Mary Vacharidis

JOURNALISTE

Journaliste chez Bilan et community manager pour le site bilan.ch, Mary Vakaridis vit à Zurich depuis 1997. Durant sa carrière professionnelle, elle a travaillé pour différents titres de la presse quotidienne, ainsi que pour la télévision puis la radio romandes (RTS). Diplômée de l'Université de Lausanne en Lettres, elle chérit son statut de journaliste qui lui permet de laisser libre cours à sa curiosité.

N’ayez pas peur

Voici une histoire vraie. Madame X est une Neuchâteloise de 90 ans. Il y a une année, elle a perdu son mari, qui a fini ses jours dans un EMS de la région. A son veuvage, ses enfants ont proposé de l’accueillir chez eux. Trois mois plus tard, ceux-ci frappaient à la porte du même EMS afin d’y demander une place pour leur mère. Madame X y entre très déprimée, affaiblie et confuse.

Aux repas, elle partage sa table avec Monsieur Y, un nonagénaire lui aussi un peu confus mais doté d’un formidable sens de l’humour. Les deux se lient. Pleine de tact, Madame X l’aide discrètement à faire face à ses pertes de mémoire. La paire se lance des défis afin d’éviter les oublis. Devenus inséparables, les deux vieillards partagent les mêmes activités et sorties.

Alors qu’elle n’attendait plus rien de la vie, Madame X retrouve sa coquetterie, son tempérament enjoué et le sourire. Monsieur Y a récemment été rejoint dans son EMS par son frère. Il s’est trouvé des affinités avec une autre dame de la résidence. Les pensionnaires forment maintenant un quatuor qui a hâte de se retrouver à la table du petit-déjeuner.

Le grand âge, ça ne fait rêver personne. Cette anecdote vient cependant souligner qu’il est encore possible de vivre de beaux moments au soir de la vie. Et pour les favoriser, pour soi comme pour ses proches, il est nécessaire d’anticiper ces étapes, par exemple en se renseignant sur les coûts et les modalités de soins à domicile ou sur la philosophie des EMS environnants.

Une tâche à entreprendre avant qu’il ne devienne impératif de trouver un soutien ou un hébergement. Par ailleurs, il est possible de préciser ses volontés au cas où la vieillesse nous priverait de discernement, alors que l’on est encore dans la force de l’âge. Ça vaut la peine d’y penser à temps. Le dossier de Bilan se veut une approche concrète et pratique des solutions offertes pour accompagner nos aînés au plus proche de leurs besoins et des alternatives à envisager pour soi-même, comme les soins à domicile, qui devraient être davantage considérés avant d’en arriver à la solution coûteuse de l’EMS.

Quatrième âge: le déni général

Alors que nos sociétés se dirigent vers une explosion de la population d’octogénaires et de nonagénaires, le quatrième âge continue de faire l’objet d’un déni général. L’une des interlocutrices de notre dossier s’en étonnait. Que ce soit dans la recherche, dans la planification urbaine ou encore dans la finance, ce thème reste curieusement absent, alors que nous sommes tous concernés de manière plus ou moins urgente. Bien sûr, l’horizon de la vieillesse et de la mort est une perspective que l’on préfère ignorer le plus longtemps possible. Le tabou ultime de nos sociétés. Pour reprendre un certain Jean Paul II: n’ayez pas peur.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."