Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

MUSÉE/Le Pôle lausannois fait un petit pas en avant

Un malheur n'arrive jamais seul. Il semble logique qu'il en aille de même avec le bonheur. A la conférence de presse sur le Rodin (voir l'article situé juste en dessous) , Anne-Catherine Lyon, la Madame Culture vaudoise, était tout sourire. Le Rodin n'oblitère pas les finances cantonales (notons que le Musée des beaux-arts dispose de 320.000 francs pour ses achats par an, alors que le Musée d'art et d'histoire de Genève se met la tringle depuis plus de dix ans) et le Pôle muséal avance. 

«Le Tribunal fédéral vient de se prononcer. Le recours des opposants n'a pas d'effet suspensif. Les choses peuvent aller de l'avant, même si rien n'est encore tranché sur le fonds», expliquait la conseillère d'Etat. Je n'irai pas jusqu'à dire que l'affaire roule maintenant sur des rails, vu que nous sommes dans un bâtiment à construire dans les anciennes dépendances de la gare de Lausanne, mais il y a de ça. «Nous pouvons donc agir. La première étape consiste à nettoyer la parcelle et à tout désamianter.» Il ne faut pas oublier que, pour satisfaire les défenseurs du patrimoine, quelques vestiges de l'ancienne halle se verront conservés au milieu de la construction ultramoderne de l'atelier Barrozi Veiga de Barcelone, gagnant du concours.

Nouveau concours en octobre 

Et ensuite? «On en arrivera en octobre au terme de la nouvelle compétition. Celle-ci déterminera qui sera en charge des aménagements destinés au Mudac et à l'Elysée quand ils rejoindront le Pôle.» Tout commencera en effet par le Musée cantonal des beaux-arts. Il y a trop longtemps qu'il attend. Après le projet avorté des années 1930, il y a eu la triste affaire de celui de Vidy, refusé «de très peu» en votation populaire. Un projet qui se mitonnait depuis 1991. 

Après, une fois que le TF aura rendu son jugement définitif (s'il est positif, of course!), les choses devraient suivre leurs cours, avec les inévitables retards et incidents (notez que tout est bien allé avec le MEG genevois). En principe, Bernard Fibicher, depuis huit ans à la tête du Musée cantonal, coiffera encore à l'ouverture l'institution, appelée à se jumeler avec le Mudac et l'Elysée. «Je devrais faire l'inauguration, plus deux ans», précise ce dernier.

Bâle, Zurich et maintenant Lausanne 

"Lôzane" bouge donc, comme au temps lointain des mouvements estudiantins. Il se met du moins en branle. Rappelons que le Kunsthaus Zurich a reçu, lui, son feu vert judiciaire définitif il y a quelques mois. Le Kunstmuseum de Bâle arrive dans la dernière ligne droite avant son inauguration en avril 2016. Reste donc Genève, toujours cloué dans les starting blocks. D'après les bruits qui circulent, la votation sur la demande de référendum sur le crédit alloué par le Municipal se déroulerait le 28 février 2016. Là, ce sera chaud, même en hiver! On attend de plus encore de plus le résultat, toujours pendant, de deux recours. Il y a à genève comme à Lausanne des juges qui ne sont pas pressés. 

Photo (Studio Barrozi Veiga): La simulation du bâtiment prévu à la gare de Lausanne.

Texte intercalaire.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."