Nicolas Hou

FONDATEUR DE COLOSSE.CH

Nicolas Hou est le fondateur de la startup genevoise Colosse, co-fondateur de project HERO et président de Ministry Of Cuteness. Après quelques années dans des entreprises de renom tels que Reuters, Honda et Apple, il lance sa société dont le tout premier produit LOKI a été sélectionné et récompensé par QoQa et Bilan. L'innovation et la créativité sont une obsession chez ce genevois sino-suisse fan de TED et des nouvelles technologies.

Après sa spécialisation en Marketing Management de l'Université d'Harvard et sa certification en Leadership d'HEC Paris, il s'intéresse aux avancées bio/technologiques (transhumanisme, robotique, I.A.) qui vont impacter notre société.

Voyant arriver la vague cybernétique nous tomber dessus sans prévenir, avec les conséquences économiques et sociales qu'elle va entraîner, il ne peut s'empêcher de communiquer les bienfaits, mais aussi les dangers de ce mouvement en marche. La robotique et les intelligences artificielles sont donc les principaux sujets qu'il aborde chez Bilan… en essayant de ne pas trop vous faire peur.

Le Recrutement par les robots...

"We've created a system of landing a job that promotes exaggerations and awards CVs that are more braggadocious than true."

- Gareth Headley

 

Ca y est, nous y sommes, le recrutement via une intelligence artificielle est là. Certes, en phase de test, mais déjà là. Vous avez peur? Vous n'avez encore rien vu...

Il y a énormément de choses à dire dans le domaine de l'AI et des ressources humaines. Comme vous le savez (ou pas), ce secteur est en pleine mutation digitale et l'on commence à voir quelques startups "disrupter" ce marché. Car ne nous leurrons pas, il s'agit bel et bien d'un marché à plusieurs millions (si ce n'est pas millards) et donc, cela attire bon nombre de startups à ce niveau.

Si j'interviens aujourd'hui, c'est suite à cette expérience faite par un journaliste de "Business Insider" qui a essayé le système de recrutement par AI de la société HireVue. Ce logiciel vous filme pendant que vous répondez à quelques questions et pendant ce temps, l'AI analyse plus de 25'000 caractéristiques concernant votre comportement, visage etc... - https://youtu.be/QfuGRCmXmCs - et grâce à cet algorithme, HireVue va pouvoir vous dire (surtout aux RH) si vous êtes "compatible" avec la société où vous postulez.

Pourquoi utiliser une telle solution? Pour ma part, j'y vois là une tendance que j'avais déjà vue il y a quelques années à savoir le bullshit autour du recrutement. En gros, recruter la bonne personne est devenu extrêmement difficile pour plusieurs raisons:

1. Trop de monde

Il y a de plus en plus de monde qui postulent pour un poste. Je me souviens qu'en 2002, lorsque j'avais obtenu mon premier poste chez Reuters, nous étions une douzaine en compétition. Or maintenant, je n'ai aucun mal à imaginer que pour le même poste, nous serions probablement une centaine. De quoi donner la migraine aux RH.

2. Trop de bullshit

Conséquence direct de la surpopulation: les CVs bullshit. En effet, d'après un sondage effectué par Careerbuilder - http://time.com/money/3995981/how-many-people-lie-resumes/ - on dit que 56% des CVs reçus ne sont pas 100% représentatifs de la personne... C'est énorme! (Cela inclu les titres "enjolivés"... Oui, je m'adresse à vous les "Consultants Exécutif Accounts Manager" (nous avons tous compris que vous étiez vendeurs). Comment déduire si l'on est ce que l'on est? L'entretien! Et cela prend du temps de fixer rendez-vous, analyser l'historique etc. (Je ne parle même pas de la popularité des faux diplômes qui commence à devenir inquiétante mais conséquence aussi de cette surpopulation).

3. La culture d'entreprise

Bah oui, maintenant avoir les bonnes compétences n'est plus suffisant, il faut aussi intégrer le "moule" de la société. Vous avez beau avoir tous les diplômes, toutes les expertises, rien ne dit que vous n'allez pas être complètement en marge de la vision de la société qui recrute... Avant, on avait un travail, on l'effectuait et l'on restait plusieurs dizaines d'années dans une société. Maintenant, il faut aussi être en adéquation avec la vision du CEO.

4. Des RH sous pression

On ne le dit pas assez mais les RH sont souvent au centre du bon fonctionnement d'une société. Têtes de turc par excellence, il est facile de critiquer ce qu'on ne peut imaginer à savoir un département sous l'eau et mal outillé. Plus de monde à traiter, plus de monde à contenter, plus de monde à former, plus de monde à licencier/recruter...

C'est pour cela que cela ne m'étonne nullement que des startups comme HireVue proposent des solutions "automatisées" pour faciliter le recrutement. Cependant, même si j'adhère au concept, je pense qu'il manque toujours cette partie humaine qui fait défaut dans tout ce que nous faisons dans notre expansion technologique. Je reviens à cette citation d'un responsable d'Intel à savoir, "la technologie ne rend pas les choses meilleures, elle les rend plus rapides".

Automatiser le recrutement risque de laisser sur le carreau une bonne partie de la population qui pourrait être parfaitement "recrutable" mais ne l'est pas car une machine (learning) n'est pas encore 100% au point. Une étude d'Harvard a démontré que recruter une personne selon un profil bien établi semble être la solution mais en fait ne l'est pas vraiment car la vraie richesse d'une entreprise n'est pas dans la standardisation des employés mais plutôt dans sa diversité, même s'il faut de temps en temps gérer des conflits.

Prenons l'exemple de Netflix et d'Amazon qui se concurrencent dans la course aux séries TV à succès. D'un côté, Netflix avec son immense base de données de vos "likes" va vous pondre une série à succès comme "House of Cards" alors qu'Amazon, avec une base de donnée quasi identique, va vous sortir la série "Alpha House"...... Quoi? Vous n'en avez jamais entendu parler? C'est normal car Netflix a compris une chose: la prise de risque de l'humain, le "gut feeling". - https://www.ted.com/talks/sebastian_wernicke_how_to_use_data_to_make_a_hit_tv_show- . Les startups qui utilisent le big data, le machin learning et l'AI (en gros tous les buzzwords du moment), risquent de confier cette partie cruciale d'une entreprise à des machines qui ne sont pas encore bien formatées pour bien comprendre le vrai besoin humain.

Le jour où nous serons tous remplacés par des robots, il y aura une certaine logique d'avoir des recruteurs machines... En attendant, Perkins à la compta et Jannice à la réception sont encore des humains... pour le moment.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."