Zaki Myret

RÉDACTRICE EN CHEF DE BILAN de 2014 à 2019

En 1997, Myret Zaki fait ses débuts dans la banque privée genevoise Lombard Odier Darier Hentsch & Cie. Puis, dès 2001, elle dirige les pages et suppléments financiers du quotidien Le Temps. En octobre 2008, elle publie son premier ouvrage, "UBS, les dessous d'un scandale", qui raconte comment la banque suisse est mise en difficulté par les autorités américaines dans plusieurs affaires d'évasion fiscale aux États-Unis et surtout par la crise des subprimes. Elle obtient le prix de Journaliste Suisse 2008 de Schweizer Journalist. En janvier 2010, Myret devient rédactrice en chef adjointe du magazine Bilan. Cette année-là, elle publie "Le Secret bancaire est mort, vive l'évasion fiscale" où elle expose la guerre économique qui a mené la Suisse à abandonner son secret bancaire. En 2011, elle publie "La fin du dollar" qui prédit la fin de la monnaie américaine à cause de sa dévaluation prolongée et de la dérive monétaire de la Réserve fédérale. En 2014, Myret est nommée rédactrice en chef de Bilan. Elle quitte ce poste en mai 2019.

Dollar: plus boursier que réel

L’image d’un dollar dominant vient de sa part sur les marchés financiers plutôt que dans l’économie réelle

Le monde actuel, qui tend vers la déglobalisation et le renforcement des principaux blocs économiques (Etats-Unis, Chine, Europe), n’est plus celui d’une unique monnaie de référence. Pour le dollar américain, cela fait quelques années que l’ère hégémonique prend doucement fin. Sa domination est aujourd’hui très large dans le domaine des marchés financiers, mais l’est nettement moins dans celui de l’économie réelle.

Le 11 février, une analyse de la Réserve fédérale de New York estimait que, parmi les développements majeurs affectant l’architecture financière globale, se trouvaient l’introduction de l’euro depuis 2000, la montée du statut de la Chine dans l’économie globale et des innovations qui ont suivi la crise financière de 2008 comme les cryptomonnaies. «Ceci, et d’autres facteurs, a eu et aura le potentiel d’altérer la demande potentielle pour l’usage de dollars», écrivent Linda Goldberg et Robert Lerman, analystes de  la Fed de New York. Aujourd’hui, la taille de l’économie de la zone euro est comparable à celle des Etats-Unis.  Quant à la Chine, l’usage international de sa monnaie a augmenté avec sa part croissante dans le PIB global, et avec la multiplication d’arrangements «swap» (échanges directs de devises, sans passer par le dollar) avec des banques centrales étrangères, qui permettent de régler directement des transactions commerciales en renminbi. Enfin, le mégachantier de la Route de la Soie a encouragé de gros investissements d’infrastructure, favorisant l’expansion du renminbi. 

Le dollar est quant à lui sorti renforcé après la crise de 2008 par le rôle spectaculaire que la Fed a joué en tant que prêteur en dernier ressort pour l’ensemble du système financier. Mais en réalité, l’image d’un dollar toujours dominant vient surtout de son omniprésence sur les marchés financiers: la moitié des transactions boursières quotidiennes sont réglées en dollars; il est utilisé dans 88% des volumes de transactions du marché des changes et dans 49% de toutes les émissions obligataires. Cela inclut l’essor fulgurant de la finance de l’ombre (shadow banking) depuis 2009, désormais appelée «finance non bancaire», qui  a donné lieu à une très importante activité financière en dollar, très peu régulée et centrée sur la dette spéculative à court terme et nourrie par dix ans de taux d’intérêt très bas orchestrés par la Fed américaine. 

Tendances moins favorables

Mais d’autres facteurs plus fondamentaux réduisent le potentiel de l’usage international du dollar: les déséquilibres financiers grandissants aux Etats-Unis, avec une dette fédérale dépassant les 20 000 milliards de dollars, qui accroissent le risque de la dette souveraine en billet vert; la politique protectionniste de l’administration actuelle, qui complique les échanges et les liens commerciaux et incite certains pays sous le coup de sanctions, à l’instar de la Russie, à rechercher des alternatives au dollar. La Banque de Russie aurait ainsi converti la moitié de ses dollars, mi-juin 2018, en euros et en renminbis. Citons aussi un déclin de la banque de correspondance (où des banques mandatent d’autres banques pour fournir des services en leur nom). Le dollar a vu sa part dans les réserves des banques centrales passer de 70% en 1999 à 63% en 2018. L’euro et un nombre diversifié de monnaies grignotent lentement sa part, reflet du commerce mondial en évolution. Le renminbi est devenu la deuxième monnaie la plus utilisée dans le financement du négoce de matières premières, et la cinquième plus populaire dans les paiements au niveau mondial. Le dollar aura, au final, gagné la bataille hégémonique dans le domaine financier. Mais les étalons de référence sont définis par les flux commerciaux. 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."