Nicolas Hou

FONDATEUR DE COLOSSE.CH

Nicolas Hou est le fondateur de la startup genevoise Colosse, co-fondateur de l'agence web J12 et WA TO DO. Il est également bénévole en marketing/branding pour la Fondation Compétences Bénévoles.

Après quelques années dans des entreprises de renom tels que Reuters, Honda et Apple, il lance sa société dont le tout premier produit LOKI a été sélectionné et récompensé par QoQa et Bilan. L'innovation et la créativité sont une obsession chez ce genevois sino-suisse fan de TED et des nouvelles technologies.

Après sa spécialisation en Marketing Management de l'Université d'Harvard et sa certification en Leadership d'HEC Paris, il s'intéresse aux avancées bio/technologiques (transhumanisme, robotique, I.A.) qui vont impacter notre société.

Voyant arriver la vague cybernétique nous tomber dessus sans prévenir, avec les conséquences économiques et sociales qu'elle va entraîner, il ne peut s'empêcher de communiquer les bienfaits, mais aussi les dangers de ce mouvement en marche. La robotique et les intelligences artificielles sont donc les principaux sujets qu'il aborde chez Bilan… en essayant de ne pas trop vous faire peur.

COMETS : Ciprian Sauca & Bastien Maeder ★ Vitalay

  • Vitalay founders

    Crédits: Vitalay
  • thés artisanaux suisses

    Crédits: Vitalay
  • Vitalay

    Crédits: Vitalay

Pour ce troisième volet de cette série COMETS sur ce que pense le “commun des mortels” des nouvelles technologies, je reçois non pas un, mais DEUX invités: Ciprian Sauca et Bastien Maeder des thés artisanaux suisses Vitalay! Passionnés dans l'objectif de partage culturel et gastronomique, ces deux compères ont fabriqué un thé froid suisse (eau de source naturelle du Valais), très peu sucré, très parfumé et qui raconte une histoire que j’ai adorée. J’ai tout de suite remarqué leur passion de produire un produit de qualité pour tout le monde, et surtout pour les futures générations. Voici ce qu’ils pensent du chamboulement technologique que nous sommes entrain de vivre.

01. NH - Salut les gars, est-ce que vous pourriez vous décrire en quelques mots-clefs pour nos lecteurs?
CS - Passionné de Gastronomie, tradition, voyages et expériences en tout genre.
BM - Globe trotter dans l’âme, attaché aux traditions et ayant l’ambition de faire boire du thé froid de qualité au monde entier.

02. NH - Quel est votre métier?
CS - Draguer les Hommes. Je passe ma journée à me plonger dans leurs yeux.
BM - Convaincre que le changement peut être positif et nécessaire.

03. NH - J'ai goûté votre thé, il est vraiment impressionnant, pas trop sucré, parfumé, etc... Pensez-vous que sur la "planète Starbucks dans la galaxie Microsoft", avoir un business artisanal est un modèle encore viable?
CS - Notre génération à vécu quelque chose d’assez exceptionnelle en terme de possibilité de voyage. Ceci leur a permis de se confronter à d’autres cultures et découvrir des façons de travailler, manger qui sont différentes ce qui est véhiculé par l’industrialisation. Et ce qui est drôle c’est que plus nous avançons, plus les envies reviennent à la tradition. Avoir un business artisanal demande d’être franc. Tu ne peux pas mentir, car cela se voit. Si tu es passionné, c’est viable.
BM - Ayant travaillé pour McDonald’s et Starbucks je suis bien placé pour dire que dans ce monde formaté ou souvent l’emballage est plus important que le contenu, je reste persuadé que les valeurs artisanales de nos thés ont leur place dans ce marché. Le client à le choix et je pense que nous pouvons très bien adorer notre “Tall Caramel Machiatto” sur le chemin du bureau et boire un thé Vitalay à midi.

04. NH - Êtes-vous "technologiques”? Si oui, comment l'utilisez-vous?
CS - Bien sûr, mon téléphone est mon bureau. Sans la technologie je ne pourrais pas me déplacer et répondre aux mails par la même occasion. Même mon père s’y est mis, après 60 ans!
BM - Evidemment comme beaucoup mon iPhone est mon outil de travail principal. La technologie nous permet d’optimiser notre temps et de pouvoir communiquer avec le monde.

05. NH - Dans un monde digitalisé, comment "expliquer un parfum de thé" aux consommateurs?
CS - C’est comme si, nous avons plusieurs Iphones avec des Softwares différents. L’appareil ne change pas, mais l’expérience vécue oui.
BM - Je pense que dans ce monde actuel, revenir de temps en temps à des valeurs plus simples est nécessaire pour ne pas oublier la vraie valeur des choses.

