline dirige celui-ci vers le tissu adipeux et le transforme en graisse. Dès que l’insuline est créée, une réaction d’hypoglycémie (baisse du taux de sucre sanguin) s’accompagne d’une dépression mentale et physique appelant à nouveau un stimulant tel thé, café, sucre, sel, médicaments, cigarette, alcool, drogues… créant une nouvelle hyperglycémie. Ces alternances d’hyper et d’hypo glycémies dérégulent le corps et épuisent le système nerveux. »

Pire encore que le sucre, le HFCS est un sucre artificiel américain, issu du sirop de maïs, aussi connu sous le nom de Glucose-Fructose. « Cette substance chimique est une véritable catastrophe pour le corps humain car nous ne pouvons pas la métaboliser », raconte Thierry Darbellay, de Body&Health. Le HFCS serait la cause de maladies cardiovasculaires, de cirrhoses non alcooliques ou encore du mauvais cholestérol. Boissons isotoniques, sodas ou pâtisseries ; tous contiennent cette substance chimique… 

Mais que faire lorsque l’on souffre d’une dépendance au sucre ? Se tourner vers l’aspartame ? Surtout pas ! Ce faux sucre a de nombreux effets négatifs sur la santé et entrainerait une augmentation du risque de développer un cancer ou autres maladies liées au rein, fois ou cerveau, comme expliquée par le Professeur Joyeux, mondialement connu pour ses nombreuses contributions dans le domaine de la santé. L’idéal serait de suivre une « détox », afin de se déshabituer du goût. Remplacer tous les hydrates de carbone raffinées, tel que le pain blanc, la farine et les gâteaux par des hydrates de carbone complexe ; quinoa, orge ou avoine. Augmenter les aliments riches en fibre, tels que les légumes, les graines ou les légumineuses. (Le prochain article portera justement sur les detox !)

Il y a presque autant de théories alimentaires que d’habitants sur Terre et nous risquons donc de nous y perdre. Plus de gluten, plus de lactose, plus de produits animaliers, et maintenant, plus de sucre. Mais que manger alors ? La solution serait, pour toute personne sans intolérance ou allergies alimentaires particulières, de se nourrir raisonnablement d’un peu de tout, en évitant les produits industriels et artificiels et privilégiant donc une alimentation simple, comprenant les produits les moins transformés possibles. Et surtout, conseils de Carole Zuccatti, « faites de votre mieux pour choisir des produits locaux, de qualité bio et de saison. Mettez-y de la bonne énergie, lâchez prise sur la "perfection" et profitez de la vie! »

 

*Le Temps, « L’excès de consommation de sucre réduirait le PIB », Emmanuel Garessus


Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."