Strobinofabrice

ANALYSTE CHEZ ANALYSES & DÉVELOPPEMENTS IMMOBILIERS

Diplômé de l'Institut d'études immobilières (IEI), Fabrice Strobino est architecte universitaire et chef de projets immobiliers chez Analyses & Développements Immobiliers depuis 2003. Il a en outre suivi le cursus de l'AZEK pour les gérants de fortune. Fort d'une expérience de plus de 4000 expertises pour de grandes banques, il est membre de l'Association des promoteurs et constructeurs genevois (APGC) et membre de la Chambre suisse des experts immobiliers (CEI).

Notre société vieillit, mais que fait-on?

Nous continuons tous à construire des immeubles comme si de rien n’était, sans les adapter à la nouvelle donne.

Depuis le siècle des Lumières, la société occidentale n’a eu de cesse de proposer des utopies de vie. On essayait de répondre aux nouveaux enjeux, de mêler vie et production nés de la société industrielle selon l'évolution de la société.

Aujourd’hui, parce que nous sommes peut-être un siècle de gestionnaires (les banques et les systèmes juridiques n’ont jamais pris autant d’importance que depuis le déclin de l’empire romain), nous continuons à nous émerveiller devant une production architecturale « tendance ou design » sans pour autant se poser la question si elle va répondre aux nouveaux enjeux posés par la courbe démographique.

Dans une société où on communique de plus en plus par les réseaux sociaux et les médias sans vraiment échanger, ne devrait-on pas repenser nos modèles de construction?! La plupart des réalisations urbanistiques se contentent d’aligner des barres où les logements possèdent tous une moyenne à la pièce de 20 à 25m2, cuisine comprise. On peine à trouver des espaces communs, tout comme des logements différenciés tant par leur taille que leur destination.

En effet, un petit logement pour étudiant ne répond pas aux même critères qu’un appartement de même taille destiné à une personne au grand âge. Si cette dernière a besoin d’espace, de portes plus grandes, d’absence de seuil et de services externes comme pour la lessive ou pour le ménage, le premier peut être plus rationnel. Aujourd’hui, grâce aux techniques, il est possible de connecter les appartements entre eux, selon les besoins, pour de la surveillance à distance (que ce soit pour des personnes souffrantes ou des enfants).

Il est aussi possible de créer des appartements au rez pour surveiller un espace de jeux où les parents pourraient laisser leurs enfants sous la surveillance des locataires, mais aussi pour être plus accessibles pour les services médicaux. Malheureusement, aujourd’hui, tout est cloisonné, dicté par des normes que personne ne remet en cause. Les espaces dédiés aux enfants répondent à certaines de ces normes et ceux pour les étudiants à d’autres, alors que ceux des personnes âgées encore à d’autres. Mais il n’y a pas de passerelles entre elles. En finalité, les grands projets ne répondent qu’avec des barres dans lesquelles on place des fonctions. Il est temps que tous les acteurs de la vie sociale travaillent rationnellement ensemble pour proposer de nouveaux modèles. Osons !

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."