06. NH - IBM a lancé "Chef Watson", une IA qui peut inventer des recettes et parfums encore inconnus des humains. Pensez-vous que vous pourriez un jour utiliser "Chef Watson"?
CS - Notre ADN est surtout basé sur la tradition. Véhiculer quelque chose du passé vers les traditions futures. Mais pourquoi pas pour des éditions spéciales. Nous sommes ouverts à toute nouvelle expérience.
BM - Absolument, le mariage de la tradition avec la technologie.

07. NH - Est-ce que vous pensez que l'automatisation de votre business soit inevitable?
CS - Il faut bien mettre en perspective deux phases bien distinctes lors de la production: création et mise en bouteille. Lors de la création nous infusons minutieusement, testons plusieurs fois le produit et mettons toute notre expertise pour avoir la meilleure production possible. La phase mise en bouteille peu quand à elle être complètement automatisée étant donné qu’il s’agit d’une répétition de mouvements.
BM - Comme le dit Ciprian le côté production est complètement automatisé. La création reste un moment ou la technologie ne peut pas encore rivaliser avec l’homme et reste la vraie valeur ajoutée de nos produits.

08. NH - Comme entrepreneurs, comment voyez-vous le business de la consommation alimentaire en 2040?
CS - Complexe, mais ciblée en même temps
BM - Ce business a déjà tellement évolué et continue à une vitesse folle. Mais je pense que nous revenons aussi à des valeurs plus durables et réfléchies et moins à une consommation kleenex.

09. NH - Que penseriez-vous de la livraison de thé à domicile... par drones?
CS - C’est quelque chose que nous pourrions adopter sans problème.
BM - Je rêve de voir ça, notre thé Vitalay chez vous par drone!

10. NH - Grâce à la technologie disponible, Amazon est entrain de tester des magasins sans vendeurs. Que pensez-vous de cette direction où vont aller les shops?
CS - Ayant fait mes classes en grande surface nous avons bien remarqué qu’une grande partie de la clientèle venait non pour les prix attractifs, mais pour l’échange Humain. Il peut y avoir un marché pour ce genre de business, mais il restera toujours une partie de la population qui demandera un « service » donné par un Humain.
BM - Peut-être un jour mais le service et le contact humain reste quand même indispensable, Apple retail est un bon exemple, ils sont passés de “vendeur de boîte” à “vendeur de service”.

11. NH - On vous propose un Revenu Inconditionnel de Base suffisant pour vivre (loyer, manger, soins, etc). Que faites-vous de votre temps?
CS - Je crée des entreprises avec mes amis, j’écris des livres avec mon père, je chante avec ma sœur et je voyage avec ma mère.
BM - Je voyage et prends le temps d’imaginer le prochain thé Vitalay.

Question “on s’détend…” - NH - On vous demande de faire une édition spéciale de “thé pour les robots” qui, en 2040, sont capables d'apprécier les aliments. Quel parfum et comment l'appellez-vous?
CS - Je crée une édition à base de vieilles épices comme la cannelle avec certainement du thé noir. Et je lui donnerai le doux nom de « Origin »
BM - J’imagine un thé Usucha Matcha japonais.

NH - Merci les gars!

Ciprian Sauca et Bastien Maeder
Vitalay
www.vitalay.com

__________________________

Il est intéressant de constater que lorsque l’on évoque nos senses, c’est toujours l’humain qui gagne. Certes, nous arrivons de mieux en mieux à “hacker” notre cerveau pour lui faire croire ce que l’on veut (la technologie Virtual Reality est un bon exemple) mais lorsque l’on parle du goût, il est encore difficile de se passer de l’authentique. Nul doute que dans un futur plus ou moins éloigné, nous arriverons à persuader notre cerveau que la plaque de gelatine que nous mangerons aura le goût d’un “steak juteux” comme dans le film Matrix.

Mais avant que cela n’arrive, nous pouvons être certains d’une chose, c’est que tout ce qui entoure la logistique de ces produits sera clairement robotisé. A San Francisco, des sociétés testent déjà la livraison de votre nourriture par des robots roulants et ne parlons pas d’Amazon qui teste aussi des “drones messagers” qui livrent vos colis. Peut-être qu’en fin de compte, nous apprécions de plus en plus les choses naturelles qui ont du goût et fabriquées avec passion car justement il s’agit du dernier rempart face à cette évolution technologique éffrenée. Et vous? Qu'en pensez-vous? N'hésitez pas à intervenir dans les commentaires, je reste à disposition pour répondre avec l'aide de l’équipe du thé froid suisse Vitalay.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."