Nicolas Hou

FONDATEUR DE COLOSSE.CH

Nicolas Hou est le fondateur de la startup genevoise Colosse, co-fondateur de project HERO et président de Ministry Of Cuteness. Après quelques années dans des entreprises de renom tels que Reuters, Honda et Apple, il lance sa société dont le tout premier produit LOKI a été sélectionné et récompensé par QoQa et Bilan. L'innovation et la créativité sont une obsession chez ce genevois sino-suisse fan de TED et des nouvelles technologies.

Après sa spécialisation en Marketing Management de l'Université d'Harvard et sa certification en Leadership d'HEC Paris, il s'intéresse aux avancées bio/technologiques (transhumanisme, robotique, I.A.) qui vont impacter notre société.

Voyant arriver la vague cybernétique nous tomber dessus sans prévenir, avec les conséquences économiques et sociales qu'elle va entraîner, il ne peut s'empêcher de communiquer les bienfaits, mais aussi les dangers de ce mouvement en marche. La robotique et les intelligences artificielles sont donc les principaux sujets qu'il aborde chez Bilan… en essayant de ne pas trop vous faire peur.

IA et Robotique, c'est à la mode!

Quand internet est devenu « a thing », on a vu tout et n’importe quoi apparaître sur la toile. Les gens s’auto-proclamaient “web designers” et il suffisait de mettre sur la table des mots tels que “e-commerce” ou “Flash” et les clients/investisseurs qui n’y connaissaient rien balançaient leur argent comme si c’était Noël. J'ai l'impression que nous en sommes arrivés au même point avec l'Intelligence Artificielle et la robotique; difficile de ne pas croiser une startup qui vous balance les termes "AI" et "Machine Learning" pour vous vendre du rêve.

Lorsque j'ai commencé à écrire pour Bilan il y a de cela 2 ans, il n'y avait pas énormément d'articles sur l'intelligence artificielle pour le grand public et Ray Kurzweil semblait un peu prêcher dans le désert. Maintenant, il est difficile de ne pas passer à côté. Je remarque de plus en plus de billets à ce sujet. La voiture autonome est également un bon exemple, mon deuxième post il y a deux ans faisait encore sourire et maintenant nous sommes quasiment à la veille de voir ces véhicules sur nos routes.

Cette accélération montre combien ces deux technologies étroitement liées vont nous tomber sur la tête sans que l'on ne s'en rende vraiment compte. Des caissières aux juristes, aucun job ne sera épargné et la révolution sociale va faire beaucoup de dégâts si les politiques ne prennent pas en main les choses. Moi qui vient d'avoir une petite fille, je me demande encore quel travail elle pourra faire (je blague toujours sur le fait qu'elle sera "astro-chirurgienne") car je doute que sa génération puisse profiter de ce que j'appelle la "Société 0", à savoir 0 travail, 0 salaire, 0 problème.

J'en reviens à nos petits "web designers" en herbe du début des années 2000, que sont-ils devenus? Avec Wordpress, TheGrid, etc ... Qui a encore besoin de dépenser 15'000.- pour un site internet? Ne nous leurrons pas, le trend est clairement d'automatiser les processus, de virer les intermédiaires et/ou de se passer tout simplement des humains. Le parfait exemple est Uber. Nous parlons beaucoup de cette société et de cette "uberisation", mais peu de gens prennent le temps de réfléchir sur ce qui fait d'Uber une avant-première de ce qui va arriver dans tous les secteurs.

Uber a profité du mobile pour automatiser les processus; plus besoin d'une centrale téléphonique pour commander un taxi. Uber a viré les intermédiaires. Même si l'on peut argumenter sur le fait qu'Uber EST un intermédiaire, le but principal est de mettre les chauffeurs directement en contact avec les passagers. Et enfin, Uber est en train de se passer des humains puisque les premières voitures autonomes sont déjà sur les routes et que les chauffeurs Uber, comme les caissières, vont probablement devoir se chercher une autre activité.

Je voulais terminer 2016 sur une bonne note malgré tout. Je sais que le vote sur le salaire inconditionnel de base a été refusé, sans surprise en Suisse. Pourtant, je constate que de plus en plus de politiques (notamment en France à cause des présidentielles) amènent cette idée sur le tapis et c'est une bonne chose.

Nous voyons notre société avec un regard à très court terme: "Je suis au chômage, pas grave je trouverai bien un autre job... Ou au pire je me fais une nouvelle formation et je change de secteur/industrie". Sauf que bientôt, le temps sera de plus en plus court, et telle la ruée vers l'or, nous allons constater qu'il y aura de moins en moins de travail pour une population qui ne cesse d’augmenter. Et que ferons-nous lorsque le chômage s'arrêtera? L'aide sociale explosera, les conflits sociaux seront autrement plus graves que ce que l'on voit actuellement. Peut-être que l'on verra alors l'utilité d'avoir un revenu universel pour effacer les inégalités et remettre la dignité au centre de notre vie.

N'est-ce pas Daniel Balavoine qui a dit: "... Au fond je n'ai qu'un seul regret, j'sais pas ce que j'aurais voulu faire - Fais ce que tu veux mon vieux, dans la vie on fait ce qu'on peut, pas ce qu'on veut. J'aurais voulu être un artiste...".

Bonne fin 2016, je vous revois tous en 2017 pour d'autres articles sur l'IA et la robotique!

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."