Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

NET/Le site "Journal18" se propose d'étudier le XVIIIe siècle dans tous ses états

Crédits: Site de Noémie Etienne

«Journal18». Tout figure dans le nom du site. Il s'agit bel et bien d'un journal, paraissant deux fois par an, mais avec des adjonctions en continu. Les sujets tournent effectivement autour du XVIIIe siècle, pris dans sa géographie la plus large. L'Europe fait ainsi une place à la jeune Amérique, qui entre au nord en révolution, mais aussi à l'Asie ou à l'Afrique. 

Derrière ce journal se trouvent trois femmes. Une Américaine, Meredith Martin, qui enseigne à la NYU et à l'Institute of Fine art de la même ville (New York, donc). Hannah Williams, de la Queen Mary University de Londres. Et enfin Noémie Etienne, qui a passé de Genève à New York, puis au Getty de Los Angeles, avant de revenir à l'Université de Berne. Il me semble vous avoir parlé en son temps de sa thèse sur l'histoire de la restauration des peintures sous l'Ancien Régime, aujourd'hui traduite en anglais. Une recherche qui a fait date par son originalité et le trouble naissant face à certains tableaux célèbres après avoir lu ses considérations historiques et techniques. Entièrement refaits! 

Vous êtes donc de retour en Suisse, Noémie Etienne.
Je suis professeur boursier grâce au Fonds national, ce qui va me permettre d'enseigner à Berne de manière sûre pendant quatre ans. Il y aura éventuellement deux ans de prolongation. Après, c'est fini. Il n'y a pas de confort, mais j'ai déjà peu faire engager trois personnes, ce qui est génial. Je me passionne pour l'idée de cosmopolitisme et d'exotisme au XVIIIe siècle. Une circulation des idées alors aidée par ce qu'on a appelé «le Grand Tour». Berne, où je me trouve maintenant, me semble un excellent centre pour son étude. Il y a des collections incroyables dans ses musées, comme celle hawaïenne de l'Historisches Museum ramenée par un compagnon du capitaine Cook. La Suisse montagnarde toute proche semblait en outre très exotique aux citadins d'alors, venus de France ou d'Angleterre. 

Et que vient faire là dedans «Journal18»?
Je me suis rendu compte, avec une Américaine rencontrée à New York et une Anglaise qu'il n'existait finalement pas de publication spécifiquement vouée au Siècle des Lumières. Ou alors, il s'agissait de revues patrimoniales très conservatrices. Nous avons donc eu l'envie de créer une revue en ligne, qui paraîtrait deux fois par an. C'est peu, mais le reste du temps le site serait alimenté par des articles nouveaux, qui traiteraient en particulier des expositions en cours ou des publications récentes. L'idée est d'être à la fois crédible, avec un comité scientifique et une double relecture des textes, et grand public. Il faudrait dans l'idéal se rendre lisible par tout lecteur un peu cultivé, tout en ne faisant pas de concession sur le plan de la recherche. 

Les textes sont en anglais.
La langue est plus internationale, et les auteurs se voient priés de ne pas jargonner. Nous y veillons. Et puis l'anglais, ça s'apprend! Je suis bien arrivée à enseigner dans cette langue alors que je la sentais au départ comme un mur. 

Comment décririez-vous l'article type?
D'abord pas trop long. On peut dire beaucoup de choses en 6000 signes. Ensuite illustré. Le texte comporte un certain nombre d'images. Beaucoup sont libres de droit, ce qui nous arrange. Enfin réactif. Avec la légèreté du Net, en cas de besoin, on peut porter une chose à la connaissance des gens après deux jours, et non pas deux ans plus tard. 

Vous sortez de l'Europe pour pénétrer en Asie ou en Afrique.
Notre but est de couvrir le monde entier sur cent ans. Parler de l'Amérique du Nord est un de nos buts. Nous traiterons beaucoup de l'Asie, notamment par le biais de rapports commerciaux. Un article est prévu sur la peinture éthiopienne au XVIIIe. L'angle reste avant tout culturel. Je dirais même plastique. Le grand art et les arts décoratifs, mis pour une fois sur le même plan. 

D'autres amorces de sujets?
Les tableaux réalisés à quatre mains. Le Louvre au XVIIIe, qui reste le trou noir dans l'histoire du palais en dépit d'une énorme publication récente en trois volumes. Qui y vit et comment y vit-on?

Pratique 

Le site est www.journal18.org Il y a aussi pour Noémie Etienne www.theexotic.ch

Photo (Site de Noémie Etienne): Noémie Etienne, à droite, discutant d'un tableau avec ses étudiants: Désolé! Il n'est pas du XVIIIe siècle.

Prochaine chronique le dimanche 11 décembre. Le Victoria & Albert de Londres propose une spectaculaire exposition sur la broderie anglaise au Moyen Age.

 

 

 

 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."