Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

NET/"The Art Newspaper Daily" se lance le lundi 5 mars en français

Crédits: DR

Dès lundi prochain, le 5 mars donc, la presse artistique se verra dotée d'un nouveau titre. Il commencera alors sa carrière sur le Net, avec l'espoir d'être un jour publié sur papier. C'est curieux du reste, à quel point le papier fait encore rêver en notre époque supposée digitale... Le nom est connu par sa version anglaise. Il s'agit de «The Art Newspaper», qui connaîtra ainsi une version française. Pourquoi diable ne pas avoir traduit le titre? Parce que «Le Journal des arts» existe déjà! Il s'agit d'un bimensuel édité sous une forme n'ayant rien à voir avec celle de revues comme «Beaux-Arts Magazine» ou «Connaissance des Arts». Le résultat, où le texte domine, ressemble davantage au «Monde» ou au «Figaro».

Tout apparaît complexe dans cette affaire que raconte précisément «Le Monde». «The Art Newspaper», que le quotidien décrit non sans flagornerie comme «une référence mondiale», est né en 1990. Il s'agit d'une émanation de «Il Giornale dell'Arte», dont je vous parle parfois et qui demeure pour moi LA vraie référence. Je vous raconte. Umberto Allemandi avait créé ce mensuel à Turin en 1983 afin de faire travailler à plein régime ses imprimeries. Le «Giornale», qui est une source d'informations (il n'y a jamais de critiques) et un lieu pour des contributions savantes, a ensuite été vendu sous licence. Outre la version britannique, il en existe une en espagnol, une en grec, une en russe et même une en chinois. Les acheteurs peuvent puiser dans le pot commun, mais il le font peu. Je n'ai ainsi jamais rien vu de bien savant dans la mouture francophone.

Une histoire chaotique 

L'histoire de cette dernière est chaotique et je reviens maintenant au "Monde". Le titre appartient aujourd’hui à Jean-Christophe Castelain. Ce dernier est sorti victorieux du procès l'opposant à Inna Bazhenova. La milliardaire russe, qui a les dents longues, voulait lui reprendre le titre pour le revendre à Frédéric Jousset, propriétaire de «Beaux-Arts Magazine». Jousset a du coup racheté à Philippe Régnier «Le Quotidien de l'art», qui ne se portait pas bien. Notez que dans ce petit monde incestueux, Régnier a fondé «Le Quotidien de l'art» en 2011 après avoir été durant dix ans le rédacteur en chef du «Journal des arts».

C'est Régnier qui est aujourd'hui à l'origine de «The Art Newspaper Daily», qu'il dirigera comme de juste, sans que j'aie très bien compris le rôle d'Inna Bazhenova. L'homme sera appuyé pour l'art ancien par Carole Blumenfeld, qui est une femme charmante, et pour le marché de l'art Alexandre Crochet qui vient du «Quotidien de l'art» (1). Il ne reste plus au trio qu'à faire son trou dans un monde étroit où les blogs, plus personnels, prennent toujours plus d'importance. Je le dis en toute modestie. Ne croyez pas que je prêche ici pour ma paroisse.

(1) J'ai aussi vu que le nouveau-venu entendait confier des chroniques à des responsables d'institutions culturelles française et produire des reportages photographiques sur les expositions. Voilà qui nous donne l'idée d'un produit plutôt consensuel.

Photo (DR): La première page d'un numéro de la version anglaise de "The Art Newspaper". Pour la française, on en reste encore au Net.

Texte intercalaire.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."