Colin Xavier

JOURNALISTE

Xavier Colin est journaliste, chercheur associé au GCSP, le centre de politique de sécurité de Genève, fondateur de GEOPOLITIS et ambassadeur de Terre des hommes.

My name is Tell

My name is Tell. Guillaume Tell. Je suis le Suisse le plus connu dans le monde. Alors que je ne suis pas moi-même convaincu d’avoir existé!

Je suis parvenu à transformer un événement improbable en mythe, un mythe en légende, et une légende en page d’histoire.

A moi tout seul, je personnifie les valeurs les plus emblématiques d’un pays en lutte pour son indépendance: le courage et l’audace. Muni de ma seule arbalète, j’ai lancé l’idée d’une nation, suivant la périlleuse trajectoire de la liberté et du droit de tout peuple à disposer de lui-même.

Ma réussite, en tant que Suisse, est exemplaire, complète, durable et sans égale.

J’ai réussi à faire du bailli Gessler (qui, lui, a réellement existé, à Grüningen et non pas à Altdorf!) l’archétype de l’oppresseur brutal, sadique et arrogant. Sans le vouloir, j’ai été, bien après lui, David contre un Goliath venu d’Autriche, et, bien avant lui, Astérix face aux légions romaines de l’occupation.

J’ai réussi à me faire un nom du premier coup – ou plutôt dès la première flèche! Sans plan média. Sans avoir dû accorder la moindre interview.

J’ai réussi à devenir le premier Suisse à oser défier – magistralement – le représentant d’un Etat européen!

J’ai réussi à être le tout premier sportif suisse célébré dans le monde entier: le coup de la flèche en «figure imposée» m’a valu une admiration planétaire. On me cite et me loue encore et toujours pour mon adresse. D’autant qu’à cette spécialité d’arbalétrier est venue s’ajouter celle de navigateur hors pair: c’est tout de même moi qui ai réussi à éviter le naufrage de la barque sur laquelle l’ignoble Gessler m’avait conduit, les fers aux pieds, entre Flüelen et Küssnacht.

J’ai réussi à imposer le concept de «plan B»: l’idée de la deuxième flèche… au cas où! Mais oui, souvenez-vous, j’avais caché une seconde flèche, et lorsque le bailli m’a demandé pourquoi, je ne me suis pas gêné pour lui lancer: «C’était pour vous: si j’avais raté la pomme et tué mon fils Walter, je n’aurais pas hésité à vous supprimer.» Il fallait le dire. Je l’aurais fait.

J’ai également réussi à être le premier à recourir à la pratique du «plagiat», reprenant à mon compte toutes les légendes nordiques faisant état d’un arbalétrier d’une adresse sans pareille, nommé Toko ou Tolke.

J’ai réussi à devenir une icône, une star, que dis-je, un monument! Le grand Friedrich von Schiller m’a immortalisé dans son magnifique drame romantique de 1804. L’immense Rossini m’a fait l’honneur de me consacrer un opéra, créé à Paris en 1829. Vous en connaissez beaucoup, des Suisses, qui ont donné leur nom à un opéra? Vous imaginez un «Roger Federer» en 4  actes à la Scala de Milan ou un «Ernesto Bertarelli» en première mondiale au Théâtre des Champs-Elysées?

J’ai réussi à me faire un nom sans chercher à dissimuler mon vrai patronyme: c’était courageux et risqué. Car de «Tell» à «Untel», la langue française aurait pu me jouer des tours. On aurait dit: «Vous savez, le type à la flèche de Bürglen, c’est Untel, comment s’appelait-il, déjà?» Effrayant! J’ai frisé l’anonymat.

 

ImmorTell

Et voici qu’aujourd’hui j’ai réussi à me glisser dans le «Bilan» de ceux des Suisses qui ont le mieux réussi! En ayant conscience d’avoir été – et d’être encore – le premier d’entre eux. Certes, j’entends ici et là quelque remarque acerbe quant à ma légendaire immodestie; je me permets donc de poser à ceux des Suisses qui jouissent actuellement d’une grande notoriété la question suivante, gage de mon immortalité: «Qu’en sera-t-il de votre nom et de vos réussites dans huit siècles? Etes-vous convaincus que l’on parlera encore de vous au XXIXe  siècle?»

Voilà, j’ai réussi à résumer en une seule page tout un chapitre d’histoire, un feuillet que je m’autorise donc à signer de mon nom.

My name is Tell.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."