Strobinofabrice

ANALYSTE CHEZ ANALYSES & DÉVELOPPEMENTS IMMOBILIERS

Diplômé de l'Institut d'études immobilières (IEI), Fabrice Strobino est architecte universitaire et chef de projets immobiliers chez Analyses & Développements Immobiliers depuis 2003. Il a en outre suivi le cursus de l'AZEK pour les gérants de fortune. Fort d'une expérience de plus de 4000 expertises pour de grandes banques, il est membre de l'Association des promoteurs et constructeurs genevois (APGC) et membre de la Chambre suisse des experts immobiliers (CEI).

Mur droit devant!

Tout organisme ne réagit que sous une impulsion !

Le professeur Gaston Cuendet (https://www.e-periodica.ch/cntmng?pid=res-001:1967:25::413) enseignait ceci dans ses cours d’économie à l’Université de Genève.

Notre société connaît des bouleversements fondamentaux, durables ou juste effets de mode?! L’avenir nous le dira. Mais les dernières propositions de mode de sociétés datent des années soixante. Michel Ragon et son livre « La Cité de l’an 2000 » (https://archeosf.blogspot.com/2012/06/michel-ragon-la-cite-de-lan-2000.html) en sont un bon exemple. La société reste tournée vers l’individu, avec des selfies stériles et le besoin de toujours trouver la faute,… ailleurs. Il faut tout, tout de suite et au plus bas prix, tant pis pour le coût écologique et la durabilité. Nous sommes une société de cigales. La prochaine sera forcée d’être fourmi. Nous avons déjà au 1eraoût épuisé les ressources de la Terre pour 2018. Quel cadeau aux générations futures en plus des dettes économiques abyssales des pays ! Tout débiteur doit honorer sa dette un jour ou l’autre. Les fronts se tendent. Les gens sont de plus en plus sous pression économique et d’autres refusent la moindre empathie. Ce qui avait profité à nos parents pour créer de la richesse (l’inflation) est pour l’instant au point mort. C’est sur ce système que le principe des logements sociaux avait été créés. C’est ailleurs qu’il faut trouver la croissance. Et tout le monde la recherche alors dans la poche des autres ! Triste constat ! C’est d’autant plus fort dans l’immobilier. Cela a mené aux abus qui ont imposé la « Loi Longchamp » (https://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/La-loi-PPE-antimagouilles-bientot-votee-mais-edulcoree-/story/27503097). Le système mis en place pour les zones de développement ne fonctionne plus. Les petits propriétaires sont souvent spoliés de leur valeur de terrain. L’Etat veut tellement économiser sur le coût des logements sociaux qu’ils n’offrent plus de dignité aux habitants à l’exemple de ceux construits en face de la piscine de Carouge (https://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/335-logements-fontenette-sortent-terre/story/31921574). On a oublié que l’immobilier est un acte fort, pas juste un vecteur d’investissement, qui persiste dans le temps une fois construit.

Alors que répondre quand les gens ne veulent plus des bureaux, des logements, des parkings et des arcades comme ils les ont connus ? Mais ce qui est proposé est immuable avec la volonté de l’Etat (zones de construction - PLQ) et la Ville (RPUS ; http://www.ville-geneve.ch/fileadmin/public/reglements/hyperlex/LC21211-reglement-relatif-aux-plans-utilisation-sol-ville-geneve.pdf).

Il est plus que temps de réfléchir différemment. Pas comme on l’a toujours fait, lois et normes toujours plus contraignantes à l’appui.

Mais c’est peut-être trop tôt ? Le Mojito sur la plage est encore trop frais.

Et c’est bien dans le mur que mous essayerons de tourner. Mais le pourrons nous encore et que ferons-nous de tout cet immobilier devenu obsolète ?! Comme pour le risque écologique, il sera transmis à la génération future.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

"Tout ce qui compte.
Pour vous."