Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

MUSÉES/On rouvre et on agrandit de New York et Madrid jusqu'à Damas

Crédits: Reuter

La muséfication du monde avance. Il y a toujours davantage d'institutitions avec des bâtiments sans cesse plus vastes. J'en prends pour preuve ma lecture en pantoufles du numéro de «Beaux-arts» de novembre. Il annonce un agrandissement pour le «Met» de New York. Un de plus. Le musée se bat désormais au coude à coude avec le MoMA. C'est à qui trouvera le plus de riches mécènes. Il faut dire que la nouvelle aile prévue au sud-ouest (n'oubliez pas votre boussole!) est estimée à un demi milliard de dollars. Le projet avait été remis il y quelques mois faute de fonds, mais le «Met» a pu se dégager de son annexe de la Madison Avenue qui lui coûtait bonbon. Cette dernière sera reprise par la Frick Collection. Un happy end pour ce temple de l'art ancien. L'agrandissement prévu au bâtiment originel, l'un des derniers hôtels de la Ve Avenue, avait déplu aux amis du patrimoine. 

Autrement, toujours dans le même mensuel, j'ai lu que le Prado allait une nouvelle fois s'agrandir. Il semble désormais loin le temps où les collections étaient serrées dans le bâtiment néo-classique originel. Le Prado, qui s'était déjà offert huit salles de plus en juin, devrait annexer le Salon des royaumes, un ancien musée militaire situé à quelques centaines de mètres. Norman Foster (encore lui!) et Carlos Rubio l'adapteraient à de la peinture, ce qui permettrait de gagner 2500 mètres carrés. Les trois quart des 30 millions d'euros nécessaires se verront versés par le gouvernement. C'est l'année ou jamais. Le Prado fêtera ses 200 ans en 2019.

Et plus près de nous? 

C'est grâce au «Figaro» en ligne que je sais en revanche que le Musée de Damas a rouvert dimanche, suivant ainsi celui de Bagdad. Il avait été fermé en 2012, un an après le début d'une guerre civile qui n'en finit plus de ne pas finir. Fondé en 1920, l'établissement possède 300 000 œuvres et des milliers de manuscrits qui ont été mis à l'abri. Sage précaution quand on pense aux institutions de Mossoul et de Palmyre. Notons cependant que le célèbre lieu dédié aux mosaïques à Maarat-al-Noomane avait lui été victime de tirs gouvernementaux en 2015. Heureusement, n'en déplaise aux archéologues, qu'il y a de l'art syrien conservé en Occident. Un sublime bas-relief provenant du palais de Nemrod sera ainsi vendu par Christie's à New York le 31 octobre (estimation 15 millions de dollars). Il provient d'une université de théologie, qui le conservait depuis plus d'un siècle. Les voies du Seigneur sont impénétrables... 

A ces échos de la presse, j'ajouterai que le Musée des beaux-arts et d'archéologie de Besançon (qui reste tout de même moins loin) rouvrira le 16 novembre. La date a si souvent été reportée que je vous incite cependant à vous montrer prudents. Cette très ancienne institution, créée en 1694, avait bénéficié entre 1967 et 1970 d'un agrandissement dans la cour. Une rampe de béton dans le genre Guggenheim, talent architectural en moins. La matière s'était désagrégée. Il y a eu des infiltrations d'eau. Il a fallu trouver un nouveau directeur, Nicolas Surlapierre (si!) Mais les travaux arrivent à bout touchant. Après trois ans de chantiers effectifs, le public pourra revenir. Il lui faudra en revanche attendre 2019 pour assister à la réouverture du Musée Bonnat de Bayonne, aux magnifiques collections. Le lieu est fermé depuis 2011. Lui aussi s'est offert un directeur en la personne de Benjamin Couillaux. C'était en septembre 2018.

Photo (Reuter): Le musée de Damas lors de sa réouverture.

Texte intercalaire.

 

 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."